Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Nicolas Keramidas – Dessinateur de Luuna

Rencontre avec Nicolas Keramidas – Dessinateur de Luuna

« Les démons sont venus ! Ils sont venus de la grande mer. Ils ont massacré tous les Paumanoks. Seule une petite fille a survécu.
– Nous enverrons nos meilleurs Pipintus veiller sur elle.
– Et Luuna est-elle toujours en vie ?
– Oui, mais elle a disparu. Elle a perdu tous ses pouvoirs de Paumanok. Elle ne communie plus avec les esprits de la forêt. »

Alors que la première journée de BD Aix 2011 se termine, Nicolas Keramidas nous rejoints pour une entrevue rafraichissante. L’occasion pour nous de connaitre un peu mieux l’homme à la casquette.

Chronique du Tome 6

Retrouvez des roughs de Luuna T7 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Nicolas ! Tu as travaillé à l’atelier Gottferdom mais avant cela tu faisais partie du staff de Walt Disney Montreuil. Était-ce une réelle volonté de ta part ?
Nicolas Keramidas : Bonjour ! A la base, Disney ce n’était pas mon but. Mon but a toujours été de faire de la bande dessinée. Au départ, j’ai fait l’école des Gobelins à Paris, une grande école de dessin animé. Sans vouloir réellement faire du dessin animé mais en me disant que c’était ce qui se rapprochait le plus de la bande dessinée. Dans ce sens où il y a du dessin, des cadrages. Après les Gobelins, il y a eu un stage chez Disney qui a débouché sur une embauche. Et finalement, je me suis dit : « je rentre chez Disney et on verra bien ». J’y suis resté 9 ans. J’y ai trouvé mon compte, c’était ce que je voulais faire. Il est vrai que c’est très excitant de travailler sur des long-métrages, d’avoir son nom au générique, tout ce genre de choses. Puis au bout de plusieurs années, on prend conscience que son nom au générique est noyé parmi tant d’autres. C’est à ce moment-là que l’envie de faire de la BD est revenue. Jusqu’à ce que je saute le pas pour mettre tout en œuvre à la réalisation de mon idée première.

BDE : Ta première bande dessinée, c’est Luuna. Comment expliques-tu son succès immédiat ?
NK : C’est vrai qu’elle a eu du succès tout de suite. En fait, la plupart des dessinateurs font une première bande dessinée. Ils n’ont pas beaucoup de monde en dédicace. Puis vient la seconde. Il y a un peu plus de gens qui s’intéresse à la série. Il y a tout un processus qui se fait petit à petit. Les armes se font au fur et à mesure des albums. Il est vrai qu’on est quelques-uns à avoir débarqué un peu en même temps (Alessandro Barbucci, Barbara Canepa, Juanjo Guarnido). On va dire que les médias, comme ils aiment bien cloisonner, mettre des étiquettes, créer des familles, se sont dit « tiens y’a tous les anciens de Disney qui débarquent ! ». Du coup, on a un peu profité de cet effet et c’est vrai que nos premiers albums ont bien fonctionné. Il y a aussi le fait que les lacunes du dessin n’étaient pas présentes ou moins, car il y avait cette expérience Disney. Une expérience qui fait que l’on sait ce qu’est un dessin carré. On peut dire qu’on a fait nos preuves avant. Du coup, on a fait des premiers albums qui étaient plus pro que des premières expériences de bande dessinée.

BDE : D’ailleurs, comment est née Luuna ? Didier Crisse est au scénario, mais…
NK : Le nom de Luuna est une idée à moi. Plus précisément à moi et Nob, car à l’époque de Disney, on était en collocation. On avait créé ensemble tout un projet qui s’appelait Luuna. C’était l’histoire d’une petite gamine de la préhistoire. Pour le coup, on faisait de la bande dessinée pour le plaisir car on avait notre boulot. On pensait aller chez Delcourt jeunesse. Le concept me convenait bien car il s’agissait d’album de trente pages. Je pensais qu’un premier album dans ces conditions serait moins lourd à gérer qu’un album de quarante six pages. Le deal ne s’est pas fait pour x raisons. On a envoyé le projet à d’autres éditeurs. Là aussi, ils aimaient bien le dessin mais pas trop l’univers. Soleil par contre a été plus concret. Mourad Boudjellal aimait bien le dessin mais voulait que je travaille avec Crisse. A ce moment-là, Crisse avait plusieurs scénarii sous la main dont un qui parlait d’une jeune Indienne dans une forêt. Je me suis dit « tiens pourquoi pas ?». Luuna est née comme ça. Pendant les trente premières pages, elle n’avait pas de prénom. Jusqu’à ce que mon ancien collaborateur, Nob, qui était devenu coloriste de Luuna entre temps, me dise : « pourquoi tu ne l’appelles pas Luuna ? ». Au début, j’avais un peu de mal à m’y résoudre. Car pour moi Luuna était toujours cette jeune fille de la préhistoire. Mais d’un autre côté, je trouvais que cela sonnait bien. Je l’ai proposé à Crisse et Soleil. Ils ont accepté.

BDE : Pour ceux qui ont Facebook, tu nous proposes de suivre ton projet 1 an 365 dessins. Tu avais envie de changer d’air et de dessiner autre chose ?
NK : Oui, c’est une volonté de dessiner tout et n’importe quoi, de faire des dessins quotidiens. En fait, rien de particulier, il n’y a pas plus de but que cela. Si ce n’est le plaisir vraiment du dessin. J’ai fait cinq albums de Luuna d’affilée. Donc pendant quasiment cinq ans, j’ai dessiné Luuna ou un personnage de Luuna. Et puis, cette envie est venue aussi car je voyais des gars comme Joann Sfar ou Lewis Trondheim qui remplissaient des carnets entiers de croquis. Je ne le faisais pas beaucoup avant. En fait, c’est même une frustration que de ne pas l’avoir fait. C’est une discipline. Il faut avoir envie. J’ai commencé lors d’un voyage de trois semaines en Martinique, Guadeloupe et Guyane. Je me suis dit que si je ne remplissais pas de carnets en faisant ce genre de périple, je ne le ferais jamais. J’ai bien aimé. C’est même marrant. Parce que c’est dur de commencer. Mais après trois semaines, lorsque l’on a quarante pages de remplies, l’ensemble a un sens dans sa globalité. Les carnets se remplissent au fur et à mesure. J’adore faire cela de plus en plus.

BDE : Tu continues à remplir des carnets ?
NK : Oui, j’ai même fait avec Nob une histoire par mois pendant douze mois dans le même genre. Cela sortira peut-être chez Comix Buro en septembre/octobre. Autrement, je continue mes dessins en solo. Je demande même, deux à trois fois par mois, à un invité d’amorcer le dessin du jour et je le continue. Par exemple, aujourd’hui c’était Lewis Trondheim.

BDE : Luuna Tome 7 en est où ?
NK : Il est quasi bouclé. J’ai fait plus de trente pages. Il sera fini pour juin/juillet avec une sortie en septembre normalement.

BDE : Il y aura quelques surprises ?
NK : Normalement, c’est le dernier. Il clôt réellement l’histoire. On revoit un peu tous les personnages des différents tomes dans ce dernier opus. La boucle est bouclée.

BDE : Elle est bouclée et on passe à autre chose ?
NK : On passe pour l’instant à un autre projet que j’ai avec Frédéric Tébo (Captain Biceps) chez Drugstore. Il y a déjà douze pages de prêtes pour ce projet. Dés que Luuna est définitivement finie, je m’y mets à fond pour une sortie en avril/mai prochain. Puis après, il y a le prochain Tykko des sables pour une sortie fin 2012. Bien sûr, j’ai envie de faire d’autres Luuna. Bon, il faut à peu près un an pour faire un album mais il faut réfléchir aux projets d’après. Ça fait pas mal de chose déjà.

BDE : En terme de style de dessin, ce que tu fais aujourd’hui est très différent ?
NK : C’est un exercice de style. Après, ce que je fais pour Glénat est beaucoup plus proche de ce que j’avais fait pour Donjon. C’est un genre plus humoristique. Ce que j’aime bien, c’est que mon style ne se résume pas à Luuna. Je pense que beaucoup de dessinateurs ont plusieurs approches différentes. Cela peut être lassant de faire tout le temps la même chose.

BDE : Pour finir, où puises-tu ton inspiration ?
NK : Je suis un très gros consommateur de films, de bouquins. Je « mange » beaucoup d’images. Il n’y a pas qu’une seule source d’inspiration. C’est un ensemble. On peut citer les jeux vidéo qui , aujourd’hui, ont un développement visuel aussi important qu’un long-métrage de cinéma. Bien sûr, des gars comme Régis Loisel ou Olivier Vatine m’ont donné envie de faire ce que je fais aujourd’hui. En fait, il n’y a pas de règles, tout est source d’inspiration.

BDE : Merci Nicolas et à bientôt !
NK : Merci à toi.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 9 avril 2011

Extraits de l’album


© MC Productions/Crisse/Keramidas
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*