Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Corbeyran et Espé – Auteurs de Châteaux Bordeaux

Rencontre avec Corbeyran et Espé – Auteurs de Châteaux Bordeaux

Alors qu’elle devrait débuter dans environ quatre mois, nous pouvons déjà vous annoncer le parrain de notre prochaine vente caritative au profit de l’Inserm. Après Corbeyran, son scénariste fétiche, il s’agira donc d’Espé, que nous accueillons dans le projet avec un très grand plaisir. Concerné personnellement par la maladie combattue – les anévrismes – il revient avec nous sur les auteurs qui se sont déjà engagés, mais aussi sur la série Châteaux Bordeaux.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Les critiques ont été excellentes pour Châteaux Bordeaux. Ça doit forcément vous faire plaisir ?
Corbeyran : Oui ! Pour l’instant, tout est positif. D’autant que ça plait à des gens qui ne lisent pas forcément de BD ou qui n’y connaissent pas forcément grand-chose en vin. C’est justement le public qu’on souhaitait toucher, pour sortir un peu du cadre du lectorat traditionnel de BD et toucher des personnes intéressées par le thème.
Espé : On en est forcément très heureux. Sans prévoir les choses, on ne voulait pas faire une BD de spécialistes.
C : C’est ça, on voulait toucher les néophytes, ceux qui n’y connaissent rien en vin. Faire une BD d’accès très grand public – sans les prendre pour des andouilles non plus, car il y a du matériel dedans.
E : C’est technique sans être trop inaccessible.
C : On se permet quand même d’utiliser du vocabulaire, même si je n’ai pas mis de lexique volontairement pour qu’on s’intéresse au truc. Si le lecteur a un problème avec le vocabulaire, il peut passer les bulles qui l’emmerdent sans perdre le fil de l’histoire.
E : Il y a plusieurs niveaux de lecture.

BDE : Ce fond réaliste peut justement amener à s’y intéresser en dehors de la BD ?
C : C’est le but !
E : Bien sûr c’est un peu didactique mais on passe rapidement à la saga familiale, avec le vin en toile de fond.

BDE : Vous n’avez jamais eu l’intention d’aller à fond dans le côté technique ?
C : Non, parce que je ne suis pas un technicien du vin. Pour l’auteur des Gouttes de Dieu, à mon avis, c’est son métier. Moi, je suis un raconteur d’histoire avant tout. Il fallait juste que je ne raconte pas trop de bêtises, j’ai donc eu des consultants un peu luxueux : des propriétaires de châteaux, des œnologues comme Michel Rolland, etc. Ils ont lu le scénario et vu les pages, on est donc à l’abri de la bêtise grosse comme une maison ! Ça évite d’être repris par tout le monde et de se faire tirer les oreilles.
E : Tu as fait lire et relire ton scénario ?
C : Oui, oui, oui !

BDE : Au centre de ce contexte, il fallait aussi une bonne histoire.
C : Oui. Elle s’est construite en même temps que je faisais des recherches. J’ai lu pas mal de bouquins et rencontré beaucoup de gens, à tel point qu’il a fallu à un moment que ça s’arrête, parce que l’histoire prenait des tours et des détours à chaque rencontre. Tu te dis : « et si finalement je racontais ça ? », puis tu rencontres quelqu’un d’autre : « je vais plutôt raconter ça ». J’ai donc arrêté au bout d’un moment pour figer le truc, prendre une base de départ et construire dessus. Ça a quand même duré quelque temps.

BDE : Les sagas familiales sont en général classiques, présentées sur plusieurs générations. Pas pour vous ?
C : Ce n’est peut-être pas vraiment classique, mais ça va l’être un peu. J’ai trouvé la petite astuce qui permet de traiter une saga familiale sans avoir l’air de le faire, qui est le journal du père. Il était en train d’écrire les mémoires du domaine, l’histoire familiale est donc là. Quand Alexandra va le feuilleter, on aura ces petits flash-backs. Mais ce n’est pas chronologique, elle va le lire comme un dossier, en tombant sur un truc ou sur un autre. C’est un peu pour nous démarquer des Maîtres de l’orge, qui est très pointu. C’était une bonne idée mais on ne devait pas faire pareil.
Ensuite, en regardant autour de soi et auprès des gens qui possèdent des châteaux, on se rend compte que c’est une histoire hyper classique. Les domaines sont chargés d’histoires comme ça. C’est toujours le fils, la fille, les enfants, qui reprennent le château et qui le développent dans une autre direction, qui sera plus marketing, plus ceci, etc. C’est donc standard, personne ne m’a dit que c’était de la science-fiction ! (rires)

BDE : Vous avez visité plusieurs domaines. Comment y avez-vous été accueillis ?
E : Tu as été le premier !
C : C’est vrai… Le tout premier domaine qui nous a ouvert ses portes, c’était Smith-Haut-Lafitte, qui est un grand cru de Graves et qui appartient à la famille Cathiard, Florence et Daniel, qui sont des amis de Jacques Glénat. Jacques me les a présentés pour qu’ils me fassent visiter leur château, ça s’est donc d’abord passé amicalement. Je suis devenu ensuite bien copain avec le directeur technique du château – c’est celui qui ne possède pas le domaine parce qu’il n’a pas d’argent mais qui possède le talent puisqu’il fabrique le vin – et il m’a tout montré et tout appris. La première fois, c’était une grande moisson d’informations, ça partait dans tous les sens. Après j’ai affiné, j’ai emmené Seb dans les chais. J’avais fait un certain nombre de repérages et de photos, mais c’était important que Seb arpente les lieux et se fasse une idée aussi des odeurs, des échelles.
E : C’était très important – et intéressant – au niveau des cuves notamment. Voir les chais avec des centaines de barriques, c’est exceptionnel. Il y a aussi des ambiances très particulières. Comme je suis passé après Éric, on m’ouvrait toutes les portes, c’était royal ! (rires)
On a ensuite arpenté tout le vignoble bordelais, en long, en large et en travers. Il y a eu je ne sais combien de jours de repérage. C’était un boulot terrible ! (rires)

BDE : Graphiquement, justement, comment as-tu imaginé ton domaine ? Est-ce un mélange de ceux qui tu as visités ?
E : Non, on a tout inventé. On a utilisé des éléments d’architecture de plein de châteaux différents. Ce qui est rigolo est qu’on a fait une expo à Pauillac début mai 2010. Les organisateurs nous ont promené dans le vignoble et nous ont arrêtés devant un château en disant : « on est sûr que c’est votre inspiration pour le vôtre ». Et bien non, pas du tout ! Tout le monde a son avis, c’est ça qui est chouette. Si c’est crédible pour des professionnels, c’est top.
On a fait un mix de beaucoup de choses, avec peut-être près de 1000 photos. Il a fallu ingurgiter tout ça. D’ailleurs, je crois que je n’ai pas touché le scénario pendant 6/7 mois, je ne pouvais pas. Il a vraiment fallu que je digère tout ça, que je reconstruise tout, ainsi que l’ambiance bordelaise. J’ai changé plein de choses, comme le bâtiment des négociants.

BDE : Comme dans le scénario, le dessin devait-il être très crédible ?
E : Ah oui !
C : La vigne, notamment. Elle change toute l’année. Parfois elle est nue, parfois elle a des bourgeons, après des feuilles jaunes, des feuilles vertes, parfois elle a du raisin dessus… Il y a un calendrier à respecter. Il faut savoir quel mois on est dans telle séquence, pour savoir quel aspect a la vigne.
E : C’était un élément très important et il a fallu beaucoup de discussion avec le coloriste pour lui expliquer ces changements en fonction des saisons, qui ne correspondent pas au ciel ou aux vignes d’Italie.

BDE : Le 3ème œil, 7 jours pour une éternité, Destins, Château-Bordeaux… Vous ne semblez pas pouvoir vous séparer ? Qu’appréciez-vous tant l’un chez l’autre ?
E : Je crois qu’on connait tous les qualités d’Éric. C’est un auteur incroyable, qui fourmille d’idées et de projets fantastiques, et avec qui je prends toujours un plaisir fou à travailler. C’est de toute façon un mariage de près de combien ? Dix ans déjà ?! Voilà, il faut s’entendre pour que ça dure. Et j’espère continuer encore longtemps avec lui.
C : Pour moi, Seb est quelqu’un qui progresse constamment. On travaille parfois avec un autre sans le voir évoluer, même s’il est bon. On n’est plus surpris, on sait ce qu’on aura. Mais avec Seb, je sais que je verrai son style évoluer en permanence, dans les cadrages, la dynamique des cases, les enchainements. Je peux recevoir une planche et me dire : « Whaou ! Il a fait fort ! » Et c’est vrai que ça fait dix ans déjà que je ressens le même truc.

BDE : Vous allez aussi vous transmettre le relais pour notre vente caritative, puisque Espé a accepté d’en être le prochain parrain. Que peux-tu nous en dire ?
E : Pour l’instant, Corbeyran, Bénédicte Gourdon, Grun, Djilali Defali, Eric Chabbert, Richard Guérineau, Olivier Berlion, Al Coutelis, Annie Goetzinger, Jean-Yves Ferri, Béka, Aurélien Morinière,Rémi Malingrey, Nicolas Otéro, Florent Germaine, Frank Giroud, Alain Julié, Marc Lévy et beaucoup d’autres devraient participer à cette vente aux enchères pour aider l’Inserm dans sa recherche contre les anévrismes.
L’engagement de ces auteurs prestigieux, de mes amis, pour lutter contre ces malformations qui peuvent amener jusqu’au décès des malades me touche profondément. Chaque dessin, chaque illustration, chaque planche mise au enchère sera une pierre de plus apporté à la recherche contre les anévrismes.
Mon petit garçon de 4 ans souffre d’un anévrisme. C’est un mal insidieux, qui ne se voit pas mais s’aggrave jour après jour. L’espoir ne vient que des chercheurs et chaque geste compte.
Je suis heureux que notre métier, notre passion nous permette de participer, même modestement, à ce genre d’action.
Je suis heureux que des dessins permettent de redessiner une ligne de vie à des milliers de malades…

BDE : Merci beaucoup à vous deux !
C & E : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 18 mars 2011 (mise à jour le 31 mai).

© Éditions Glénat 2011/Corbeyran/Espé
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*