Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Tôko Kawai – Auteure de Bond(z) et Irrésistible ivresse

Rencontre avec Tôko Kawai – Auteure de Bond(z) et Irrésistible ivresse

Cette année, bien que le nombre d’auteurs invités à la Japan Expo pouvait sembler décevant par rapport aux éditions précédentes, une mangaka faisait l’événement tout au long du salon. Les files d’attente impressionnantes devant le stand Taïfu Comics témoignaient de l’attente importante des fans face à la venue de Tôko Kawai. Surprise par cet engouement, la dessinatrice a fait preuve d’une grande modestie. Nous avons tenu à revenir avec elle sur la fidélité de ses lecteurs et lectrices.

Chronique de Bond(z)

Bulle d’Encre : Bonjour ! Le yaoi est un genre en plein boum en France comme au Japon. Qu’est-ce qui, selon vous, fait sa réussite auprès des lectrices ?
Tôko Kawai : Dans le cas du Japon, je pense que c’est parce qu’il n’y a pas de personnages féminins dans ces histoires. Cela permet aux lectrices de ne pas être « en conflit » avec eux, il n’y a aucun risque de jalousie vis-à-vis d’héroïnes leur ressemblant. Pour prendre le cas de mes albums, certains personnages pourraient être des filles; mais si c’est une fille, la lectrice pourra s’identifier à elle, imaginer ce qu’elle ferait à sa place et ne pas comprendre ses réactions. Mais comme ce sont tous des garçons, ce problème ne se pose pas.
En ce qui concerne la France, je ne sais pas du tout ! Je n’imaginais d’ailleurs pas que le Boy’s Love aurait autant de succès, qu’il passerait la barrière des cultures et que les histoires pourraient être comprises. C’est donc une vraie surprise, j’en suis très contente ! (rires)

BDE : Grâce à Taïfu, vous êtes ici l’une des mangakas les plus connues dans le registre. Le saviez-vous et qu’en pensez-vous ?
TK : D’abord, je ne comprends pas et je ne sais absolument pas pourquoi je suis aussi appréciée ! Car je n’ai pas autant de succès au Japon, d’autres auteurs en ont beaucoup plus que moi sans avoir été traduits en France. Je me demande donc réellement pourquoi Taïfu m’a choisie et pourquoi les gens m’aiment à ce point-là… Je ne sais vraiment pas, je me pose la question. La seule explication est peut-être que les autres auteurs n’ont du succès que 2/3 ans, tandis que ça dure depuis presque dix ans pour moi.

BDE : Vous aimez les histoires courtes, souvent en one-shots. Envisagez-vous un jour d’installer vos personnages sur des récits plus longs ?
TK : Pas du tout ! (rires) Au contraire, les one-shots sont presque trop longs pour moi. J’aimerais plutôt écrire de toutes petites histoires qui ne dureraient que 32 pages, comme je l’ai fait pour Bond(z). C’est ce que je voudrais refaire car c’est le format que je préfère.
Pour expliquer ma façon de travailler, je commence en fait toujours par écrire la fin. Si je conçois une histoire longue en connaissant déjà la fin, c’est très compliqué et pas intéressant. Je préfère arriver très vite au but final.

BDE : Est-ce que la yaoi vous permet de raconter tout ce que vous souhaitez ou pourriez-vous changer de registre pour sortir des contraintes du genre ?
TK : Non, car j’aime vraiment ce que je fais dans le yaoi. Je n’ai pas l’intention de changer et je n’en ai pas réellement de raison, parce que mon éditeur actuel (NDR : Libre Publishing) me laisse toutes les libertés pour faire ce que je veux. D’ailleurs, lorsque j’ai réalisé Kurumi no Naka (NDR : une série en cours que Taïfu publiera très bientôt sous le titre In the Walnut), il m’a été dit que ça ne faisait pas Boy’s Love du tout; malgré cela, mon éditeur m’a laissée le faire quand même. Pour l’instant, j’ai cette possibilité d’écrire ce que je veux, alors j’en profite.

BDE : Votre voyage en France vous a-t-il donné des idées pour une future histoire ?
TK : Oui, tout à fait ! Le fait d’avoir pu visiter la galerie Jacquemart m’a fait penser à un sujet sur un très riche collectionneur d’art. Cela ressemblerait d’ailleurs un peu à celui de Kurumi no Naka, qui se passe aussi dans le monde de l’art.

BDE : Merci beaucoup !
TK : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 30 juin 2011.

© Taïfu Comics/Kawai
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

2 Commentaires

  1. Pepperdispenser
    Posté 28 juillet 2011 at 14 h 13 min | Permalink

    très jolie interview. Toko Kawai était vraiment charmante et souriante durant les dédicaces. Longue continuation à cette auteure !

  2. Posté 2 août 2011 at 20 h 00 min | Permalink

    Ah! mon auteur préféré 🙂 Merci beaucoup pour cette interview !

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*