Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec J. Scott Campbell – Dessinateur de Danger Girl

Rencontre avec J. Scott Campbell – Dessinateur de Danger Girl

« Bienvenue dans l’opération Danger Girl! Une force de combat clandestine top secret. Danger Girl regroupe les meilleures agentes du monde. J’étais un agent du MI-6 dans les services secrets de Sa Majesté. J’ai repris du service il y a peu quand des rapports des renseignements ont confirmé ce que je soupçonnais depuis longtemps. Des groupes de maniaques ont récemment formé une union, un quatrième Reich si vous voulez. »

Cette semaine, nous vous proposons une rencontre exceptionnelle avec un auteur de génie, invité d’honneur à juste titre de Comic Con’. Illustrateur plébiscité pour ses couvertures somptueuses, maître ès pin-ups, J. Scott Campbell est aussi et surtout le dessinateur du comics Danger Girl. Si les fans regrettent de ne pas voir les suites promises depuis des années à ses séries, l’artiste américain n’a pas manqué son rendez-vous français. Entre les séances de dédicaces et les visites de la capitale et d’un célèbre parc d’attractions, il nous accordé quelques minutes inoubliables.

Chronique des Tomes 1 & 2

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Votre venue en tant qu’invité d’honneur de Comic Con’ France est-elle votre première en France ?
J. Scott Campbell : Non, mais c’est la première fois depuis très longtemps. Cela doit faire environ neuf ans que je ne suis pas venu, ça fait un moment pour moi. J’ai l’habitude de venir assez souvent en fait, je suis même venu tous les étés pendant quatre ans. D’ailleurs je ne sais même pas pourquoi cela fait si longtemps que je ne suis pas revenu. C’est donc formidable d’être de retour, d’autant que c’est la première fois à cette convention.

BDE : C’est encore un rendez-vous modeste face à San Diego !
JSC : Oui, mais vous savez, c’est très comparable à beaucoup de conventions américaines. A San Diego, bien sûr, c’est plus grand mais c’est complètement fou. J’ai été très impressionné quand je suis arrivé ici, ça m’était familier.

BDE : Est-ce un honneur pour vous d’être invité d’honneur ?
JSC : Absolument ! Quand on me l’a proposé, j’étais ravi de pouvoir revenir en France.

BDE : Danger Girl a été à nouveau publié l’an dernier, chez Soleil, et le succès est toujours présent plusieurs années après sa première publication. Qu’en pensez-vous ?
JSC : J’en suis surpris. Que le succès dure si longtemps, c’est une surprise. Je n’y aurais jamais pensé au moment où on a créé la série. D’ailleurs, j’ai toujours une suite en tête, et je pensais que jamais je n’aurais l’occasion de la proposer parce que la série serait oubliée. Beaucoup de temps est passé et les fans sont toujours là. Pourtant je n’ai pas vraiment eu envie de continuer avec ces personnages. Même quand on a du succès, c’est intéressant de passer à autre chose, de tester d’autres styles, d’autres histoires. En plus, à cette époque, j’ai coupé un peu car j’étais fatigué par le rythme imposé et j’ai du me reposer un peu. Pendant plus d’un an, je n’ai plus fait que des couvertures. Et j’ai travaillé ensuite, toujours avec Andy Hartnell, sur Wildsiderz, une autre série très intéressante. Cumulé à ma vie de famille, le temps est passé très vite. Comme j’ai un certain succès en réalisant des couvertures pour Marvel, les éditeurs en étant content, j’ai un peu laissé de côté ces séries. Mais j’espère bien y retourner très vite.

BDE : Ce doit être intéressant de se consacrer à des couvertures, ça s’approche plus du monde de l’illustration.
JSC : Oui, c’est sympa. C’est tout de même un job très exigeant, car il faut pouvoir s’approprier le travail d’un autre dessinateur le temps d’un dessin et faire en sorte qu’il lui plaise, à lui et à l’éditeur, car la vente de l’album en dépendra en partie. Il faut aussi travailler vite et parfois sans beaucoup de repères. Mais chez Marvel, ça se passe très bien et on demande souvent ma participation. C’est vrai aussi qu’en ce moment j’aimerais revenir à mes séries et mes histoires, notamment un projet sur Spider-Man. Il reste à s’entendre avec Marvel sur l’agenda, mais c’est parfois compliqué. D’une manière ou d’une autre, c’est un boulot difficile, qui prend énormément de temps. Parfois, on aimerait pouvoir sortir plus longtemps de sa maison et profiter du soleil ! (rires)

BDE : Avez-vous d’autres projets en dehors de Spider-Man ?
JSC : Depuis deux ou trois ans, j’ai fait beaucoup de salons. Pour ces occasions, j’ai réalisé plusieurs sketchbooks que je vends en festival, notamment des calendriers sur les contes de fées qui ont eu beaucoup de succès. J’aime beaucoup ces petits projets personnels car ils me gardent en contact direct avec les fans. C’est plus concret que des albums vendus en masse à des anonymes. Mais ce n’est qu’une petite partie de ma carrière, je vais davantage revenir aux comics comme je vous le disais.

BDE : Connaissez-vous certains auteurs européens et leurs travaux ?
JSC : La dernière fois que je suis venu en France, j’ai beaucoup regardé ce qui se faisait. Je suis devenu très fan de BD comme Sky Doll ou Blacksad. J’aimais aussi beaucoup ce que faisait Carlos Meglia, j’ai découvert ses œuvres en Europe avant qu’il ne nous quitte. Je n’ai malheureusement jamais eu assez de temps pour en voir plus, il y en a tellement ! J’aime vraiment le style européen, c’est si génial. Je n’achète d’ailleurs pratiquement pas de comics, car ça ne m’inspire pas vraiment. Il y a des choses très bien mais je n’y trouve rien de bien excitant, contrairement aux albums français. Quand je reviens d’Europe, je suis en général très inspiré par la variété des univers que j’y ai découvert. La production américaine est beaucoup plus convenue et prévisible. Le graphisme est lui aussi plus réaliste alors que j’aime quand on exagère les traits pour obtenir quelque chose de plus vivant.

BDE : Votre trait est d’ailleurs clairement proche du style européen.
JSC : Ah oui ? Alors merci, ça me fait vraiment plaisir ! Pour Danger Girl, c’est vrai que j’ai essayé de coller à un certain style, qui convenait pour une série d’aventure. En plus, ce sont des personnages qui voyagent à travers le monde, sans aucun super-pouvoirs. Ça peut donc plaire à tous les lecteurs, même ceux qui n’y connaissent rien aux super-héros. Et la série ne se démode pas. Même si il y a tout un arsenal d’armes ou d’ordinateurs, ça peut se passer aussi bien maintenant qu’il y a dix ans, peu importe. Rien n’est marqué par une époque ou un lieu, c’est ouvert. Et c’est peut-être une des raisons pour laquelle la série plait toujours aujourd’hui.

BDE : Pourriez-vous un jour travailler pour un éditeur français ?
JSC : Oui, pourquoi pas ? Je sais que Terry Dodson, qui est un dessinateur américain, l’a fait. J’ai vu sa BD et j’ai trouvé ça super (NDR : Songes, paru chez Les Humanoïdes Associés). J’adorerais faire ça un jour. Ce que j’aime, c’est surtout le format. Avec cette taille, on peut faire des choses formidables, plus détaillées. Une des dernières rééditions de Danger Girl a été faite récemment dans un format proche de celui-là, c’est vraiment plaisant. J’ai toujours trouvé ridicule la taille des comics aux États-Unis. C’est dû à la perception qu’on a toujours des comics, c’est-à-dire que c’est surtout destiné aux enfants et que ça doit être à la taille. Alors quoi, un petit format pour les enfants et un grand pour les adultes ?! C’est idiot !

BDE : Merci beaucoup d’être venu en France !
JSC : Merci à vous !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Victor Sing.

Interview réalisée le 30 juin 2011.

Premières pages du Tome 1






DANGER GIRL © 2010 J. Scott Campbell. All Rights Reserved.
© MC Productions pour l’édition en langue française
Photo © BDE/A.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*