Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Lilidoll – Auteure de Milky

Rencontre avec Lilidoll – Auteure de Milky

« Cette forêt est mon royaume, ce crépuscule, mon armure. Rescapée de contes désuets et de fables perdues, je vis sous les épines, et rôde dans les broussailles. L’heure venue, de très vieux sortilèges ravivent les bosquets, les bois révèlent leur âme secrète… »

Venez ! Pénétrez avec nous dans ce lieu avec précaution. Par chance, Lilidoll est avec nous pour nous guider et nous permettre de mieux connaitre son univers. Hâtez le pas si vous êtes curieux ! Mais, soyez prudent malgré tout, car sur le chemin de petits êtres nous observent.

Chronique de l’album

Retrouvez des illustrations de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Lilidoll ! Peux-tu nous faire une présentation de Marion Girerd alias Lilidoll ?
L : Tout est dit, je m’appelle Marion, mais je travaille le plus souvent sous le pseudonyme de Lilidoll. J’habite à Nantes depuis 4 ans, où je suis illustratrice free-lance pour la presse, l’édition, le textile, la papeterie, la publicité et occasionnellement le design d’objets de déco. Lilidoll est un surnom qui vient des petites créatures et poupées en tissu que je cousais pour des expositions. J’avais créé la marque Lilidoll parce que c’est un nom court et ludique qui correspondait bien à cette activité-là. Aujourd’hui je ne couds plus du tout, mais Lilidoll est resté, et je l’ai conservé pour le dessin. Mais très sérieusement, pour me connaitre mieux, il faut lire mon livre Milky !

BDE : En parcourant ton site, on peut voir que tu illustres dans divers domaines. Ta créativité semble sans limites !
L : C’est vrai que j’aime beaucoup me diversifier, même si l’édition reste mon domaine favori. Je m’ennuie assez vite si je ne fais qu’une seule chose à la fois, et je trouve ça excitant de dessiner pour des publics différents. Ça m’a tout de suite plu de développer mon univers sur des supports variés quand j’ai commencé à travailler, et surtout d’illustrer des choses vers lesquelles je ne me serais pas orientée spontanément. Il y a une sorte de challenge à adapter son « style » à différents projets. C’est une petite gymnastique qui me plait beaucoup. Mon activité de dessinatrice a débuté par des publications jeunesse, en presse d’abord, puis en édition. La jeunesse est un domaine que j’aime beaucoup, car je m’y sens à mon aise. Je suis parvenue à y développer un langage qui me ressemble. J’ai toujours eu beaucoup de tendresse pour les livres pour enfants, et je suis fière d’en dessiner à mon tour aujourd’hui. Ce qui tient lieu de fil directeur dans mon travail, et dans les choix que je fais tous les jours, c’est le plaisir. Si un projet me plait, que ce soit en design d’objet, en édition, en publicité ou en papeterie, je fonce ! Et puis je viens d’une formation de graphiste à la base, plutôt technique, ça m’a désinhibée face à tout ça. J’ai eu l’habitude de répondre à des demandes précises, en y trouvant mon compte niveau création, ou du moins en essayant de m’y amuser. J’ai aussi passé plusieurs années aux Beaux-Arts d’Angoulême, où j’ai énormément expérimenté dans des domaines variés, et en toute liberté. Cela m’a permis de découvrir beaucoup de choses sur mon travail d’abord, et sur moi, sur mes motivations intimes. Ce qu’on pourrait nommer ma « personnalité » graphique. Cela a été un vrai déclencheur pour la suite. J’ai toujours gardé ce goût pour la polyvalence.

BDE : Tu es résolument tournée vers l’illustration. Pourquoi ce choix ?
L : Les choses se sont mises en place de manière naturelle. Ce n’est pas vraiment un positionnement réfléchi, mais j’ai toujours adoré les livres d’images, accompagnés de texte. C’est un format qui me convient très bien pour le moment. Cela vient aussi du fait que j’ai commencé par travailler en édition jeunesse, où l’illustration est très répandue. Je suis très attirée par les images symboliques, complexes, qui racontent une histoire de manière autonome. C’est pour cette raison que je me sens proche des livres illustrés et du rapport texte/image qui s’y développe. En tant que lectrice, je suis une grande amatrice de BD, mais je n’imagine pas mon travail utilisé tel quel dans une narration séquentielle. Ce serait trop laborieux, et mon dessin actuel n’est pas vraiment adapté à ce format. Car j’adore travailler longuement mes images, mes décors, mes couleurs, revenir sur mes pages, les modifier (abusivement). C’est ma manière de mettre en scène. Mon plaisir, c’est d’illustrer des moments clés d’une histoire, en les cristallisant sur une seule page. Et puis je travaille souvent à même l’image, sans croquis préalable, toutes ces mauvaises habitudes ne sont pas vraiment compatibles avec des albums BD. Si je devais travailler dans un autre type de narration, je n’emploierais pas mon dessin actuel, ce serait trop problématique et pas incroyablement efficace. J’ai déjà pratiqué la bande dessinée lorsque j’étais à l’école d’Angoulême (EESI), et je pense sincèrement que ce n’est pas mon domaine de prédilection. Mais je ne ferme pas la porte, car parfois ça commence à me démanger de nouveau !

BDE : Revenons sur ton actualité immédiate et notamment sur Milky. Comment est-elle née ?
L : Milky est mon premier livre « autonome », le premier que j’ai réalisé entièrement seule (avec de précieuses aides à tous les niveaux). C’est pour cette raison qu’il a une valeur particulière pour moi, et il m’a demandé beaucoup d’énergie. Ce projet est né de manière très libre et décomplexée, puisque je n’avais pas de contraintes, ni de lectorat, ni de forme. L’idée du label Venusdea, que dirigent Barbara Canepa et Clotilde Vu, est de laisser carte blanche aux auteurs, en leur offrant un espace d’expression total, que ça soit sur un livre ou un autre support. Certains projets sont des Toys (Mekaneko, de Matteo De Longis, est sorti en 2011…) ou des livres. C’est l’auteur qui choisit son champ d’expression. Comme j’oscillais entre l’envie de faire un artbook et celle de raconter une histoire suivie, j’ai opté pour une solution un peu hybride : un livre d’images avec une trame poétique, et une forme de texte court. C’était important pour moi qu’on suive le personnage de Milky sur un itinéraire et sur un livre complet. Même si j’avais surtout envie de me lâcher graphiquement à la base.

BDE : L’album est lumineux. Comment s’est déroulée toute la phase créative au niveau des couleurs ?
L : Je souhaitais que le lecteur soit immergé dans une ambiance, et qu’il plonge dans les mystères de l’endroit de manière sensorielle. Milky est un album qui est très sombre au premier abord, car j’ai fait le choix de travailler dans des ambiances nocturnes. Mais je voulais que la magie opère dans la pénombre, que les ténèbres soient bienveillantes, et qu’elles génèrent du rêve et de la beauté. On croise dans Milky des éléments féériques. Et la lumière y est omniprésente, même dans les endroits les plus enfouis, sous forme d’étincelles ou de brillances. Je me suis donné des contraintes de couleur pour les images, en établissant à l’avance les ambiances que je voulais travailler. Pour éviter d’aller dans tous les sens déjà (parce que c’est très facile avec la couleur numérique), et parce que je voulais que les couleurs choisies reflètent les émotions de la forêt. La principale difficulté sur tout le livre a été de gérer ces ambiances intimes, et de travailler la pénombre en lui donnant du corps. Je n’avais jamais travaillé dans des teintes aussi sombres avant. J’étais angoissée par les soucis d’impression que le livre pourrait rencontrer. A la parution, j’ai été rassurée de voir que les pages dégageaient le halo lumineux que je souhaitais révéler.

BDE : Quelles ont été tes principales sources d’inspiration ? On peut citer Tim Burton ou Neil Gaiman, mais encore ?
L : Tim Burton est souvent cité pour tout ce qui a un aspect un peu sombre et « gothique ». C’est la référence connue et commune, mais son travail ne m’inspire pas vraiment directement. Je comprends très bien que Milky y soit associé. Par contre, je me sens déjà plus proche de Gaiman. J’apprécie beaucoup son imaginaire (j’avais adoré la série des Sandman), et c’est un auteur qui m’épate. On pourrait aussi bien rapprocher Milky de Lewis Carroll par exemple. Mais mes sources d’inspiration sont multiples (pour ne pas en faire la liste complète), et viennent plutôt du coté de la littérature et du cinéma, de mon histoire personnelle surtout (pour ne pas faire original).

BDE : Quel est ton ressenti après avoir travaillée pour un label tel que VenusDea ?
L : Il est rare en édition d’avoir une telle liberté. Cela a été bénéfique pour le projet, et pour l’orientation de mon travail en général. Au début, cette liberté m’a semblé un gouffre insurmontable. Mais finalement, elle m’a permis de travailler sereinement. L’équipe de VenusDea et les éditions Soleil sont très professionnelles. Et il y a un énorme travail de fait autour des livres, que ce soit au niveau du suivi des auteurs, tout en élasticité, ou de la présentation des projets au public. Ils connaissent le métier sur le bout des doigts. Travailler pour le label m’a donné envie de repartir sur un projet pour adulte aussi, et de travailler de manière plus fréquente sur des projets personnels.

BDE : Refaire une bande dessinée dans ces conditions pourrait te tenter ?
L : Je ne crois pas. On m’a déjà proposé à plusieurs reprises des projets de bande dessinée, dont un qui me branchait vraiment bien. Mais je ne compte pas m’y mettre pour le moment. Pour les raisons que j’ai cité plus haut, et parce que le temps me manque. J’ai des projets programmés pour un moment, alors je n’y pense pas. J’aurais peut-être envie d’y revenir plus tard, mais pour le moment j’ai d’autres projets sur le feu. Et ça me motive déjà beaucoup.

BDE : Peux-tu nous parler de la Baie Noire ?
L : C’est une association nantaise qui regroupe divers créatifs au sein d’un même atelier. Ce lieu a vu le jour il y a deux ans. Il est né d’un désir commun de trouver un endroit pour travailler, et ensuite d’une envie de partager des expositions, de se projeter dans des projets collectifs. Il comporte 15 adhérents. C’est un lieu en perpétuelle mutation, qui évolue selon les personnes qui y passent pour travailler. De mon coté, je n’ai pas réellement investi la Baie Noire pour le moment. J’y partage une place avec mon ami qui est aussi dessinateur. Mais j’ai préféré travailler tout Milky dans l’atelier que j’avais aménagé chez moi. J’ai eu curieusement besoin d’isolement pour ce projet, et de silence. Alors que j’avais toujours travaillé en atelier avant d’arriver à Nantes. Maintenant que Milky est terminé, je pense que je vais retourner dans un espace commun la plus grosse partie du temps. C’est une solution qui me correspond bien, et elle me manquait. Car elle permet de s’ouvrir aux autres, de s’enrichir aux contacts des collègues de travail, et de garder un lien social tout en travaillant (ce qui est plus difficile en restant chez soi). Avoir la possibilité de travailler à la fois chez soi, et à l’extérieur, c’est un vrai plaisir.

BDE : Milky est née et va grandir dans nos bacs. Quels sont tes prochains projets ?
L : Cet été, j’ai pris un peu (beaucoup) de repos, et j’ai vu du pays. Mais j’avais effectivement lancé d’autres projets avant de boucler le livre. J’aime que les transitions se fassent en douceur. C’est plus facile de lâcher les projets quand on est bien motivé par la suite. Le premier projet, qui va continuer de m’occuper toute la fin d’année 2011 et une grosse partie de 2012, est un (très) gros livre illustré, une adaptation littéraire qui sortira dans la collection Métamorphose en 2012. Ce projet est un vieux rêve qui devient réalité, et je suis vraiment très excitée par l’aventure. Je ne veux pas en parler plus pour le moment mais je ne serai pas avare en images le temps voulu ! Une fois ce livre bouclé, et si j’y parviens vivante, j’aimerais terminer un projet de livre jeunesse que j’ai initié il y a plusieurs années. Il est resté en suspens pendant trop longtemps faute de temps libre justement, et de maturité. C’est un livre pour enfant que j’ai écrit, et que j’aimerais retravailler et illustrer pour la fin 2012 ou début 2013. A coté de ces deux projets, je pense qu’il ne me restera pas beaucoup de temps. Alors, je ferai en fonction de mes possibilités et de mes envies. J’ai aussi un livre de comptines pour les petits qui sortira en 2012 chez Fleurus, dans un style épuré que j’affectionne particulièrement. Il y a également deux contes classiques aux éditions Lito et diverses publications mensuelles en presse jeunesse qui sont programmées déjà. Et pour finir, j’ai des projets autres que des livres cette fois, à suivre au jour le jour sur mon blog.

BDE : Merci beaucoup et à bientôt.
L : Merci à toi.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 25 août 2011.

Extraits de l’album


© MC Productions/Lilidoll
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*