Accueil » Univers Comics » News Comics » Captain America – First Avenger

Captain America – First Avenger

Date de sortie : 17 août 2011
Réalisateur : Joe Johnston
Acteurs : Chris Evans, Hayley Atwell, Tommy Lee Jones, Hugo Weaving, Dominic Cooper, Sebastian Stan, Stanley Tucci
Scénaristes : Christopher Markus, Stephen McFeely et Joss Whedon
Créateurs : Joe Simon et Jack Kirby
Producteurs : Kevin Feige, Victoria Alonso, Stephen Broussard, Stan Lee
Durée : 2h03
Genre : Action, Aventure, Fantastique
Année de production : 2011
Tous publics
Distribué par : Paramount Pictures France

Alors que la guerre fait rage en Europe, sous les avancées incessantes des troupes nazies, un jeune Américain rêve de se faire enrôler pour aller soutenir ses compatriotes et combattre ses ennemis. Mais Steve Rogers n’a pas le profil d’un soldat. Petit et fluet, il voit ses demandes d’incorporation être rejetées les unes après les autres. Alors qu’il vient de tenter sa chance une cinquième fois sous une fausse identité, son meilleur ami, Bucky Barnes, est envoyé au front. Mais sa motivation et son courage ont attiré l’attention d’un scientifique. Le professeur Erskine a justement fui l’Allemagne pour proposer ses services aux Etats-Unis et chapeaute un projet ultra-secret. Cherchant le soldat idéal pour tester un super-sérum qui décuple les capacités physiques, Erskine impose le jeune homme malgré la méfiance des généraux. Si l’opération est un succès, les espions nazis empêcheront leurs rivaux de constituer toute une légion de super-soldats. Ce qui arrange un certain Johann Schmidt, dirigeant de l’HYDRA, la division scientifique du Reich. Rejeté par l’armée qui voit en lui un phénomène de foire, Steve fait le tour du pays pour promouvoir l’effort de guerre sous le pseudonyme patriotique de Captain America. Jusqu’au jour où il est envoyé soutenir les troupes en Europe…

Si elle n’est arrivée qu’après deux films consacrés à Hulk ou Iron Man, et même après Thor, cette adaptation était attendue – et annoncée – comme celle qui allait lancer concrètement la réunion des héros dans The Avengers, prévu pour 2012. Captain America est en effet le personnage qui relie tous les autres dans l’univers Marvel puisque c’est après l’avoir retrouvé et décongelé des glaces que les super-héros créeront leur équipe de justiciers. Mais avant ces retrouvailles tardives, Cap a livré bataille en pleine seconde guerre mondiale et c’est cette période que couvre tout le film.
Comme dans toute adaptation, de nombreux éléments doivent être modifiés ou sacrifiés, tant pis pour les fans pointilleux. On pourra bien sûr regretter la faible participation d’un personnage aussi important que Bucky ou de l’équipe constituée autour de Dum-Dum Dugan, mais le film – en tant qu’œuvre à part entière – est tout de même très réussi.

Le réalisateur Joe Johnston, malgré un CV long comme le bras qu’il s’est constitué dès 1975 comme responsable des effets spéciaux du premier volet de Star Wars, n’est pas un spécialiste du blockbuster. Longtemps directeur artistique sur la saga de George Lucas ou sur les premiers Indiana Jones, on lui doit quelques films marquants : Chérie j’ai rétréci les gosses, Rocketeer, Jumanji, Jurassic Park III ou encore Wolfman. Autant dire qu’il était attendu aux commandes d’un gros projet ! Mais, bénéficiant d’un scénario solide et d’une excellente photographie, il livre un des films Marvel les plus aboutis, grâce à sa reconstitution très soignée de l’époque et un rythme dense. La performance est aussi de restituer un ton réaliste tout en gardant quelques éléments fantaisistes (le super-sérum, HYDRA, le bouclier en vibranium, etc). Finalement, Steve Rogers reste bien un super-soldat plus qu’un super-héros, ses performances n’ayant presque rien de plus impressionnant que celles d’un John Rambo ! Ce qui permet à tous les publics de pouvoir apprécier ce film, même ceux allergiques aux personnages invraisemblables. Bien sûr, comme pour ses prédécesseurs, la première partie est plus convaincante autour de la naissance du héros, la suite, plus classique, étant consacrée à l’action. L’histoire aurait facilement tenu un film de plus, mais l’obligation était de faire tenir cette période en un seul épisode avant de faire revenir Cap de nos jours.

Niveau casting, pas grand-chose à redire. Chris Evans fait rapidement oublier sa précédente interprétation d’un super-héros dans Les 4 Fantastiques, en proposant un personnage très différent, timide, modeste et volontaire, tout le contraire de Johnny Storm ! Autour de lui, des comédiens de talent comme Tommy Lee Jones, Hugo Weaving (décidément à l’aise sous des masques) ou Stanley Tucci qui, en quelques minutes, réussit à laisser une empreinte pour le reste du film. Injustement méconnu, il se bonifie au fil de rôles très différents et souvent forts. Sa version du professeur Erskine est pourtant très importante. Mais la révélation du film, avec Dominic Cooper, est certainement Hayley Atwell qui incarne une Peggy Carter combative et crédible. Elle aussi aurait mérité d’être revue mais il n’y avait pas de place pour tout le monde dans le congélateur à héros !

Puisque le film s’inscrit dans la suite logique qui amènera à la réunion de plusieurs héros dans The Avengers, de nombreux éléments de cross-over parsèment le film. Outre la scène finale et un teaser d’après-générique dont on ne dira rien, la présence de Howard Stark ou du cube cosmique d’Odin offrent des pistes sur ce qui suivra dans les prochains films. Chris Evans s’étant engagé sur six films (3 épisodes de Captain America et 3 des Avengers), il n’y aura pas trop à présenter pour remplir tous ces scénarios !
Plusieurs clins d’œil sympathiques sont aussi faits au comics originel. Puisque Cap a été créé pendant la guerre dans un but de propagande purement patriotique, toute sa tournée de promotion dans les états américains est tournée en dérision, notamment son costume étoilé pas vraiment discret. La fidélité est toutefois de mise puisque le premier bouclier utilisé par le super-soldat est bien celui de 1941, et son changement pour le rond en vibranium est aussi celui qui fut dessiné jusqu’en 1949.

Alors qu’on aurait pu craindre un film de propagande hyper-patriotique, Joe Johnston livre une œuvre solide, réaliste et ironique. N’hésitant pas à se moquer du symbole américain que Cap représentait durant la guerre, il offre une base forte pour le méga-projet que constitue The Avengers, actuellement en tournage. Charge à Joss Whedon de poursuivre sur cette ligne… Le deuxième volet étant déjà en préparation, le scénariste Christopher Markus planche sur le nouvel ennemi que devra affronter Captain America et vient de révéler qu’il espérait que ce soit l’abominable MODOK !

Arnaud Gueury

Tags : ,

Un Commentaire

  1. Nicolas
    Posté 2 septembre 2011 at 7 h 58 min | Permalink

    J’ai bien aimé ce film et ton avis correspond à celui que je me suis fait 😉

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*