Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Michaël Cesneau – Co-organisateur du Festiblog

Rencontre avec Michaël Cesneau – Co-organisateur du Festiblog

Le Festiblog 2011 allait clore sa première journée samedi 24 septembre quand l’un de ses organisateurs, Michaël Cesneau, eut la mauvaise idée de croiser avec sa bonhommie insubmersible notre route. Rendez-vous était pris pour le lendemain, à l’heure où le festival fort fréquenté finissait de se gaver de soleil, d’art culinaire et d’auteurs rassasiés de toutes sortes de bonnes choses solides et liquides. Michaël nous a donc conté les causes de sa bonne et très grande fatigue, preuve d’une édition arrivée à la bonne cuisson.


Bulle d’Encre : Bonjour Michaël. Peux-tu nous dresser un petit résumé du Festiblog de cette année, qui en est au digestif à l’heure où nous commençons cet entretien ? .
Michaël Cesneau : L’édition de cette année s’est bien mieux passée que celle de 2010, grâce à la météo qui est avec nous cette fois. Cela nous a permis d’avoir plus d’affluence, environ 5000 visiteurs, et des conditions bien meilleures pour apprécier le blog BD, pour les auteurs, les festivaliers… et aussi l’organisation.
Cette année a été celle du renouvellement de nos invités. Un peu moins de têtes d’affiches présentes de manière répétée ces dernières années. Je pense à Gally, Cha, Laurel, Obion, Maliki, Margaux Motin, Pacco, etc… pour diverses raisons et empêchements. Cela nous a permis de mettre en avant de nouveaux talents. Nous avons eu la chance parmi les candidats de découvrir des artistes que nous ne connaissions pas comme Samaritain, David Gilson, Charlie Poppins… Cela nous a permis de renouveler les visages, tout en conservant bon nombre de fidèles, comme Boulet, Pénélope, Diglee ou Martin Vidberg. Notons que c’est aussi la première année où le parrain, Guillaume Long, est un nouveau venu au Festiblog !
Grâce au festival d’Angoulême auquel nous sommes associés dans le cadre de la Révélation Blog, nous avons été mis en contact avec la Caisse d’Epargne qui a répondu présent avec beaucoup d’envie. L’établissement a entre autres sponsorisé la tente Jeux où l’on a organisé un certain nombre de jeux pour les auteurs et le public, dont un jeu de société où quarante invités ont participé à la création d’une œuvre numérique qui sera diffusée sur la plateforme Esprit BD, sorte de Youtube de la BD en ligne dont le lancement est prévu pour janvier 2012.
Pour la 2e année consécutive, Boulet nous a fait le plaisir de continuer son exposition en dessinant en live sur des suggestions du public.
e-artsup, école de multimédia et de création numérique, partenaire du festival depuis 5 ans, a sponsorisé les Master Class, ateliers de création où des dessinateurs et professionnels de l’animation ont fait des démonstrations en live devant le public. De quoi faire découvrir aux amateurs le processus de création et partager diverses techniques avec les autres artistes présents.
Les auteurs de Rien à voir ont également organisé un atelier de bande-dessinée dans une librairie du IIIe pour initier les plus jeunes.
Enfin, MyMajorCompanyBD, nouveau sponsor, a également apporté sa pierre à l’édifice en organisant un concours ouvert à tous les artistes en herbe pour le lancement de leur nouvelle plateforme d’édition qui permettra, à compter du 17 octobre, aux internautes de devenir éditeurs de BD.


BDE : Comment évolue votre relation avec la mairie du IIIe arrondissement de Paris, qui vous accueille depuis maintenant 3 ans ? J’ai cru voir un élu local assez amusé des talents de Martin Vidberg pour illustrer les jeux sur plateau politiques.
MC : En effet, Martin Vidberg a illustré un jeu de société à succès parodiant les campagnes électorales et baptisé « Casse Toi Pov’Con ». Un simple jeu de cartes pas bien méchant mais qui s’est tout de même vu interdire dans certains festivals où les élus locaux n’étaient pas à l’aise avec les éventuelles retombées médiatiques. L’info autour de cette censure a été relayée dans les médias et sur Internet jusqu’à ce que Martin lance sur son blog une invitation cordiale au maire du IIIe arrondissement pour venir tester le jeu lors du Festiblog, invitation qui a été acceptée.
Au-delà de cette sympathique anecdote, la mairie du IIIe regorge d’acteurs impliqués et passionnés à tous les niveaux et c’est sans doute notre partenaire le plus actif. Ils ont compris notre singularité dès le début et nous ont immédiatement apporté le soutien dont nous avions besoin tout en nous laissant une complète indépendance. Ils nous facilitent beaucoup de choses pour la gestion de l’espace public, fournissent une grande quantité de matériel, relayent très efficacement l’information, sont d’une réactivité stupéfiante. En plus de toutes ces compétences, ce sont d’excellents camarades de jeu, toujours enthousiastes et prêts à nous suivre dans nos envies aussi farfelues soient-elles. Nous avons de grands projets avec eux pour les 10 ans du Festiblog, si le festival existe toujours d’ici là.

BDE : En 2006, tu as été graphiste pour la Coupe d’Asie de pâtisserie, et, comme par hasard, Guillaume Long, le parrain 2011, se met à phosphorer sur son blog A boire et à manger, et Lucile Gomez, la marraine 2011, nous sort en juin 2011 une belle BD de marivaudage en salon de thé, et – encore comme par hasard – cette année, ce fut la gastronomie au menu du Festiblog. Un thème étrangement devenu évident, non ? Comment a-t-il été décliné ?
MC : Mince, où as-tu trouvé ces infos ? (rires)
Pour la première fois, nous avons voulu décider d’un thème pour le Festiblog, afin d’apporter un nouvel angle et renouveler un peu l’engouement du public et le nôtre. Après tout, les blogs BD et les webcomics sont devenus une institution et ne constituent plus vraiment une nouveauté. Nous avons donc pu fouiller un nouveau thème, celui de la gastronomie, qui est d’ailleurs développé partout en France ce week-end en particulier. Cela faisait un moment que nous souhaitions accueillir Guillaume Long au Festiblog. Or, il était un peu difficile à faire venir, pour des raisons très légitimes d’ailleurs. Comme avec son blog A boire et à manger, la gastronomie est son thème, pour ne pas dire son pré carré, il ne pouvait pas refuser l’invitation avec notre envie de mettre la gastronomie en avant.
Tout autour de cet axe, nous avons organisé un certain nombre d’événements. On a développé un partenariat avec Jacques Genin, grand pâtissier parisien, qui a ouvert d’ailleurs à quelques pas du lieu du festival, près de la Place de la République, une boutique où nous avons envoyé plusieurs bloggeurs – Boulet, Pénélope Bagieu, Lucile Gomez, Nancy Peña – qui ont pu exercer leur art sur du chocolat.

Une fois les plaques réalisées, nous les avons montrées sur tous les stands du festival… Et les avons vues mangées en deux minutes.
Cuisine Attitude, l’atelier de Cyril Lignac, s’est aussi associé à nous. Guillaume Long est allé prendre un cours de cuisine là-bas.
Sinon, tradition depuis 2007, le Festi Fight Club, inspiré du film de David Fincher et adapté par Turalo, s’est tenu, avec des batailles en dessins entre festivaliers, auteurs ou lecteurs. Les vainqueurs ont d’ailleurs eu aussi le droit à un passage gustatif chez Jacques Genin, en compagnie de nos parrain et marraine. Je crois que cela valait le déplacement !


BDE : Comment vois-tu votre brigade artistique qui prépare les bons petits plats, à savoir vos auteurs invités ? Quelles nouvelles toques cette année ? Et depuis le début en 2005 du Festiblog, il y a ceux qui sont restés fidèles, ceux qui sont venus et un peu éloignés, ceux qui connaissent un beau succès en papier… Bref, comment vois-tu l’évolution des dessinateurs présents ?
MC : Je le dis et le répète, nos auteurs sont charmants. Toujours. Déjà tout simplement parce qu’ils ne sont pas ici en service commandé, ce ne sont pas leurs éditeurs qui nous les envoient. Nous les invitons directement, comme bloggeurs et non pas comme dessinateurs. Beaucoup d’entre eux n’ont d’ailleurs pas publié de livre papier. Les auteurs sont vraiment à l’origine du festival. Turalo est un des co-fondateurs du Festiblog, avec Yannick Lejeune, et il est dessinateur. « Créé par les bloggeurs, pour les bloggeurs » !
Et depuis, l’équipe organisatrice a toujours tenté de faire le maximum avec les moyens collectés, tout en gardant à l’esprit l’idée de proximité, avec une bonne ambiance comme ingrédient. Je pense aussi que l’économie de moyens que nous devons poursuivre – toute l’équipe est bénévole – est parfaitement intégrée par les auteurs présents, qui viennent pour l’ambiance bonne franquette.
Sur les centaines d’auteurs venus, on a peut-être eu un ou deux auteurs qui n’ont pas voulu revenir, mais c’était lié à un manque d’envie de dédicacer, pas spécifique à notre festival. Mais je dois dire que la volonté de l’équipe est de limiter aussi le nombre d’auteurs. Les communautés invitent leurs auteurs, ce qui ouvre en soi le festival, mais de façon générale on refuse de prendre une taille trop démentielle. On voudrait mettre plus de gens en valeur, mais au-delà du nombre actuel ça deviendrait une usine.
Et pour assurer un roulement des auteurs, ceux souvent présents finissent parfois par ne pas être conviés à une édition, mais on fait tout pour leur expliquer notre démarche, et les réinviter ensuite. Je prends l’exemple d’Allan Barte, toujours venu depuis 2005. En 2010, on a fait une petite pause avec lui … pour mieux le réinviter en 2011. Donc les fidèles reviennent, tout en acceptant de libérer leur chaise à l’occasion.

BDE : Certains auteurs délaissent formellement le blog, soit en l’abandonnant ou en étant beaucoup moins investis, mais continuent via les réseaux sociaux comme Facebook ou Google+ à pouvoir être suivis. Comment perçois-tu ce changement ?
MC : C’est un phénomène lié aux blogs de manière générale et pas seulement aux blogs BD. Ceux qui se servaient avant tout de leur blog comme carnet de bord, vitrine d’expérimentation, outils de com’ ou déversoir égotique peuvent aujourd’hui le faire plus facilement sur les réseaux sociaux. Ceux qui ont une véritable démarche narrative, créative, qui se rémunèrent via la publicité ou qui prévoient de faire éditer leur travail par la suite tendent à conserver beaucoup plus leurs blogs. C’est pour ça que l’on se définit comme un festival de BD numérique et que nous avons décidé très tôt de ne pas nous limiter aux blogs en particulier, même si au départ tous nos invités étaient uniquement des blogueurs. Le blog est une plateforme, un support comme un autre.
Ceci-dit, il serait intéressant de voir un jour les réseaux sociaux utilisés à des fins narratives. Il faudra des auteurs inventifs comme Marc-Antoine Mathieu, pour justifier certains usages et démontrer les nouvelles possibilités qu’apportent ces nouveaux supports. Comme il a démontré la complémentarité de la version numérique pour la version papier avec son nouvel album 3 secondes, comme Charlie Poppins s’amuse à insérer des flash QRcodes dans ses dessins, peut-être qu’il y a quelque chose à faire avec les réseaux sociaux, les incorporer dans le processus de narration, en complément d’autres supports pour qu’ils deviennent une extension de l’univers et de l’histoire qui prendrait une dimension communautaire et participative. Mais peut-être que les auteurs de BD délaisseront les réseaux sociaux avec la venue de nouvelles plateformes, comme celle d’Esprit BD en janvier par exemple. Tout ça est fort ludique et passionnant à suivre.

BDE : Comment vois-tu l’évolution des festivaliers cette année ? Plutôt bouillants, des jeunes pousses… ?
MC : On veut toujours maintenir la gratuité pour conserver notre ambiance, cela évite d’avoir des festivaliers qui râlent pour les euros qu’ils auraient payés s’ils ratent ensuite leurs séances de dédicaces.
La « faune », sinon, est toujours variée, même si on a la chance d’avoir un public assez jeune. Hyper fidèle, je repense à l’édition de 2010, où on a été étonné, malgré la pluie, de les voir rester dans le froid attendre dans la bonne humeur leurs auteurs favoris.


BDE : Que dire de l’équipe organisatrice depuis ses débuts en 2005 ? « La salle » aussi bénévole que nombreuse du Festiblog a-t-elle encore une fois fait des étincelles ? Quelques petites anecdotes te reviennent, de cette année ou des précédents ?
MC : Pour commencer, je ne présente plus Yannick Lejeune, notre pilier fondateur, qui est Directeur Internet pour le Groupe IONIS, éditeur chez Delcourt en charge du numérique, écrit aussi de temps à autres dans la presse BD et dirige toujours avec la même efficacité le festival…
Vous avez aussi Anaïs Zeiliger, arrivée l’année passée, chargée de communication interne chez Air France, qui fait un travail remarquable et qui est moteur de pas mal des nouveautés cette année.
Et sinon, dans l’équipe, présents depuis longtemps, on va avoir des gens comme Turalo, Cubik, Nicolas Adolphi, qui souvent nous donnent des idées et que nous consultons régulièrement sur nos réflexions. La sélection des auteurs s’effectue dans ce petit comité. Et sur le week-end, une vingtaine de nos amis arrivent à la rescousse pour les grandes manœuvres du Festiblog, et on ne les remerciera jamais assez. La plupart ne sont pas branchés blog BD et viennent toujours avec la même bonne humeur servir des cafés, porter des tables et jouer de la guitare pour animer nos petits événements. Cette année nous avons également accueilli 3 bénévoles que je remercie encore pour leur aide précieuse.

BDE : Si le Festiblog avait quelques conseils et astuces pour l’utilisation du web par un festival BD, autant pour la préparation que pour la suite à lui donner, quels seraient-ils ?
MC : Le web est un outil de communication extraordinaire mais il faut avoir des oreilles attentives pour que ça fonctionne. Aujourd’hui, même si nous avons une très bonne couverture par la presse ou même à la télévision et la radio, c’est par notre réseau de blogueurs et par Facebook que nous diffusons notre message avec efficacité. A titre d’exemple, nous organisons chaque année un concours en ligne avec l’un de nos partenaires. Il suffit que nous en parlions et que nos invités en relaient l’information pour attirer l’attention de milliers de participants en moins de 24h. Ce phénomène de viralité est surprenant et très efficace.
En plus de notre blog, nous avons adopté Facebook pour communiquer sur des choses plus anecdotiques. Relayer une petite info, poster des photos, des vidéos, avoir le retour du public. Bref c’est un espace avec beaucoup plus d’échanges, de discutions, on est dans le dialogue et c’est important pour nous de pouvoir rester connectés avec le public afin de mesurer leurs attentes et leurs retours. Cela leur permet également de s’impliquer en nous envoyant des photos, des vidéos, des liens, leurs dédicaces, en taguant leurs amis, etc… A l’heure actuelle, nous avons un peu plus de 4400 abonnés à la page Facebook, et de nouveaux s’ajoutent chaque jour. On se demande parfois jusqu’où ça va aller. Ces liens avec la communauté nous permettent de ne pas nous enfermer dans une organisation impersonnelle et de conserver l’esprit familial et de copinage qui est à l’origine du Festiblog.
Nous utilisons également d’autres plateformes comme Dailymotion, Flickr, Twitter, etc, fin de diffuser auprès d’un maximum de personnes. Mais c’est bien grâce au travail bénévole et fantastique de nos photographes et vidéastes professionnelles, Vanessa Gilardini, Léa Schneider et Chloé Vollmer-Lo, qui nous fournissent des photos et des vidéos de très grande qualité, que l’on peut se permettre cela. Si on a rien d’intéressant à montrer, la multiplication des plateformes de diffusion est inutile.


BDE : Et toi, Michaël, à l’origine avec Yannick Lejeune de ce bel établissement aux milles saveurs qu’est le Festiblog, que cela t’a-t-il apporté ? Et resignes-tu pour une édition 2012 ?
MC : J’ai rejoint le Festiblog en 2006. C’est Yannick qui m’y a entraîné, pour la petite histoire il a été mon maître de stage quand j’étais étudiant. Il m’avait juste passé un coup de fil pour me demander si je pouvais lui filer un coup de main, en portant quelques chaises et tables pour un truc entre potes qu’il organisait. Et depuis, je ne suis plus reparti ! C’était tombé au moment où je venais de découvrir la blogosphère BD, et je suis venu comme les autres lecteurs, pour voir et échanger avec les auteurs que je suivais en ligne.
Depuis, je me suis un peu plus investi, et on se partage les tâches avec Yannick et Anaïs tout au long de l’année. Ça m’a apporté quelques bonnes nuits blanches. Mais surtout – attention, moment de grande émotion – j’ai rencontré des gens formidables. Des auteurs deviennent des amis proches, j’ai pu comprendre l’événementiel, des festivaliers nous remercient en nous croisant sur le festival, nous font des petits cadeaux… et puis j’ai rencontré ma compagne. Bref, je dois au Festiblog beaucoup de rencontres avec des gens exceptionnels.
Mais nous n’avons pas encore décidé de faire un nouveau Festiblog. Comme après chaque édition, nous nous laissons le temps de la réflexion et nous verrons l’an prochain si nous sommes toujours motivés, si l’attente du public et des auteurs est toujours là, si nos envies sont réalisables et surtout si nous avons le temps de l’organiser.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Damian Leverd

Interview réalisée le 25 septembre 2011.

En photo :
Michaël Cesneau (par Léa Schneider); Guillaume Long, parrain de l’édition 2011 (dessinateur de Tétine Man, aux éditions Didier) et Nancy Peña (auteur de It is not a piece of cake, à la Boite à bulles) ; Anne Montel (dessinatrice de Shä et Salomé Jours de Pluie, chez JC Gawsewitch ; www.ahurie.net) et Loïc Clément (scénariste de Shä et Salomé) ; Pénélope Bagieu (auteur de Cadavre Exquis, chez Gallimard) et Kek (auteur de Virginie, une histoire qui sent la colle Cléopâtre, chez Delcourt) ; Marie Voyelle (dessinatrice des Envahissants, sorti au Livre de Poche) et Leslie Plée (auteur de L’Effet Kiss pas cool, chez JC Gawsewitch)

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*