Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Le lancement du nouveau XIII en présence des auteurs

Le lancement du nouveau XIII en présence des auteurs


(de gauche à droite, I.Jigounov, Y.Sente, F.Boucq et D.Alcante)

Vendredi 18 novembre, les éditions Dargaud marquaient le lancement des deux derniers albums de XIII par une rencontre avec les auteurs à la FNAC Montparnasse. Ouvert au public, ce moment rare réunissait Yves Sente et Iouri Jigounov, les repreneurs de la série originale, ainsi que Didier Alcante et François Boucq, auteurs du tome 4 de XIII Mystery consacré à Amos. Avant une séance de signature, les auteurs étaient questionnés sur leur travail et leurs rapports avec cette série légendaire.

Morceaux choisis…

Après Blake et Mortimer puis Thorgal, Yves Sente semble être devenu un spécialiste de la reprise des séries mythiques. Le scénariste a toutefois de nombreux autres projets en cours mais il apprécie l’exercice. « Lorsqu’il s’est agi de poursuivre la série, mon premier réflexe a été de reprendre tous les albums, plusieurs fois, pour établir une chronologie et un tableau très précis de tous les éléments que Jean Van Hamme avait placés dans la série. Je dois dire que son travail est réellement stupéfiant car il n’y a aucune erreur ni incohérence sur les 19 volumes. Jean a par contre laissé de nombreux trous, ce qui est génial pour moi car je vais pouvoir les remplir. C’est ce qui motive cette reprise car, si XIII connait son identité, il n’a pas retrouvé la mémoire. Comme il est soigné physiquement, son amnésie ne peut être expliquée que par un événement traumatisant. Et il devra remonter à la naissance de la nation pour expliquer la conspiration des XX et son implication. »

De son côté, Iouri Jigounov prouve son amour des histoires oscillant entre action et espionnage, à l’instar de la série Alpha. « A l’origine, William Vance devait travailler sur cet album. Yves voulait donc lui faire plaisir en lui faisant dessiner ce qu’il aime : des bateaux, dont le Mayflower. C’est finalement moi qui m’en suis chargé, mais j’ai trouvé normal de lui demander de réaliser les dernières pages où ces bateaux sont présents. Ça m’a semblé naturel et c’était un plaisir. »

« J’ai découvert XIII lorsque j’avais… 13 ans, raconte Didier Alcante avec une réelle émotion. C’était lors de la publication du premier tome dans le journal Spirou en 1984. J’ai tout de suite adoré cette série et y contribuer aujourd’hui est un rêve de jeune adolescent. Quand Jean Van Hamme m’a contacté en 2006, Xavier Dorison venait de choisir le personnage de la Mangouste, j’ai donc pu prendre une option sur Amos. C’est vraiment sur lui que je souhaitais faire un album, car rien n’est dévoilé de son histoire, ce qui permettait de tout imaginer. Je suis vraiment fier de cette collaboration avec François. »

« Je confirme le plaisir pris à travailler sur cet album, ajoute François Boucq. Amos n’est pas un personnage sexy, c’est vrai, mais tout fait de lui un héros. Dans la série originale, il est un faire-valoir de XIII, mais cette fois on montre son vrai visage. Car arriver à ce poste avec son handicap montre sa valeur. On voulait montrer que s’il a perdu son bras, c’est par une action héroïque; s’il est patron du FBI et d’une cellule anti-terroriste, c’est aussi grâce à une action héroïque. Son âge avancé permettait aussi de relater une longue histoire et donc de toucher des éléments intéressants. » Une question revenait aussi sur la surprise de le retrouver sur un tel projet. « Je pense que le style n’est jamais une question. Qu’on essaie de s’adapter à celui d’un autre n’est pas un problème, car quoi qu’on fasse c’est notre propre graphisme qui ressort. J’aurais eu beau m’approcher de celui de William Vance, ça serait resté le mien. Mais j’ai bien sûr gardé les traits et l’allure des personnages. »

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*