Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Les Melons de la colère (Vivès) – Les Requins Marteaux – 12€

Les Melons de la colère (Vivès) – Les Requins Marteaux – 12€

Parution : 11/2011

Une ferme perdue dans la campagne. En sueur, la fille ainée qui travaille sur l’exploitation souffre mille maux : sa poitrine protubérante pèse douloureusement sur son dos. A un point que ses parents, d’abord rétifs à prendre en charge ce problème, vont faire appel au médecin de famille. La tragédie commence : le praticien pervers va largement abuser de la naïveté de la demoiselle. Elle va ensuite subir les assauts des notables de la ville. La machine infernale est lancée et ne pourra aboutir qu’à une issue dramatique.
Bastien Vivès attaque plein pot la thématique de la collection BD Cul, en proposant un pastiche violemment pornographique des Raisins de la colère de John Steinbeck. Confrontant l’apparente innocence rurale au vice urbain, l’auteur donne ici dans le cocktail explosif, parfait négatif de son récent Polina, aussi fluide que lisse. De quoi largement rassasier les habitués des Requins Marteaux et leurs livres souvent hors normes, à ne pas mettre entre toutes les mains (le livre est explicitement déconseillé aux 18 ans et à juste titre). Mais la parodie est largement assumée : Bastien Vivès réussit par l’outrance de ses situations – inceste compris – à dépeindre de son trait très lâché une noirceur souvent sidérante. Il revient à une certaine violence qu’il avait abandonnée depuis La Boucherie et donne ici une pleine mesure à son ton sarcastique, depuis réservé à son blog, si l’on met de côté son Juju Mimi FéféChacha signé avec Alexis de Raphelis. Il se rapproche en cela des histoires absurdes et au rythme millimétriquement maitrisé chères à Florent Ruppert et Jérôme Mulot, tout en imprimant sa patte graphique. Et derrière les sarcasmes viennent poindre les thèmes habituels de l’auteur : difficulté à communiquer, introspection dans la nature féminine et les rapports avec les hommes, complexité des relations familiales et passage à l’âge adulte, aussi difficile soit-il. La persévérance sur ces sujets et la capacité de Bastien Vivès à innover, quitte à choquer, accroissent si cela était encore possible l’intérêt à porter à l’ensemble de son travail particulièrement cohérent.
Une œuvre sulfureuse au point d’atteindre l’absurde.

Damian Leverd



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Un Commentaire

  1. Nicolas
    Posté 23 décembre 2011 at 10 h 12 min | Permalink

    Je suis un grand fan de Bastien Vivès mais là je ne sais que penser, est-ce que j’adore, est-ce que je déteste ? Peut-être les deux à la fois ^^

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*