Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Jérémie Almanza – Dessinateur d’Eco

Rencontre avec Jérémie Almanza – Dessinateur d’Eco

«La jeune fille se leva en silence, vola une goutte de rosée à la feuille d’un érable pour humecter sa bouche pâteuse, puis se rendit à la rivière pour y faire sa toilette. Le jour se levait à peine dans la forêt… Les oiseaux commençaient à se gargariser de leur chant, tout émoustillés par l’humide fraicheur du matin.»

Au détour d’un chemin, à la sortie de la forêt, un homme était assis sur un banc. Un carnet dans une main et un crayon de l’autre, il nous invita à le rejoindre. C’est ainsi que Jérémie Almanza a eu la gentillesse de répondre à quelques questions dont nous vous partageons les réponses.

Chronique du Tome 2

Retrouvez la bande annonce et des extraits du tome 2 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Jérémie ! Pour les lecteurs de Bulle d’Encre, peux-tu te présenter ?
Jérémie Almanza : Je suis simplement un amoureux de dessins animés, de bandes dessinées, de contes, d’illustrations, de peintures, d’histoires depuis tout petit….

BDE : Avant Eco, il y a eu Aristide broie du noir qui est ta première BD. Comment as-tu abordé cette première expérience ?
BC : Ce n’était pas évident du tout! C’était la première fois que je signais avec un éditeur, alors je me suis mis personnellement une énorme pression. De surcroit, je sortais de ma fac d’économie, avec zéro expérience concrète dans le domaine du dessin (en dehors d’une légère activité « bloggesque »). Bref, j’ai dû pratiquement tout apprendre sur le tas. Il y a beaucoup d’égarements. Le pire n’était pas tant le dessin que je maitrisais à peu près mais la colorisation. Je testais des choses vraiment très très flashy et indigestes. En revenant sur les mêmes planches trois mois plus tard, je me disais : « Non, je ne veux pas que ces planches-là soient publiées, ce n’est pas possible ». Et je recommençais le tout. En dehors de ce léger traumatisme du à des expérimentations hasardeuses, la collaboration avec Séverine Gauthier a été un vrai plaisir. Elle a été très patiente avec moi.

BDE : Eco, c’est une rencontre avec Guillaume Bianco. Dans quelles circonstances cela s’est–il fait ?
JA : Guillaume et moi, on s’est rencontrés à Angoulême, une rencontre complètement due au hasard. Un peu perdu au milieu d’une tablée un peu mondaine, Guillaume, bienveillant, me demande ce que je fais là…Je lui réponds que je dessine, et il demande à voir mon travail. Il ne me l’a dit que plus tard, mais il m’a confié avoir eu très peur, à ce moment-là, que mes dessins soient très moches. Ce qui l’aurait obligé à trouver une formule de politesse alambiquée pour m’esquiver le reste du repas. Et finalement non, il a accroché, et il n’a pas eu à trouver de formule de politesse alambiquée ! Guillaume avait des envies un peu vagues à ce moment-là, des idées d’histoires et d’univers. Et une envie de faire autre chose que de la BD, il m’a dit que le projet serait un peu casse-gueule et risquait de mal se vendre, etc… Mais on a quand même tenté le coup!

BDE : Comment avez-vous collaboré dans la mesure où Guillaume Bianco est également dessinateur ?
JA : La collaboration en elle-même n’a pas été la chose la plus aidée. Il est vrai que chacun de nous deux avons une vision bien précise des scènes à illustrer (Guillaume d’autant plus, sachant qu’il écrit l’histoire). Pour résumer un peu grossièrement, je dirais que Guillaume pense ses scènes en 2d, et moi en 3d. D’où parfois des petites brouilles qui font, il me semble, partie intégrante du projet Eco.

BDE : Quelle méthode utilises-tu pour retranscrire les écrits de Guillaume ?
JA : Tout bêtement, à l’aide d’un bon vieux storyboard et des crayonnés. Eco, en particulier le tome 2, est le fruit d’un échange permanent où chacun essaie de donner sa propre vision des choses. Ou ne serait-ce que d’apporter une idée bien précise. La difficulté, ensuite, consiste à concilier le tout, de manière à ce que Guillaume puisse apprécier le dessin, et moi à l’assumer.

BDE : Quel est ton secret pour avoir un tel rendu graphique ainsi que pour la mise en couleur ?
JA : Je vais justement garder ma part de secret. Mais disons qu’il y a une part de traditionnel (dessin, aquarelle grise) et une part de Photoshop. Ensuite, c’est vraiment la grosse tambouille. Chaque image est bricolée, remplie de rustines « photoshopesques » (que j’essaie de camoufler au mieux), de corrections, pour essayer de faire une illustration cohérente et immersive.

BDE : Quelles sont les matières que tu aimes travailler ?
JA : Ce n’est pas forcément une histoire de matière mais une histoire de rendu. Aujourd’hui, je me rends compte que ce que j’aime avant tout, c’est le « trait ». Parmi mes auteurs préférés, on retrouve Tony Sandoval ou Nicolas de Crécy, deux auteurs avec une personnalité extrêmement forte au niveau du trait. Un trait qui ne sent pas le labeur, lâché, et permettant de dessiner une quantité de détails quasi infinie. Certaines planches de Nicolas de Crécy filent vraiment le vertige en terme de détails.

BDE : La collection Métamorphose est faite pour toi…
JA : Une collection qui comble un vrai vide dans l’édition française. Il y avait une demande forte pour des livres adultes aux univers très travaillés, sombres, oniriques, faisant la part belle au côté graphique…

BDE : Eco est dans nos bacs, il y aura une suite. Mais as-tu d’autres projets ou envies ?
JA : Des projets, j’en ai un petit paquet ! Pour l’instant, je bosse sur une bande dessinée chez Delcourt Jeunesse, intitulée Cœur de Pierre (en collaboration avec Séverine Gauthier). Difficile de raconter l’histoire sans trahir la poésie du texte de Séverine. Mais pour résumer, c’est l’histoire d’une petite fille au cœur d’artichaut qui va s’affaiblir au contact d’un garçon insensible, malgré lui, car il est né, littéralement, avec un cœur de pierre. Cette petite bande dessinée, sous des apparences légères, cache une vraie noirceur et une vraie mélancolie. Ce projet me tient beaucoup à cœur !
Et puis, il faudra bien sûr finir la trilogie Eco ! En fait, j’ai tout un tas de projets. Mais je ne sais pas du tout dans quel ordre je vais bien pouvoir faire tout cela. Alors, j’attends de voir pour en dire plus !

BDE : Merci beaucoup Jérémie et à bientôt.
JA : Merci à toi.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 28 novembre 2011.

Cliquez ci-dessous pour voir la bande-annonce :

Extraits de l’album


© MC Productions/Bianco/Almanza
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*