Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Vivre libre ou mourir ! (Derrien, Collectif) – Le Lombard – 13,95€

Vivre libre ou mourir ! (Derrien, Collectif) – Le Lombard – 13,95€

Parution : 09/2011

Cet album, dont le titre est succédé par 9 récits de résistance, nous donne accès en 9 épisodes de 6 planches à l’essentiel de cette période de la seconde guerre mondiale et s’ancre fermement dans l’histoire grâce à la richesse des documents cités en préface, postface et avant chaque épisode. L’esthétique de chacun des dessinateurs se prête parfaitement à l’exercice.
Avec Nicolas Delestret, il met en avant certains paradoxes nécessaires aux activités de résistances. Ainsi, Chez Georges met en scène un cabaret où l’occupant se régale des charmes des petites femmes de Paris sans prêter attention au bruit mécanique qui s’échappe de la cave… Avec Claude Plumail, il insiste sur les rouages les plus infimes de la résistance. Dans La Messagère, il décrit la difficulté des agents de liaison souvent au service de l’occupant et jouissant de laisser passer même après le couvre-feu… Avec Hugues Labiano, il nous dévoile la difficulté pour les résistants civils de passer à la lutte armée. Cas de conscience pose la question : comment passer de citoyen lambda à bras armé de la révolte sans trahir ses convictions humanistes ? Avec Béatrice Tillier, il nous rappelle que certains résistants était eux-mêmes des Allemands antinazis. Le Rescapé relate l’histoire de Gerhard Leo, agent de la résistance infiltré dans le camp ennemi. Avec Raphaël Drommelschlager, L’Autre Doisneau met en avant la nécessité de produire de nouveaux papiers d’identité pour escamoter l’existence de résistants un peu trop exposés. Avec Olivier Brazao, Un bleu montre la difficulté pour les résistants de coopter de jeunes militant et de les former efficacement dans le maquis. Avec Mara, Vers l’insurrection prend en exemple les prisonniers d’Eysses, n’ayant pas renoncé à leur droit de prisonnier et ayant mené la vie dure à l’institution pénitentiaire complaisante avec l’occupant. Avec Jean Trolley, Le Témoin insiste sur la nécessité de filmer et de photographier l’incongruité de la France sous l’occupation nazi. Avec Olivier Grenson, Le Bruit des balles développe l’univers sonore des combats urbains à la libération sur les Champs-Élysées.
Un album qui met en lumière le souci d’historien de Jean-Christophe Derrien et de chaque dessinateur de cet ouvrage collectif.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*