Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Sylvain Ricard et Franck Bourgeron – Auteurs de Stalingrad Khronika

Rencontre avec Sylvain Ricard et Franck Bourgeron – Auteurs de Stalingrad Khronika

« Dis-donc, camarade commissaire, tu ne m’avais pas dit que les combats seraient aussi violents.
– Mmh ?
– Outch !!
– C’est pas passé loin. Mais ?! Le sac ? Les bobinots ?! Le sac avec les bobinots ?! Il est où ?! »

Voilà plus ou moins comment démarre cette histoire, celle d’une équipe de tournage envoyée par Staline filmer la bataille de Stalingrad ! Épatés par cet album de guerre à l’intrigue atypique, nous sommes partis à la rencontre de ses auteurs, à l’occasion du Festival de Saint-Malo. Retour sur un entretien brut de décoffrage, pour rester dans le ton de l’album !

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour Messieurs, et merci d’avoir accepté cet entretien ! Si l’on ne se trompe pas, c’est votre première collaboration ensemble. Comment s’est passée votre rencontre ?
Sylvain Ricard : On s’est rencontré il y a déjà longtemps, presque 10 ans. Nous sommes voisins en plus, donc on se voit souvent dans les festivals ou pour le plaisir, alors forcément ça crée des liens. Au bout d’un moment, on s’est dit « pourquoi ne pas travailler ensemble sur ce sujet ? »…

BDE : Vous abordez la Seconde Guerre mondiale du point de vue de l’URSS, ce qui n’est pas le plus fréquent…
SR : En fait, à partir du moment où on a choisi de mettre le cadre de notre histoire à Stalingrad, on avait le choix entre les Nazis et les Bolcheviques… Les Nazis, ça ne me passionnait pas, pour parler franchement, et Franck non plus, alors il restait les Bolcheviques !

BDE : L’idée de départ était donc bien Stalingrad…
SR : Oui, c’est le point de départ de toute cette histoire, de cette collaboration. On voulait vraiment travailler sur cet univers de la bataille de Stalingrad….
Franck Bourgeron : … Mais pas de traiter de la bataille. L’objectif était de placer des individus dans cet espèce d’énorme merdier, dans ce décor un peu hallucinant…

BDE : On le voit d’ailleurs dans l’album, les scènes de violence sont suggérées, il n’y a pas d’images gores…
FB : Oui, il n’y avait aucune volonté de faire un récit historique au sens classique. Là c’est plutôt un récit d’ambiance, dramatique, qui tourne autour de ça…

BDE : Ce mélange entre Histoire et invention est perceptible avec les personnages, certains sont réels, d’autres non…
SR : On évoque quelques personnages réels, cinéastes, généraux, procureurs, et puis Staline bien sûr, mais effectivement tout le reste est inventé…
FR : … Inventé mais vraisemblable !

BDE : C’est vrai qu’on peut tout-à-fait imaginer ce désir de tourner un film de propagande à ce moment-là…
FB : Oui, on a d’ailleurs parlé du projet à des chercheurs du CNRS qui s’occupent des archives filmographiques, et on a fait sorte que le récit soit plausible. Les personnages sont fictifs mais l’histoire des bobines, du prix des films, des risques, est réelle.

BDE : Et vous en profitez pour égratigner le régime Bolchevique…
SR : Égratigner, peut-être pas, enfin rien de très original ! On sait comment ça se passait grosso modo et, à titre personnel, on voulait peut-être aller un peu plus près, dépasser les clichés et les fantasmes du système, en creusant et en allant voir un peu leurs pensées à eux… Comment ils vivaient cette pression, la pression du Parti, les querelles internes, etc.

BDE : Du coup, l’histoire est très sombre, y compris au niveau du dessin. On dirait que vous avez minimalisé les décors pour vous centrer sur les personnages…
FB : J’entends souvent ça, mais je n’ai pas le sentiment d’avoir minimalisé les décors… J’ai placé un décor froid et épuré, le plus possible… mais c’est marrant parce que tout le monde me dit ça… Je l’ai stylisé, je l’ai dessiné comme je le voyais, sans vouloir le minimaliser en fait…

BDE : Cela dit, on trouve ça très bien quand même, hein !
FB : Oui, rassurez-vous, je ne le prends pas comme un reproche !

BDE : Et cette ambiance de guerre, sombre à souhait, se serait très bien prêtée au noir et blanc. Les couleurs sont très réussies mais est-ce que vous avez pensé à vous en priver ?
FB : Moi, je l’aurais volontiers fait en noir et blanc. Je dessine de toute façon en noir et blanc, je ne fais jamais autrement. Ce n’est peut-être pas bien mais je fonctionne comme ça pour toutes mes planches. Après il y a un travail de colorisation avec Claire Champion, que je connais depuis longtemps et en qui j’ai entière confiance. Mais ça demande un gros travail de réflexion dans un premier temps, au cours duquel on essaye de trouver l’angle idéal pour le sujet qu’on traite. On cherche ensemble et, une fois qu’on a défini la bonne approche, je lui laisse une totale liberté dans le traitement des séquences. Je n’interviens que quand on s’éloigne de ce que la couleur doit supporter comme évocation narrative. Pour le reste, je la laisse faire…

BDE : Et vous, Sylvain, votre bibliographie déjà imposante laisse apparaître plusieurs histoires de guerre…
SR : Je ne sais pas s’il y en a tant que ça, mais c’est vrai que la période de guerre est plus propice à raconter des histoires que les périodes de paix… enfin de calme, de bien-être à la campagne, quand tout va bien ! A partir du moment où l’on stresse les personnages, ça donne plus de ressort dramaturgique. C’est vrai que j’en ai fait un petit peu, avec Clichés Beyrouth 1990 (NDR : chez Les Humanoïdes Associés), mais ça c’est une histoire personnelle parce que j’étais au Liban pendant la guerre, et puis Guerres Civiles, avec Jean-David Morvan et Christophe Gaultier (NDR : chez Futuropolis), une guerre fantasmée, une fausse guerre. J’évoque aussi l’Occupation par moment, mais ce n’est pas la guerre, c’est encore autre chose…

BDE : Un petit mot sur La Mort dans l’âme, sorti récemment (en septembre dernier) chez Futuropolis ? Encore une histoire sombre…
SR : Ah c’est assez sombre, oui. Si la question est plutôt sur la noirceur des récits, effectivement, mon inclinaison est plus vers la noirceur que vers la blancheur !

BDE : Et un peu de cynisme, dans Stalingrad Khronika notamment…
SR : Oui, c’est pour s’amuser un tout petit peu, comme dans une comédie dramatique…
FB : L’époque était au cynisme aussi… On demandait aux gens de mourir pour la Patrie alors qu’on savait bien qu’en définitive il y avait des intérêts supérieurs. C’est une mécanique de commandement, c’était assez terrible…

BDE : Ce côté brut de décoffrage est d’ailleurs une des plus belles qualités de l’album…
FB : Oui (rires). Et puis on est un peu cyniques aussi !
SR : Effectivement, on a des bases de cynisme et de philanthropie, qui aident bien à faire ce genre de récit…

BDE : Puisqu’on parle du récit, à la fin de l’album, les personnages se trouvent en bien mauvaise posture… Quelle suite allez-vous proposer à ça ? Combien de parties sont encore prévues ?
SR : C’est prévu en deux volets. On va tâcher de les sortir de là !

BDE : Est-ce que vous avez déjà bien avancé sur ce Tome 2 ?
SR : Moi, j’ai fini de l’écrire…
FB : Et moi j’ai dessiné trois planches… La parole est aux crayons et aux pinceaux, maintenant !

BDE : Et puisque visiblement vous ne semblez pas vous taper dessus, avez-vous un autre projet en commun ?
SR : On se tape dans le dos de temps en temps… Non, on n’en a pas encore parlé. On avait eu une idée à un moment mais ça ne s’est pas fait.
FB : On se voit sans arrêt de toute façon, et on a plein de choses à faire, collectivement, mais pas forcément dans la bande dessinée ! On verra…

BDE : Et séparément ?
FB : Moi j’ai le Tome 2 ! (rires). C’est assez conséquent déjà, une chose après l’autre…
SR : En tant que scénariste, je suis obligé d’avoir plein de projets, et j’ai plusieurs livres à sortir, oui. Une bonne dizaine même…

BDE : Est-ce que ça devient maladif d’essayer de développer une idée dès qu’on en a une ?
SR : Non, en tout cas personnellement non. J’ai choisi ce métier sur le tard, après avoir fait autre chose pendant 20 ans, ce n’est pas pour me tuer au travail. Il arrive de travailler sur deux ou trois ouvrages en même temps, mais en général c’est un à la fois, on n’est pas complètement schizophrène. On essaie de se concentrer sur chaque histoire de manière un peu précise…

BDE : Eh bien merci messieurs, et bonne continuation ! Bonne fin de festival…
SR et FB : Merci, à vous aussi !

Propos recueillis par Céline Poloni et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 30 octobre 2011.

© 2011 Éditions Dupuis/Bourgeron/Ricard
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*