Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Louis et Véra Daviet – Auteurs d’Escobar le dernier Maya

Rencontre avec Louis et Véra Daviet – Auteurs d’Escobar le dernier Maya

« Les Mayas… Ce peuple a dominé la Méso-Amérique pendant plusieurs siècles! La richesse de sa culture, de son art et de sa science était sans égale! Bâtisseurs hors pair, ils nous ont laissé en héritage des monuments à la beauté rarement égalée. Mais, en à peine quelques années, ce glorieux et noble empire s’est effondré! Les causes réelles d’une chute aussi rapide et brutale ne sont, aujourd’hui encore, que vagues suppositions et querelles d’experts… des théories! »

Dessinateur, Louis était déjà un auteur prolifique qui avait, avec son ami Nicolas Mitric, transformé la sympathique série Tessa en un projet SF de grande ampleur. Également scénariste depuis peu, il repousse les limites du temps pour inventer les journées de 50h, encore trop courtes pour réaliser toutes ses idées ! Bien qu’il multiplie les projets, pour lui et tous ceux qui sont entrés dans sa grande famille, il a trouvé quelques minutes pour répondre à nos questions avec sa femme, Véra, dont les talents de coloriste ont vite convaincu.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Escobar marque votre premier travail commun (en excluant les Red Hot Ladies) alors que Véra fait ses preuves depuis un moment déjà. Avez-vous hésité avant de vous lancer ou attendiez-vous l’occasion idéale ?
Louis : C’était plus une histoire d’envie que d’occasion, puisque dès la première occasion, l’envie étant là, on s’est lancés. 😉
Véra Daviet : Moi un peu quand même, car Louis collaborait depuis un moment déjà avec de grands coloristes (comme Seb Lamirand pour ne pas le nommer), donc grosse pression en ce qui me concernait quand même pour un « vrai » album en commun.

BDE : Cette collaboration a-t-elle été parfaitement naturelle ou vous êtes-vous confronté sur certains points ?
L : Parfaitement naturelle. Je lui ai laissé carte blanche, hormis sur certains détails tels que le moment de la journée. Sinon, le but était qu’elle se fasse plaisir.
VD : Non, c’est lui le chef ! 🙂

BDE : Vos carrières à tous les deux ont beaucoup évolué en très peu de temps. En êtes-vous parfois surpris vous-mêmes ?
VD : Loulou oui, mais pour ma pomme je n’en ai pas encore vraiment l’impression…
L : Moi non. J’en suis ravi, mais pas surpris. Car Véra et moi travaillons comme des brutes. Pas de prétention là-dessus, mais je trouve normal que les gens qui se défoncent récoltent le fruit de leurs efforts. Par contre, ce qui me surprend, c’est la rapidité d’apprentissage de Véra, et ses progrès phénoménaux pour quelqu’un qui s’est mis à la couleur il y a à peine trois ans. Elle est douée, c’est indéniable ! Et je suis super fier d’elle. Au-delà du fait que ce soit ma femme, j’aime son travail, et j’aime travailler avec elle.

BDE : C’est toi, Louis, qui a encouragé Véra dans sa carrière de coloriste. Es-tu fier de voir son travail reconnu sur des titres comme HOPE ou Dreamers ?
L : Oui, comme je l’ai dit. Je suis fier de son parcours, de son talent et de sa capacité de travail. Elle bosse comme une brute, alors que des p’tits jeunes veulent tout tout de suite, elle, elle va chercher sa réussite. C’est un exemple à suivre par tout ceux qui contactent des auteurs pour avoir « un plan ». On ne passe pas par la bande, dans ce métier. On gravit les échelons à force de courage, et de sueur. Même si ça pue en fin de journée, la sueur.
VD : T’es fier, chef ? 🙂

BDE : Comment jugez-vous le travail de l’autre ? En discutez-vous toujours ou est-ce que vous vous laissé un espace de liberté ?
L : Liberté !
VD : On s’encourage toujours et quand il y a des trucs à revoir on utilise cette arme magique qu’est la diplomatie. 🙂

BDE : Que pensez-vous avoir apporté à l’autre sur Escobar ?
L : Le plaisir d’avoir travaillé en couple. Une épaule sur qui se reposer lors des doutes, et un travail d’équipe professionnel très épanouissant.
VD : Loulou m’apporte beaucoup en général mais, sur Escobar, je dirais qu’il m’a aidé à passé sur des problèmes techniques que j’avais un peu peur d’affronter.

BDE : Travailler en couple n’est pas toujours recommandé ! Allez-vous continuer à le faire ou Escobar sera-t-il votre seule série commune ?
L : Ce n’est que le début, mon ami ! Escobar tome 2, Red Hot Ladies tome 2 et deux nouvelles séries dont on ne peut pas parler pour le moment, ou je suis soit dessinateur soit scénariste et dessinateur. Mais aussi de nouvelles séries où je suis scénariste uniquement, comme ce fût le cas pour Sept Clones, où Véra à fait un travail au traitement SF adulte remarquable, sur le dessin puissant de Stéphane de Caneva.
VD : Ah ça, c’est le chef qui choisit ! 🙂

BDE : Louis, depuis peu tu proposes de nombreux scénarios que tu confies à d’autres dessinateurs. Penses-tu que c’est une évolution logique dans ta carrière ?
L : En fait, ça, c’est une vraie surprise, pour le coup. Je n’ai pas vu le truc venir. Enfant, je savais vouloir être dessinateur à tout prix. Après avoir beaucoup couché, et autant d’hémorroides plus tard, j’y suis arrivé, mais scénariste, non. Je ne me sentais pas le talent nécessaire. Mais le fait est que, sans savoir si j’ai le talent pour, l’envie est venue, et j’ai pu me lancer, grâce à la bienveillance de Nico Mitric et le feu vert de Mourad, sur le 42 tome 1, et ce fût une vraie révélation !

BDE : N’as-tu pas parfois des regrets de ne pas pouvoir tout réaliser toi-même ? Et comment choisis-tu ceux avec qui tu vas travailler ?
L : Bien sûr que je regrette de n’avoir que deux mains ! Tant de projets que je ne pourrais jamais faire moi même ! Mais en même temps, scénariser me permet un peu cela. Quant au choix des dessineux, c’est plutôt à eux qu’il faudrait demander ça. Parce que c’est jusqu’à présent venu à moi, plus que l’inverse, qui est en train de se mettre en place. Arnaud Boudoiron, sur Husk puis Kooka U, était orphelin de scénariste. Premier pas. Puis Stéph de Caneva m’a été proposé par David Chauvel (que je remercie chaleureusement pour l’accueil sur sa série). Deuxième pas. Puis Valentin Sécher, proposé par Jean-Luc Istin. Et me voici lancé… Maintenant, je cherche, plus que je ne choisis plein de monde, aux styles divers et variés, mais simplement motivés, et avec la même exigence et envie de bien faire que la mienne. Le reste suivra. Ou pas. Candidatures pour bosser avec un tyran acceptées.

BDE : Avec Khaal, tu as frappé un grand coup ! Est-ce un projet qui te tenait particulièrement à cœur ? Peux-tu nous parler de l’épatant Valentin Sécher ?
L : Valentin est une bête, il est incroyable. Je suis super content d’avoir pu lui fournir du carburant qui le motive. C’était déjà un exploit pour moi. Maintenant, les critiques ont été très bonnes aussi, pour le dessin bien sûr, qui impressionne de maturité pour un si jeune auteur, mais aussi pour le scénario. J’avoue que je n’ai jamais autant stressé pour l’accueil d’un de mes scénar, tant le travail de Valentin était époustouflant. Je ne me sentais pas à la hauteur. Il semble que cela ait plu. Je dis tant mieux. Je lui ai écrit du sur mesure, après qu’on nous ait proposé de travailler ensemble, et il a été au-delà de mes espérances.

BDE : Tu as annoncé un des premiers effets du rachat de Soleil par Delcourt, avec la série 42 AI, raccourcie et qui n’aura pas de tome 6. Quelles en sont les raisons et qu’en penses-tu ?
L : La raison officielle est le décrochage des ventes au tome 3. Alors que le tome 1 avoisine les 12 000 exemplaires. Les auteurs n’y sont pour rien. Voilà. Mais Tessa se porte très bien, par contre.

BDE : On peut se demander où tu trouves le temps pour tous ces projets. Les prochains mois seront-ils consacrés à la suite de ces séries en cours ou vas-tu nous surprendre encore ?
L : Je vais vous surprendre, j’espère. Je vogue chez qui veut de moi, en dessinateur, ou scénariste, ou les deux, et les portes s’ouvrent. Tant mieux pour moi, à vous de juger le moment venu si c’est tant mieux pour vous. 😉

BDE : Pour nous, c’est tout vu ! Encore merci, bonne année 2012 et rendez-vous très vite pour suivre l’avancée de vos projets !
L : Merci à toi et au site, qui fait partie des soutiens fidèles. Allez, au boulot ! Ohé moussaillons, terre(s) à l’horizon !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 21 décembre 2011.

© Louis/Daviet/Éditions du Lombard 2011
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*