Accueil » Univers Manga » Chroniques Manga » Princesse Jellyfish T1 (Higashimura) – Delcourt – 6,95€

Princesse Jellyfish T1 (Higashimura) – Delcourt – 6,95€

Parution : 10/2011

Tsukimi est une jeune fille pour le moins atypique. Fraichement installée à Tokyo, elle souhaite devenir illustratrice. Elle s’est installée à la résidence Amamizu qui a pour particularité de n‘accueillir que des filles et dont l’entrée est strictement interdite aux garçons. L’ensemble des résidentes sont des otakus, c’est-à-dire des personnes qui consacrent une certaine partie de leur temps à une activité d’intérieur. Ainsi Banba collectionne les trains, Mayaya se réfère au récit des «trois royaumes» toutes les cinq minutes, sans parler de Chieko qui collectionne les poupées et s’habille comme elles ou encore Jiji dont on ne voit jamais le visage. Quid de Tsukimi, me direz-vous ? C’est une Otaku des méduses. Elle les dessine sous toutes les coutures et en connait toutes les espèces. Et c’est justement lors du sauvetage d’une méduse dans une animalerie qu’elle va rencontrer une fille ultra-fashion qui va bouleverser la vie de nos otakus.
Dans ce Shôjo, Akiko Higashimura fait évoluer un groupe d’otakus qui sont ce que l’on peut appeler des fujoshi, littéralement «filles moisies». Il s’agit d’un terme péjoratif utilisé pour les filles fans de Boy’s love mais aussi, aujourd’hui, pour les filles qui ne prennent absolument pas soin de leur apparence et en marge de la société au vue de l’atypisme de leur passion. La caractérisation des personnages en est poussée à la caricature. Ce qui donne lieu à des situations fraiches et très drôles ponctuées par de nombreux rebondissements. Le personnage le plus surprenant dans ce premier tome est incontestablement Kuranosuke, fils illégitime d’un homme politique et d’une actrice, qui se travestit en fashion-girl afin d’échapper à son quotidien et élément perturbateur dans la vie des «filles moisies». C’est également, avec Tsukimi, le personnage le plus attachant. En ce qui concerne le graphisme, le très bon alterne avec le moins bon. Malgré des décors plus ou moins détaillés, l’ensemble est globalement correct.
Princess Jellyfish, prix du meilleur shôjo 2010 au Japon, est prometteur. Il ne reste qu’à confirmer.

Stéphane Girardot



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*