Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Chester – Auteur du fanzine Speedball

Rencontre avec Chester – Auteur du fanzine Speedball

La team Bulle d’Encre vous propose de rencontrer Chester, docteur en rock n’ rollogie, spécialiste en chirurgie esthétique Punk dans le cabinet des curiosités Humungus, décoré de l’épingle à nourrice d’or par votre serviteur pour son fanzine Speedball. Le tome 6 sera décapsulé à l’arrivée de la cuvée 2012…

Chronique du Tome 5

Bulle d’Encre : Peux tu nous raconter le fabuleux destin de Chester ? Comment es-tu devenu Docteur ?
Chester : C’est en forgeant qu’on devient forgeron! C’est donc à la force de mon poignet que j’ai construit ce que je suis aujourd’hui! Je dessine depuis que je sais tenir un crayon à en écouter mes géniteurs. Les débuts étaient à la hauteur de mes compétences de l’époque (donc pas terribles du tout!), mais j’ai persévéré et je pense que ça a payé un peu quand même! Pour durer, il faut se ménager mais aussi être sûr de ce qu’on veut. Moi, je voulais dessiner et ça n’a pas changé, ma motivation reste intacte encore aujourd’hui.
Pour ce qui est de la punkitude, je suis tombé dedans à la fin des années 70, mais surtout au début des années 80. Avant je m’éparpillais dans des sons rock et hard-rock (c’était très en vogue à l’époque avec des groupes comme Téléphone, Lili drop, Starshooter, Taxi girl, Little Bob, Trust, AC/DC, Iron Maiden, Motorhead, Warning et consorts), mais les Sex Pistols m’ont plus qu’emballé, tout autant que les Clash, The Ruts, The DamnedD, UK Subs, The Toy Dolls…
Et puis, je préférais nettement le look et l’état d’esprit keupon! Je ne prenais vraiment pas grand-chose au sérieux en ces temps éloignés! Je suis toujours un peu comme ça, avec une tendance à une forme d’autodestruction douce. Ha ha!
Voilà, tu prends un gros shaker, tu mélanges le tout et tu obtiens le « docteur Chester » dont tu parles! Hé hé!

BDE : Et comment t’es-tu retrouvé à prescrire des doses astronomiques (létales pour certains) de BD rock ?
C : Quand tu dessines des BD qui racontent des histoires de punks qui peuvent être parfois violents, parfois défoncés, souvent losers, et tout le temps politiquement incorrects, tu ne peux pas espérer intéresser un large public! Les éditeurs qui veulent gagner de l’argent ne prennent pas le risque de publier ce genre de bandes dessinées. Donc, quand tu fais ce genre de travail narratif et graphique, tu te fais éditer dans un milieu plus underground (donc plus confidentiel) ou bien tu t’auto-édites.
Personnellement, j’ai commencé à envoyer des dessins et des planches à divers fanzines, j’ai participé activement au comité de rédaction de certains d’entre eux, et au final j’ai monté ma propre maison d’édition associative. Elle s’appelle Valice Production et elle a vu le jour en 1995. J’y ai auto-édité un premier recueil qui s’intitule Fils de Tarba, il regroupait des dessins et des planches de BD. Il est sorti à 1500 exemplaires mais est épuisé depuis longtemps! J’ai sorti par la suite un recueil animalier, X’Scape, qui raconte l’histoire d’un petit poulet qui s’échappe d’un élevage en batterie pour retrouver sa liberté et son identité. Cette BD est un OVNI dans mon parcours graphique, mais j’adore brouiller les pistes et me positionner là où on ne m’attend pas forcément! Ha ha!
Puis j’ai commencé la série du comix My Way (9 numéros sortis, mais il reste juste en stock des numéros 9), pour enchainer ensuite sur la série Speedball dont on va sortir incessamment le numéro 6. On part le présenter au festival BD d’Angoulême où nous avons nos habitudes dans la bulle du Nouveau Monde depuis plus de 10 ans maintenant!

BDE : Comment le cabinet Humungus s’est créé ? Pourquoi ?
C : Sur mon initiative, quelques auteurs de My Way ont accepté de se monter en collectif de fresques pour animer nos stands pendant certains festivals. Ça nous faisait une saine occupation, parce que souvent on se faisait chier à attendre derrière le stand! De cette façon, on occupait le temps et ça nous évitait de trop picoler! Et puis ça attirait le public, donc tout bénéfice pour nous! On fresquait sur de grandes toiles montées sur châssis de bois. On peignait aux pinceaux avec de la peinture acrylique, ça nous faisait bien kiffer et on échangeait pas mal de point de vues graphiques lors de ces créations collectives. Le maître-mot était de prendre avant tout du PLAISIR à être ensemble. Trop souvent les dessinateurs créent seuls dans leur piaule, quand ils n’ont pas la chance de partager un atelier avec d’autres auteurs. Notre démarche est en quelque sorte une alternative à la solitude de la création en solo. Perso, ça me regonfle à bloc en général! Surtout quand, au final, la fresque nous semble plutôt réussie!
Ce premier collectif avait pour nom Les Fresquilleurs, il regroupait des gens comme Gomé, Tomâ Sickart, Riri, Craôman, Jess X, Cha, Krokaga et moi-même entre autres (car j’en oublie surement, qu’ils me le pardonnent!). Je l’ai quitté en 2006 pour en remonter un autre derechef avec Cha, Melvin et Slo. Nous sommes aussitôt partis courir les festivals d’été, nous installant dans les villages associatifs ou près des scènes pour être vus. La formule fonctionnait mieux qu’avec les Fresquilleurs car nous étions juste un petit noyau dur facile à déplacer avec ma bagnole (peinture, toile, pinceaux, tasseaux et tutti quanti dans la caisse, et roule ma poule!). En y allant au culot, ça passe ou ça casse! Et là, on vient de fêter nos 5 ans, donc ça passe plutôt bien!
C’est seulement au terme de la première année qu’on a appelé notre collectif du doux nom d’Humungus. Une sorte d’hommage au film Mad Max dont nous sommes tous adeptes, surtout le 2, où l’on retrouve le seigneur Humungus et sa bande de punks dégénérés! Ha ha! Nous y voilà encore! La punkitude, toujours la punkitude! Par contre, d’une activité annexe au début, les performances de fresques ont pris le pas sur le simple fait de tenir un stand. Maintenant on valorise cette activité et on la monnaye. Et ça marche! On réalise parfois de vraies « tournées de fresques » sur plusieurs dates, ça nous donne l’impression d’être un « troupeau d’rock » comme se définissaient les Bérurier Noir à leurs débuts! C’est plutôt bluffant et ça sur-multiplie le plaisir qu’on y prend, surtout quand les conditions d’accueil et de performance sont confortables, ce qui est de plus en plus le cas! On prend vite goût aux privilèges avec un accès All Pass sur un gros festival d’été! Hé hé!

BDE : Chester, avec tes confrères, vous annonciez la mort du Rock dans My Way ? Quels étaient les constats à l’époque ? Quel est ton/votre diagnostic aujourd’hui ?
C : Pour tout t’avouer, annoncer la mort du rock’n’roll comme thème du N°9, c’était un pied-de-nez et une mise en abîme pour finir la série en apothéose! On n’était absolument pas sérieux et pour tous les auteurs présents dans les pages du comix, le rock ne mourra jamais! Il évoluera mais la machine est lancée et ce style de musique perdurera comme tous les styles musicaux que l’homme a créés depuis qu’il a compris qu’on pouvait construire et façonner des mélodies avec des instruments ou a capella! Par contre, les styles musicaux rencontrent un engouement fluctuant en fonction de l’époque qui les porte. Pour ne prendre que l’exemple du mouvement musical punk, il a eu son heure de gloire, son déclin, une certaine renaissance, puis une stagnation et à nouveau un déclin pour revenir avec des groupes comme NOFX, Rancid, Green Day et d’autres sur le plan international. En France, on a eu en plus le phénomène du rock alternatif des années 80 qui s’inspirait très fortement de l’état d’esprit punk, voire anarcho-punk (notamment avec des groupes comme Crass, et plus tard Conflict), au niveau du discours et des idées.
Enfin bon, mon analyse est très elliptique et simpliste, mais tout est également une histoire de cycle. On assiste à des « hauts de vague » puis à des dégringolades pour ne pas dire à des « oublis de l’Histoire »! C’est la vie qui avance et le compteur qui tourne en faisant aussi tourner les girouettes. En discutant avec Mônsieur Jean Giraud (Le Moebius) il y a quelques années, il m’avait glissé à l’oreille que les punks d’aujourd’hui lui semblaient comparables aux zazous de son époque! Je n’ai pas trop sû quoi penser de cette comparaison (je ne connaissais pas assez le mouvement zazou), mais j’étais trop content d’avoir taillé le bout de gras avec un des plus grands dessinateurs français actuels!
Mais revenons à la deuxième partie de ta question! Quel diagnostic pourrait-on faire aujourd’hui à propos du « phénomène rock »?…!?!… Bien malin qui pourrait répondre à une telle question sans se prendre les pieds dans le tapis! C’est une question « tarte à la crème »… Je ne me risquerais donc pas à émettre un avis personnel car je ne suis pas un spécialiste, juste un amateur. Et puis, mon éclectisme musical ne me spécialise même pas dans un style précis pour me poser en analyste compétent du genre. J’ai bien sur toujours un gros penchant pour la musique punk, les trois accords, la rage, l’énergie, le défoulement, mais mes goûts ne s’arrêtent pas qu’à des styles musicaux rock ou dérivés. J’écoute de la musique classique (c’est parfois génial pour dessiner en même temps), de la brit-pop, du blues, du jazz, de la chanson française, du hip-hop, du rap et même de la variétoche à l’occasion, ça dépend de mon état d’esprit du moment. J’ai mes préférences dans tous les domaines musicaux et quand rien de ce qui se fait à l’instant « T » ne me semble digne d’écoute, je replonge dans le passé en explorant à nouveau ma colonne de CD. Je redécouvre de belles pépites parfois! Je vis de toute façon continuellement en musique. Ma vie est une partition, mais c’est pas moi qui ait écrit les notes et c’est pas moi qui les joue non plus! Ha ha!

BDE : Quelles ont été les réactions de la famille de la victime?
C : On ne sait pas, on les a achevés avant qu’ils ne parlent! Ha ha!

BDE : Quand on lit vos fanzines, on se situe bien loin de l’image de provocation gratuite qui souvent colle à la semelle du mouvement punk mais sur le registre d’une contestation sociale assumée puisant sa force dans l’animalité révoltée de l’Homme en situation d’aliénation.
C : Exact! C’est une bonne analyse!

BDE : C’est grave, docteur ?
C : Non, c’est normal, on est des rebelles à l’ordre établi! Mais maintenant ça suffit! Assez tergiversé! Tu finis tes devoirs, tu vas vite te laver les dents, tu te mets directement au lit après avoir été faire pipi, et tu attends que je monte te mettre un suppositoire dans 10 minutes avant de t’endormir! Et dépêche-toi, s’il te plait! Sinon j’appelle le méchant croque-mitaine!

BDE : Est-ce que ce parti-pris est partagé par l’ensemble du cabinet Humungus ?
C : Bien entendu! L’ensemble des auteurs partagent les mêmes points de vue socio-politiques, les mêmes utopies, les mêmes psychoses, les mêmes névroses, les mêmes prescriptions, les mêmes addictions, les mêmes goûts musicaux, gustatifs, vestimentaires ou capillaires. On a pas mal d’atomes crochus et ça nous solidarise effectivement. C’est le liant, le lien et la magie qui nous portent! D’ailleurs, pour te le prouver, je ne vais pas te mettre le suppo, c’est Jess X qui va s’en charger. Tu verras, c’est un expert! On l’appelle « doigts de fée » au sein du collectif Humungus! Tu ne sentiras qu’une petite piqûre dans ton orgueil, mais tu oublieras vite! T’inquiètes!

BDE : Penses tu que ce parti-pris est anxiogène ? Pour qui ?
C : Il est beaucoup moins anxiogène pour nous, une fois qu’il a été posé sur le papier ou sur la toile! C’est plus pour le lecteur ou le spectateur que ça craint! Ha ha! Nos comix sont des terrains d’expérimentations où nous couchons nos angoisses, nos révoltes, nos colères, notre humour noir ou non-sensique, nos délires et nos questionnements de toutes sortes, nos envies de communiquer sur des sujets qui sont encore des tabous sociaux ou des sujets sensibles (maladie, mort, souffrance, violence, pouvoir, aliénation, immigration, religion, drogue, sexe…), etc. L’aspect provocateur de nos créations vient souvent des sujets qu’on aborde et du ton qu’on emploie pour en parler. Nous sommes plutôt politiquement incorrects et ça transpire de nos créations a priori. C’est aussi ce qui qualifie notre collectif graphique de Punk! Il faut aussi dire que c’est le milieu dans lequel on évolue depuis longtemps donc c’est plutôt logique! Si on était des bobos, on ferait du Dupuy & Berberian, mais on est des gros attardés de keupons débiles pour la majorité d’entre nous, alors on parle de ce qu’on connait et de notre perception des choses avec nos humbles compétences intellectuelles qui ne sont pas toujours au rendez-vous quand on les sollicite malheureusement! Ha ha!
Mais je comprends complètement que nos créations puissent choquer ou déranger, mais ce n’est pas notre préoccupation première, ni notre objectif principal. L’important pour nous, c’est que ça existe et qu’on puisse exorciser par ce biais les choses qui nous pèsent sur l’estomac (certains le font en musique, en prose, en vers, en photo ou à l’écran, nous c’est en dessin). Nous, on propose et le public dispose, c’est tout. Y’a aucune contrainte à subir ce qu’on fait. Ce n’est que de la BD après tout! On n’est pas des illuminés non plus, on sait qu’on ne bouleverse pas fondamentalement l’ordre des choses avec un dessin ou une planche de BD, même si ça peut réveiller des réactions terribles et extrémistes parfois (voir la polémique à propos des dessins sur l’Islam notamment). Mais dans ce cas précis, c’est plus de l’ordre de la connerie humaine, et l’Homme est champion du monde en ce domaine! La connerie humaine est la seule chose qui à mon avis nous donne une bonne notion de ce que peut être l’infini, car elle n’a pas de limites quantifiables. Et ça me navre vraiment, d’autant plus que je n’échappe pas à la règle. Comme tu le comprendras, je n’ai pas une grande estime pour la race humaine et pourtant j’en fais partie. Quel paradoxe!

BDE : Est-ce parce que certaines images sont (si peu) violentes ? Quel est ton diagnostic là-dessus ?
C : La violence de nos images trouve son origine dans la violence que nous offre cette société. Quand j’étais petit, on mangeait le soir devant les informations nationales télévisées – avec notamment le docteur Roger Gicquel, en présentateur/manipulateur vedette, et son discours « La France a peur! ». Quel connard! Ha ha! – je peux te dire que de visionner des reportages sur des pays en guerre, des faits divers sordides, des analyses pessimistes de la crise et du drame socio-économique ambiant ou des attentats soit-disants terroristes pendant que tu dînes, c’est pas la meilleure éducation qui soit pour un gamin. Surtout quand personne ne t’explique ce qui se passe à l’écran. Pas de debriefing ni de prise de recul sur les choses pour beaucoup d’enfants. Tu te prends tout dans la gueule et tu dois gérer seul, et tu te construis avec ça. Inconsciemment, on nourrit les névroses et les psychoses de chacun et la télévision a une énorme responsabilité là-dedans. Après, les gens s’étonnent du pétage de plomb général, et surtout chez les jeunes! Comment se projeter dans ce monde de fous? Quel espoir pour la jeunesse? Je pense qu’on est une flopée de gamins à avoir été abreuvés, pour ne pas dire « traumatisés », par ce type d’images et de traitement catastrophiste et caricatural de l’information (merci TF1 et consorts!). La société est violente et injuste, c’est exactement ce que ce genre d’images te renvoient avant tout. Après on s’étonne que les ados et les jeunes adultes soient en rage, en dépression ou en assimilation de beaufitude (dans ce dernier cas, c’est la politique de l’autruche ou celle de la résignation qui prédomine, et c’est désespérant à mourir!). C’est dramatique!
Personnellement, j’ai 3 enfants et la télé est un outil que nous utilisons avec prudence, vigilance et parcimonie. Le proverbe dit bien « un homme averti en vaut deux » et, sans tomber dans la parano totale, il est impératif de ne pas pécher par excès de naïveté, d’indifférence ou d’ignorance. Celui qui détient le savoir a toujours une longueur d’avance sur celui qui ne sait pas. Le tout est d’être curieux et d’avoir soif d’apprendre.

BDE : Chacun de vos Zines est organisé par un thème. Comment est-il déterminé ?
C : On fait un tour de table des auteurs pour les propositions à chaque nouveau numéro, et on vote. C’est pas plus compliqué! En général, on tombe vite d’accord.

BDE : Comment la rédaction est-elle organisée ?
C : Elle est organisée de façon relativement chaotique! Néanmoins, nous avons ouvert un forum sur internet avec divers topics sur lesquels nous échangeons projets, avis et propos. Nous avons aussi un webchat qui nous permet de faire des réunions à plusieurs sans nous déplacer de chez nous. L’outil informatique a facilité et accéléré nos échanges et nos projets. Dans les années 80, c’était beaucoup plus fastidieux. Heureusement certains d’entre nous sont de vrais administrateurs de sites web ou de web-forums, donc ils ont permis cette mise en place. Personnellement, j’en aurai été incapable car je ne suis pas trop porté sur l’outil numérique, même si je m’y suis mis depuis pas mal d’années tout de même.

BDE : Comment définir ta/votre médecine ? Parallèle, douce, naturelle, alternative ?
C : Je la qualifierai plutôt de médecine rebelle, revendicative et effectivement « létale »! Car à la fin, il n’y a que la mort qui gagne de toute façon.

BDE : Pourquoi avoir choisis l’inoculation par fanzine ?
C : Par ce que c’est moins douloureux qu’une seringue ou qu’une sonde anale!

BDE : Où peut-on trouver Speedball ?
C : Bien au fond à droite, si tu vois ce que je veux dire?!? Ha ha! Hum… Plus sérieusement, en fait, on effectue peu de dépôts-ventes car ça nous gonfle de gérer ce genre de délires. Et puis on a perdu assez de thunes avec des distributeurs qui ne nous ont jamais payés, alors on fait des stands à côté de nos fresques ou on se déplace sur des événements pour faire des comptoirs de vente ici ou là. On a quelques distributeurs qui nous prennent des dépôts en vente ferme, ils se débrouillent ensuite pour vendre nos comix et récupérer leur investissement avec une plus-value, comme ça on évite les gestions fastidieuses à distance et c’est marre.
Sinon, il faut les commander sur le site de Cha (chabd.com) ou sur le site Humungus, vous envoyez un mail et on vous explique comment faire pour chopper nos prods!

BDE : Est-ce que tes consultations sont remboursées par la sécu ?
C : Que dalle! D’ailleurs, tu me dois 450 euros pour celle que nous venons de faire! Et si tu as du cash, je préfère!

BDE : Quel conseil donnerais-tu/vous aux jeunes qui souhaiteraient suivre vos traces ?
C : Pourquoi suivre nos traces?!? Construisez votre propre histoire, vivez pour vous-mêmes et par vous-mêmes, sans attendre qu’on vous dise quand dire « merci à la dame » ou « s’il vous plait au monsieur »! Osez! Bougez-vous! Que vous réussissiez ou que vous échouiez, osez! Car de toute façon, qui ose gagne! N’attendez pas que qui que ce soit vienne vous prendre par la main! Dans une société où l’Homme ne fait plus confiance à l’Homme (puisqu’on le remplace par des machines), il faut avoir l’envie d’exister pour vivre pleinement et éventuellement s’épanouir! C’est assez moralisateur, mais c’est mon point de vue et je le partage! Ha ha!

Propos recueillis par Alain Lamourette.

Interview réalisée le 7 janvier 2012.

© Valice Production/Humungus
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*