Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Atsushi Kaneko – Auteur de Bambi et Soil

Rencontre avec Atsushi Kaneko – Auteur de Bambi et Soil

« Les petites princesses n’attachaient aucune espèce d’importance à leur existence. Chacune haïssait viscéralement les deux autres, ses propres reflets conformes. Un beau jour, l’envie les prit de tuer quelqu’un, juste pour voir. Ôter la vie à autrui les réconcilierait peut-être avec elles-mêmes. Elles se réunirent par une nuit de pleine lune pour échafauder un plan. Qui serait leur première victime? »

Invité conjointement par les éditions IMHO et Ankama, Atsushi Kaneko est venu en personne à Angoulême, où sa dernière série, Soil, concourrait au prix Polar. S’il est ensuite reparti sans récompense, le mangaka a pris plaisir à rencontrer ses fans européens au cours des séances de dédicaces où il se prêtait volontiers au jeu et apprenait quelques mots de français. Toujours avec le sourire, il a répondu à quelques-unes de nos questions dans la magnifique salle de presse du festival.

Chronique de Bambi Tome 0 et Soil Tome 4

Retrouvez un extrait du dernier tome de Bambi en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! On peut noter une grande différence de traitement entre Bambi et Soil, mais toujours cette même envie de provoquer. Comment jugez-vous l’évolution de votre œuvre ?
Atsushi Kaneko : Avec Bambi, j’ai essayé de me rapprocher le plus possible des codes du manga traditionnel, avec seulement une trame de base. J’ai toujours eu l’idée de la fin de l’histoire quand j’ai commencé à l’écrire, mais pour y parvenir je me suis laissé improviser. J’ai laissé les actions du personnage dicter l’intrigue au fur et à mesure. C’est de cette manière que travaillent la plupart des mangakas. Pour Soil, c’est tout à fait différent. J’ai tout écrit du début à la fin, ce qui m’a permis de suivre ensuite un scénario très précis.

BDE : Pensez-vous aller plus loin dans la critique de la société avec Soil ? Et cherchez-vous à toucher un autre public ?
AK : Oui. J’avais pour volonté de faire suivre les lecteurs de Bambi tout en touchant un public qui n’avait pas forcément connaissance de mon travail.

BDE : Avez-vous eu des retours des lecteurs étrangers ?
AK : Pas encore, je commence juste à me rendre compte de la portée de mes séries sur le public français. J’ai quand même l’impression que ça plait. Au Japon, on les perçoit surtout comme des œuvres violentes et visuelles tandis qu’ici on les juge sur leur ensemble. Jamais je ne pourrais recevoir un prix dans mon pays ni même être nommé comme je le suis cette année à Angoulême. Que Soil soit sélectionné dans la catégorie Polar est une reconnaissance de mon travail de scénariste et de « raconteur d’histoire », un aspect qui n’est pas souvent mis en avant chez moi. J’en suis donc très content !

BDE : Pourtant, si Bambi est une bombe visuelle, Soil est avant tout un scénario astucieux.
AK : Je suis conscient que mon style graphique est assez particulier, on m’en parle beaucoup. Mais on s’arrête aussi souvent à cet aspect superficiel de mon travail. Je suis donc vraiment content que les lecteurs français entrent dans l’histoire et prennent la peine de voir qu’il y a une construction très travaillée, très étudiée.

BDE : Un tome alternatif de Bambi vient de paraître, montrant votre attachement à son univers. Quel regard lui portez-vous et est-ce un personnage que vous prendriez plaisir à retrouver dans l’avenir ?
AK : C’est grâce à Bambi que j’ai commencé à être reconnu en tant qu’auteur, c’est un personnage qui m’est donc très cher. Dans Soil ou mes autres travaux, les personnages sont avant tout au service de l’histoire. Ils existent parce qu’ils ont une place bien précise dans l’histoire, une fonction bien particulière. Bambi, elle, fait vivre l’histoire et entraine tout le monde dans son sillage. Quand j’ai écrit ce manga, comme le personnage est très vivant, fort, charismatique, j’ai eu peur que les gens croient que j’étais un auteur extravagant, incapable de faire des choses précises. C’est pour ça que j’ai voulu changer avec Soil en écrivant un scénario très précis. Donc, même si j’adore Bambi, je ne pense pas que je la réutiliserai plus tard. Peut-être par contre que j’essaierai d’inventer un nouveau personnage encore plus fort…

BDE : En venant en France, essayez-vous de découvrir d’autres auteurs pouvant partager vos gouts en matière de BD ?
AK : Bien sûr, mais je préfère encore discuter avec des auteurs de styles et d’expressions très variés. C’est très enrichissant !

BDE : Merci à vous !
AK : Merci beaucoup, bonne journée ! (NDR : en français)

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

Merci à Aurélien Estager pour la traduction.

Extrait du Tome 0 de Bambi

© Editions IMHO 2012/Kaneko
Photo © BDE/A.G.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*