Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Watchmen (Moore, Gibbons, Higgins) – Urban Comics – 35€

Watchmen (Moore, Gibbons, Higgins) – Urban Comics – 35€

Parution : 01/2012

12 octobre 1985. Le monde est au bord du chaos. La Guerre Froide est à son apogée et les armes nucléaires menacent toute l’humanité. Devant l’ampleur du péril, la mort d’un homme ne pèse pas lourd. Celle d’Eddie Blake, ancien agent du gouvernement jeté à travers la fenêtre de son appartement, intrigue à peine la police. Mais quelqu’un veille. Car Blake était le Comédien, un membre des Watchmen, milice composée d’individus ordinaires ayant juré de combattre le crime des années avant. Devenus hors-la-loi, ils ont du se ranger. Mais pas Rorschasch. Ce justicier psychotique pense à un tueur de héros. Il reprend alors contact avec ses anciens partenaires, le Hibou, le Spectre Soyeux ou Dr Manhattan, le surhomme qui a changé la face du monde depuis son apparition et maintenu une paix artificielle. Dans l’ombre, un complot s’organise à leur insu, mais ils ne sont qu’un rouage du temps inflexible…
A travers cette uchronie aussi dense qu’intense, Alan Moore révolutionnait les histoires de super-héros et le monde du comics dans son ensemble en 1986. Plus de 25 ans – et une adaptation au cinéma particulièrement réussie – son récit possède la même force, même si la politique a bien changé entretemps. Comme à son habitude, le scénariste britannique ne s’est pas contenté d’une idée géniale, de rebondissements savamment orchestrés et d’un final renversant. La structure de son œuvre est un exercice de style éblouissant : les chapitres alternent constamment entre l’avancée de l’action et la description d’un des personnages principaux (complétés par de faux documents ou livres, comme la biographie du premier Hibou), dans un principe de symétrie – à l’image du masque de Rorschach – qui voit son point d’orgue dans le chapitre Terrible symétrie, construit comme un palindrome. Un des autres points forts est le comics dans le comics, une aventure de pirates que Moore insère dans l’album jusqu’à sa conclusion. Ce n’est donc pas surprenant qu’Urban Comics, label issu de Dargaud, ait choisi ce chef d’œuvre intemporel pour se lancer en 2012. A travers un album cartonné imposant de plus de 450 pages, reprenant la traduction du romancier Jean-Patrick Manchette et complété par les bonus de l’édition Ultimate, l’éditeur – qui possède l’exclusivité des parutions DC – se positionne clairement sur le marché avec du travail de qualité.
Le nouveau venu Urban Comics commence fort avec cette version définitive d’une des plus importantes BD de tous les temps !

Arnaud Gueury



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*