Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Agnès Maupré – Auteur de Milady de Winter

Rencontre avec Agnès Maupré – Auteur de Milady de Winter

« Non, Milady n’est pas une femme. Les femmes pleurent quand on les blesse. Elles ne rendent pas les coups. Elle, c’est une lionne, un serpent! Elle frappera encore. Je suis prévenu, maintenant, mais ce n’est pas pour autant que je verrai venir le coup. Je supporte l’idée de mourir au combat. C’est honorable, ça. Mais mourir de la main d’une femme! Ce n’est sans doute pas ça que mon père avait en tête quand il m’a demandé de faire honneur à mon nom. »

Suite de nos interviews réalisées au Festival d’Angoulême avec une sympathique rencontre faite au cœur du stand Ankama. Alors que les lecteurs étaient venus en nombre pour découvrir les auteurs en dédicace et les nouveautés de ce début d’année, la charmante Agnès Maupré a répondu à nos questions sur son très remarqué diptyque en noir et blanc et nous a dévoilé son prochain projet, tout aussi excitant.

Chronique du Tome 2

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! L’aspect féministe de ce diptyque a souvent été abordé, mais ces remarques ne limitent-elles pas sa vraie portée ?
Agnès Maupré : En l’écrivant, je n’ai en tout cas jamais eu l’envie de mettre la pâtée aux garçons et de sauver les personnages des filles. A mon avis, il y a des personnages masculins qui valent la peine. Je me suis attachée à Richelieu, j’ai aussi été touchée par le beau-frère de Milady, Lord de Winter, qui est un peu un gros nul mais qui n’est pas spécialement heureux dans la vie. Je n’ai donc jamais voulu prendre un parti-pris féministe, c’est juste que le parti-pris des films sur Les Trois Mousquetaires que j’avais vus quand j’étais petite me paraissait au contraire trop tourné vers les garçons. Et ça ne m’avait jamais donné envie de lire le roman jusque-là. Je me suis quand même un peu forcée parce que j’aime beaucoup Alexandre Dumas par ailleurs, et j’ai été très surprise, en découvrant le roman, de voir que ce n’était pas un univers manichéen, que les garçons sont traités comme des saligauds, que la grande méchante Milady avait des raisons de se comporter comme ça.

BDE : C’est une sorte de réhabilitation que vous lui offrez ?
AM : Oui, parce que j’ai vraiment été surprise par ce personnage que je pensais plat, d’après les interprétations que j’en avais vues. Et je suis tombée amoureuse du personnage de cette femme et de certains moments-clés de l’histoire. Ce qui fait que j’avais envie de faire une série d’une dizaine de gravures pour le plaisir et puis, petit à petit, j’ai fait des dessins de Milady, je me suis attachée à elle, ça s’est étoffé et je me suis lancée dans un projet BD.

BDE : Était-ce un plaisir aussi de combler les nombreux blancs laissés dans le roman ?
AM : Oui, oui ! Ce qui était marrant, c’était d’avoir des jalons qui étaient posés et d’essayer de voir et de broder entre ces jalons. J’ai parfois triché – très peu et par commodité – mais j’ai essayé quand même d’être la plus fidèle. On sait quelques trucs sur Milady – qu’elle a été mariée en Angleterre, que son mari est mort dans des circonstances bizarres – mais on ne sait pas combien de temps a duré le mariage, comment ils se sont rencontrés, beaucoup de blancs existent dans le roman.

BDE : Et quelques incohérences parfois…
AM : C’est vrai, Dumas écrivait parfois des trucs en pensant que ça allait passer ! (rires) « Après tout, il y a 600 pages, les gens s’en foutent, c’est pas grave… » Mais ça fait partie d’un art littéraire, savoir bluffer sans se faire prendre. C’est ce qui fait le charme d’un feuilleton.

BDE : Il n’y a donc aucune revanche sur un mauvais souvenir de lecture ? (rires)
AM : Ah non, on m’a fait lire beaucoup plus chiant ! (rires) Si en terminale j’avais pu lire Dumas plutôt que l’épisode des cerises de Rousseau, ça n’aurait pas été plus mal !

BDE : Avez-vous eu l’intention de travailler en noir et blanc depuis le départ ?
AM : Oui, je le sentais comme ça. Car, pour moi, le XVIIème siècle est une époque assez sombre, avec des boiseries sombres et des tissus sombres. L’histoire se prêtait donc bien au noir et blanc. Des copains ont fait des essais de couleur, que j’ai beaucoup aimés mais ce n’était pas l’ambiance de ce livre-là. J’aime bien la couleur aussi, là j’y reviens.

BDE : Est-ce que ça donne justement envie de retravailler en couleur ?
AM : Oui. Dernièrement, j’ai eu l’idée débile de faire de la couleur avec des encres acryliques, donc je passe dans les fluos. C’est un extrême ! (rires)

BDE : Vous avez aussi travaillé sur Marie Curie, une autre femme forte.
AM : Oui, un petit dossier pour Astrapi. Par contre, au niveau de l’écriture, je n’y suis pour rien du tout. Le sujet est un hasard, mais ça ne tombait pas mal. Peut-être que maintenant je suis identifiée comme auteur féministe ! (rires) Ce ne serait pas un mal, c’est quelque chose qui m’intéresse : comment le féminisme trouve ses marques dans le monde actuel. Après les combats de nos mères qui étaient clairement identifiés, on a des combats plus flous à mener aujourd’hui mais ils valent la peine aussi.

BDE : Y a-t-il des projets sur ce sujet ou tout autre chose ?
AM : Je ne m’intéresse pas forcément à la bande dessinée historique en soi – ce n’est pas du tout mon dada – mais je vais faire quelque chose qui se passe au XVIIIème siècle ! (rires) Ce n’est pas complètement un hasard. Pendant que je travaillais sur Milady, je suis allée fureter sur le personnage du Chevalier d’Éon, car je pensais à tort que c’était une femme-espionne travestie en homme et que je me suis rendue compte que c’était l’inverse. C’est donc beaucoup plus compliqué et riche comme histoire. Je suis encore tombée sur un gouffre de passions sur le Chevalier d’Éon. Je me suis beaucoup documentée, je suis allée dans sa ville natale et j’ai rencontré Philippe Luyt qui est quelqu’un de sa famille et qui m’a laissée tripoter son casque de capitaine des Dragons, ses pistolets, son éventail…

BDE : A quel point est-ce avancé ?
AM : Il faut que j’en parle avec l’éditeur, mais ce n’est pas encore grand-chose. Et puis les gens connaissent surtout la chanson de Mylène Farmer (NDR : Sans contrefaçon) ! (rires) Mais contrairement à Milady, où il a fallu combler les blancs, là j’ai un excès de matière même si c’était déjà une légende et une grosse blague au XVIIIème siècle. Il y avait des paris sur son sexe, des fausses Mademoiselles d’Éon dans les salons, etc. Et en même temps, c’était un homme lettré qui écrivait très bien, une des plus fines lames de l’Histoire. Mais il était un peu dingue, même si ce sont les circonstances qui l’ont rendu comme ça. Ça m’a d’ailleurs permis de m’intéresser à Louis XV et à l’histoire du secret du Roi, à la diplomatie parallèle. J’ai donc fait beaucoup de documentation mais je commence juste à écrire.

BDE : Merci beaucoup, nous suivrons tout ça de près !
AM : Merci !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 26 janvier 2012.

Premières pages du Tome 2

© Ankama Éditions 2012/Maupré
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*