Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Klezmer T4 (Sfar) – Gallimard – 17€

Klezmer T4 (Sfar) – Gallimard – 17€

Parution : 01/2012

Alors que le « Baron de mes fesses », égratigné par ses sentiments pour Hava, erre telle une âme en peine, Tckokola s’appesantit à le réconforter. Le jeune gitan s’escrime vainement à de longues tirades sur les nobles sentiments contre la morne résignation du noble séant. Dans un cabaret à l’atmosphère bouillonnante de stupre, le gitan démontre tant son éloquence que son expérience amoureuse. Ce qui n’est pas le cas de Vincenzo, le cœur du si sage violoniste balance pour une belle trapéziste. Il défrise ici ses Payos, vire complètement sa Yarmoulke et prend conscience qu’ainsi sa vie prend bien d’autres saveurs. Lui, aussi doux que le climat d’Odessa, s’enflamme comme jamais. Le pauvre Yaacov quant à lui feint la virile assurance mais reste encore bien timide à l’instant suprême de satisfaire Hava. Il aurait des leçons à prendre auprès des acrobaties du virtuose à l’archer qui prend tous les risques pour émouvoir la belle à la balançoire. Il se ravise à commettre le meurtre de son mari qu’elle réclame pourtant instamment. Mais dans cette ambiance où les sentiments les plus violents sont entremêlés, les sangs sont facilement échauffés, surtout quand il s’agit d’honorer les souhaits d’une belle dame.
On pouvait déjà se demander quelles fussent les limites esthétiques de Joann Sfar. Il eut été difficile de répondre, mais le lecteur attentif pourrait tenter de voir des lignes directrices dans le trait, dans la couleur, dans la technique. A travers ce tome 4, l’auteur met un point final aux tergiversations : sa liberté est totale. Il va au-delà de l’approche de l’aquarelle des trois premiers tomes et s’octroie ici tout les droits : de la peinture, du crayon de couleur et même du bic. En incorporant quelques petites histoires, de très belles pleines pages et quelques détails très amusants, il sème le trouble dans son lectorat le plus assidu pour mieux brouiller les pistes. Une autre lecture serait d’arguer que ça pourrait être dû à des contingences matérielles. Quoi qu’il en soit, cette épopée à travers l’Europe de l’Est trouve ici un de ses épisodes les plus charnels et marque une étape supplémentaire dans le cheminement des héros. Avec tout ça, il est réellement impossible d’entrevoir où leur chemin de bohème va les mener.
Un album qui va chercher ses ressorts des deux cotés de l’âme slave : du sentiment amoureux absolu à la plus folle des passion, de la plus joyeuse des complicités à l’infini tristesse.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*