Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Stéphane Oiry – Dessinateur d’Une vie sans Barjot

Rencontre avec Stéphane Oiry – Dessinateur d’Une vie sans Barjot

La première rencontre de notre envoyé « pas très spécial » s’est plutôt bien terminée. Son nouvel interlocuteur arrive. Il le salue quand, soudain, il sent un regard qui le perce. Il le cherche furtivement… L’AUTRE est là, dominant la salle de presse de l’Hôtel de ville d’Angoulême, dans son cadre doré, le regardant du haut de ses trois mètres, encostumé pour l’apparat et écharpé de bleu, blanc, rouge… Le regard de notre émissaire oscille entre l’auteur et LUI, au faciès teigneux, qui le toise et se demande ce qu’il peut bien foutre là au lieu de travailler plus pour gagner… Notre tentacule armé se reprend et se concentre. D’une apparente et élégante nonchalance, assez haut perché et très calme derrière la rondeur de ses lunettes, Stéphane Oiry ouvre une petite parenthèse juste le temps d’une vie sans barjots…

Chronique de l’album

Bulle d’Encre : Tout au long de l’album, vous distillez des références à la musique rock et punk, de l’introduction avec la référence au morceau Teenage Kicks du groupe Undertones au concert de Death metal et à la référence à Iggy Pop. Peut on qualifier Une vie sans Barjot de BD rock ?
Stéphane Oiry: Je ne sais pas ce que ça veut dire une BD rock. Appollo et moi avons grandi à l’époque où il y avait encore des magazines comme Métal Hurlant, qui a pu incarner cette idée de BD rock avec des auteurs comme Jano, Margerin, etc. Ce sont des auteurs importants de notre adolescence. Avec eux s’est forgée l’idée d’une proximité entre la bande dessinée et le rock’n’roll qui étaient alors nos passions à tous les deux. Nous avons biberonné à cette bande dessinée là, donc aujourd’hui le travail de ces auteurs revient dans notre inspiration. Ce qui m’embarrasse un peu, c’est que je ne me reconnais pas dans tout ce qu’on a vu fleurir en BD rock. L’image que nous nous sommes fait d’une bande dessinée rock c’est une image efficace. Nous sommes allés chercher dans l’efficacité du Punk Rock, une certaine forme de simplicité, d’immédiateté et notre souci du réalisme. Une volonté de parler des choses du quotidien telles que les gens les vivent et de ne pas se réfugier dans la fantaisie.

BDE : Cette représentation du rock est assez complète dans le sens où vous sublimez la liberté et dans le même temps vous faites une critique acerbe des limites de ses détracteurs à certains moments précis : le type qui veut tabasser Barjot, les gars, dans une soirée plutôt rock’n’roll, qui se foutent de sa gueule et cherchent à le démolir psychologiquement. Vous représentez la quête de la liberté absolue et la bêtise humaine qui borne cette liberté.
SO : Il y a cette idée dans cette bande dessinée. Quand j’ai reçu cette séquence, je l’ai particulièrement savourée. Finalement, ce que l’on voit dans cette fin de fête, ce sont des quadragénaires qui continuent à picoler, à vivre comme des adolescents et à écouter du rock’n’roll. Le narrateur, qui est un adolescent, porte un jugement assez sévère sur ces adultes-là. C’était une manière de prendre de la distance par rapport à ce que l’on aime et de se demander quel regard porterait sur nous l’adolescent qu’on était. C’était aussi une manière de faire le point sur là où en est de notre vie. Nous avons mis beaucoup de nous même dans chacun des personnages. Comme Christophe qui s’imagine voyageur, écrivain, cinéaste, auteur de bande dessinée et tout ça à la fois. Je pense qu’Apollo et moi étions un peu cela à cette époque-là. Si cet adolescent voyait les quadragénaires que nous sommes, quel jugement porterait-il ? Est-on resté fidèle à cet adolescent ? C’est un retour sur nos velléités et ce qu’on en a fait…

BDE : Vous nous offrez à travers trois personnages centraux une vision de la jeunesse et de l’adolescence, qui oscille entre détermination et indétermination, certitude et incertitude. Il y a le personnage de Mathieu, le héros, qui est habité par le doute sur sa propre condition. Il y a Christophe, une caricature de l’intellectuel rêveur, l’aventurier qui respecte le couvre-feu de papa maman, complètement rompu à ses aspirations mais qui de fait ne pousse jamais rien à son terme. Et il y a Barjot qui est un peu marginal, militant absolu de la connerie et de la débilité comme mécanisme de défense et qui est résolu à être irrésolu. Il ne semble pas y avoir de réponse incarnée par un personnage mais un trio qui donne une définition du terme assez vague de jeunesse.
SO : Chacun de ces trois personnages incarne une facette que l’on a outrée. Mais finalement, au regard des témoignages de gens qui se reconnaissaient, ce sont des portraits assez réalistes. Même si la représentation de la jeunesse semble assez caricaturale, je crois que c’est un âge où nous sommes caricaturaux, dans cet excès-là. Il fallait aller jusque-là pour sonner juste.

BDE : Barjot a la fonction de dédramatiser les choses débiles que chaque ado peut faire sans penser à la portée de ses actes ou à ses conséquences. Il fait pourtant une analyse qu’on n’attend pas d’un ado.
SO : Il a beaucoup de recul et il est beaucoup plus intelligent qu’on l’imagine au premier abord. Ce personnage s’est construit au fil de l’album et il n’était pas du tout destiné à avoir cette importance. Il figure dans le titre du bouquin mais ce n’était pas le titre de travail. Ce titre s’est imposé alors que nous étions dans les dernières pages. Au départ, c’était un personnage secondaire mais, lorsqu’il a été dessiné, il a séduit et inspiré Appollo par son apparence. Il a voulu le développer et, petit a petit, Barjot s’est rendu indispensable. C’est un contrepoids qui vient contrebalancer les moments cucul où le romantisme prend le dessus. Dans la narration, il amène une pointe humoristique. Il est devenu indispensable à tel point qu’on le fait revenir à la fin comme un diable de sa boite. Ça n’était pas prévu mais au tout dernier moment nous nous sommes rendu compte que l’album, sans lui, ne fonctionnait pas. Il fallait qu’il revienne comme ça et de manière gratuite. Finalement, ça prend sens…

BDE : Avez-vous eu des retours d’adolescents qui ont lu cette bande dessinée ?
SO : Assez peu. L’essentiel des retours sont faits par des adultes, des quadragénaires qui se reconnaissent quelque part. Je ne sais pas si les adolescents ont eu dans les mains cette bande dessinée. Est-ce qu’ils vont naturellement se tourner vers ce type de bande dessinée aujourd’hui ? Je n’en suis pas certain.

BDE : Le point de vue de l’adulte qui se retourne vers cette jeunesse est assez aisé. Mais pour quelqu’un qui est dans la peau d’un Barjot par exemple, ça peut être dur à lire non ?
SO : Tout à fait, je ne sais pas si on a envie de lire ça à cet âge-là. Il faut avoir le recul, le second degré et l’auto-dérision suffisants pour apprécier ce type de récit.

BDE : À travers ce récit somme toute banal d’une nuit entre potes, les trois personnages ont un parcours initiatique parallèle avec toutes ces composantes : une quête, une équipe, des combats et des trophées, des flics, du sexe, de la drogue, une révélation notamment chez le pote Fred, des difficultés extérieures de gens qui leurs mettent des bâtons dans les roues, une vengeance, le renoncement qui est la plus grosse de leur difficulté et finalement le graal. Dans cette quête, la place des femmes est particulière. Elles tiennent lieu de moyen et de fin de la quête, un moyen pour les jeunes mecs de s’affranchir et de s’affirmer et une fin surtout pour Matthieu. Est-ce que le parti-pris de base était l’affirmation que l’adolescence s’articule autour de son rapport à l’autre sexe ?
SO : Comme pour le précédent récit, Pauline et les loup-garous, qui parlait plus crûment de la découverte de la sexualité, et pour Une vie sans Barjot sur un ton un peu différent, nous traitons de cette préoccupation essentielle des adolescents : le cul, l’amour… Je trouve un certain équilibre dans la mise en scène de cette quête qui n’a pas dans le livre l’importance que je lui donnais au départ. L’histoire tourne autour de la conquête de cette jeune femme. Mais au moment ou Mathieu se déclare, ça se fait très simplement et le récit continue. Cela permet de mettre en avant, qu’outre les filles, les copains sont très importants à l’adolescence. Ce n’est pas seulement quitter sa ville natale et se déclarer à une jeune femme mais aussi renoncer à ses copains de l’époque. Je trouve bien d’avoir noté que le bouquin est conçu comme une quête initiatique, un récit chevaleresque, car c’était une volonté forte de notre part. Ce qui est troublant c’est que Mathieu renonce à cette jeune fille, il trouve l’amour et annonce qu’il doit partir. Je suis le premier lecteur du scénario d’Appollo, je découvre le récit et je réagis comme un lecteur. J’ai éprouvé un peu de déception et un peu de mal à croire qu’on puisse à la fois se déclarer et dire qu’on s’en va. En y réfléchissant, j’ai réalisé que c’était ce qu’il y avait de plus réaliste et que c’est comme ça que ça s’est passé pour tous. Les premiers amours ne sont pas ceux qui vont se concrétiser. J’ai trouvé une forme de mélancolie liée à ça dans ce récit, peut-être y ai-je projeté ma propre mélancolie…

BDE : Le paradoxe, c’est que le plus valorisant pour Mathieu, dans sa quête de l’affirmation de soi, est le cheminement où il apprend et tire gloire de l’adversité dans la difficulté. Et finalement, on le voit arriver face à Noémie avec un certain détachement, un peu « cador » qui s’en va comme un prince en ayant eu ce qu’il voulait et qui n’avait, pour le coup, rien de sexuel.
SO : Effectivement, on avait déjà traité de la sexualité dans le précédent album qui est un peu le premier tome.

BDE : Quels sont vos prochains projets ?
SO : Pauline et les loup-garous et Une vie sans Barjot s’inscrivaient dans ce que l’on pensait être une trilogie sur l’adolescence. Le troisième s’appellerait La Lauréate. Mais notre éditeur, Futuropolis, est prudent et attend un peu à cause du risque financier important. Du coup, on va peut-être rempiler pour autre chose, on réfléchit à un récit de genre, pourquoi pas une forme de road-movie avec des jeunes femmes. On y réfléchit encore…

BDE : La nomination pour le festival d’Angoulême représente-t-il une belle consécration pour vous ?
SO : C’est très agréable. Je considère que c’est déjà une réussite qui fait énormément plaisir. Je ne cracherais évidemment pas sur un fauve (rires). Mais il y a tellement d’autres bons livres en compétition… J’essaye de ne pas trop me prendre la tête avec ça et de profiter pleinement de ce plaisir. Ça me tient tout particulièrement à cœur pour cet album que je trouve le plus personnel et qui m’est le plus cher. J’aurais été très déçu qu’il soit mal reçu. La sortie du précédent dans une relative indifférence m’avait un peu blessé. Les auteurs ne mettent pas toujours autant d’eux-mêmes dans les livres. J’ai mis beaucoup dans ces deux livres-là et de fait j’attendais une certaine forme de reconnaissance. C’est peut être un peu débile de fonctionner comme ça mais je suppose que c’est naturel. La nomination arrive au bon moment, ça fait du bien.

Propos recueillis par Alain Lamourette.

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

© Futuropolis 2011/Appollo/Oiry
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*