Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Joe Eisma – Co-créateur et dessinateur de Morning Glory Academy

Rencontre avec Joe Eisma – Co-créateur et dessinateur de Morning Glory Academy

« Bienvenue aux étudiants qui visent la perfection! Au nom de notre bien-aimé directeur et de l’ensemble de l’académie Morning Glory, permettez-moi de vous dire que nous sommes ravis que vous nous rejoigniez! J’espère que vous avez pu dire au revoir à votre famille et aux amis de votre ancienne vie. Vous allez commencer une aventure merveilleuse, vous débarrasser de ce qui vous empêcherait de grandir est difficile mais nécessaire. »

A l’occasion de la sortie le vendredi 9 septembre de la première saison complète de Morning Glory Academy chez Atlantic BD, nous avons souhaité en savoir plus sur la conception de cette série originale et mouvementée avec l’un de ses co-créateurs, Joe Eisma. Avec modestie et enthousiasme, le dessinateur américain est revenu sur l’origine de ce titre qui lui procure toujours autant de satisfaction.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! En tant que dessinateur et co-créateur de la série, comment as-tu travaillé avec Nick Spencer pour concevoir cette académie bien particulière ?
Joe Eisma :
Nous nous sommes réunis pendant l’été 2009 pour concevoir tous les éléments. Nick a commencé par des descriptions assez basiques des personnages et des caractères. Il a aussi fait quelques suggestions d’acteurs et d’actrices qu’il aurait bien vus dans les rôles, pour m’aider visuellement. Il a aussi eu quelques idées pour l’apparence de l’école elle-même. Au niveau de l’inspiration, je l’ai ensuite finalisée d’après l’université où j’ai étudié, Baylor University à Waco, au Texas.

BDE : Il y a justement beaucoup de personnages. Est-ce que cela a été difficile à réaliser ? Es-tu fier de l’un d’eux en particulier ?
JE : Oui ! Je dirais que l’importance de notre casting et des seconds rôles m’a un peu pris au dépourvu et que ça m’a parfois intimidé. Je fais toujours des efforts pour donner une personnalité et une allure propres à mes personnages, alors je porte beaucoup d’attention aux détails. Quant à mon préféré, ça change souvent. Jade l’a été, grâce à la nature extrême de ses émotions, qui ont été très amusantes à dessiner. Ces derniers jours, je m’orienterais plus vers Ike, à cause de son rôle de méchant. Il a quelques-unes des meilleures scènes et un super langage corporel.

BDE : L’action démarre très fort dès le premier chapitre. Était-ce une manière de surprendre les lecteurs ?
JE : Je dirais que oui. Les premiers chapitres sont toujours compliqués, car vous devez tout présenter aux lecteurs. Mais vous devez aussi vous assurer que les choses ne vont pas trainer. C’est pour cela que nous avons voulu montrer tout de suite qu’il ne s’agissait pas d’une école ordinaire et que les choses ne seraient pas ce qu’elles semblent.

BDE : Tu as fini le douzième chapitre il y a quelques semaines. Quel regard portes-tu sur cette réussite ?
JE : Je suis toujours épaté de notre première année sur la série, de voir de quelle manière ça a rapidement et massivement fonctionné. Je suis immensément fier de tout ce qu’on a pu faire cette année. Comme pour tous les créateurs, il y a quand même des choses que j’aurais aimé faire ou approché différemment. Rien d’important, cependant, peut-être même que c’est un sentiment qui fait de moi un vrai dessinateur !

BDE : La suite va-t-elle prendre une autre tournure ?
JE : Oui, on ne va pas rendre la vie de ces gamins plus facile ! Dans les troisième et quatrième arcs, nous n’aurons plus à nous inquiéter de l’installation des éléments et nous pourrons vraiment laisser le récit suivre son chemin. Dans la deuxième saison, il y aura des développements majeurs dans l’histoire, mais aussi des changements importants parmi les personnages.

BDE : Tes héroïnes sont particulièrement sexy. Prends-tu autant de plaisir à les dessiner que les lecteurs à les contempler ?
JE : Bien sûr, je ne vais pas mentir ! Dans mon esprit, j’ai vraiment des looks spécifiques pour chacune des trois filles principales, et c’est très sympa à retranscrire sur le papier. J’essaie de me mettre dans la peau d’un adolescent, pour savoir quel est leur comportement et comment ils se présenteraient. Je me souviens que, quand j’en étais un, les filles passaient beaucoup de temps pour choisir leur maquillage et leurs fringues, je pense que c’est toujours vrai aujourd’hui. La vanité est très importante ces temps-ci, je trouve logique que les filles de la série prennent grand soin de leur apparence.

BDE : Envisagerais-tu un jour de réaliser un artbook ?
JE : J’aimerais beaucoup. Je continue de compiler tous les dessins, j’ai encore énormément d’extraits et de recherches de Morning Glory Academy qui n’ont jamais été vus par quiconque. Malheureusement, je me heurte toujours à des deadlines de folie et l’idée d’un artbook doit toujours être repoussée. Mais il existera un jour ou l’autre, c’est sûr !

BDE : La série a été la première à être publiée par l’éditeur Atlantic. Ce choix est-il une fierté pour toi ?
JE : Oui, c’est un sentiment fantastique, mais c’est aussi très intimidant ! J’aime beaucoup la « bande dessinée », et je suis honoré de voir mon livre arriver sur le marché français. J’adorerais avoir un exemplaire entre les mains un de ces jours.

BDE : Les premiers lecteurs français semblent d’ailleurs aimer ton travail.
JE : C’est fantastique ! Je leur en suis d’autant plus reconnaissant que je suis, comme je le disais, un fan de BD. Je sais à quel point les graphismes peuvent y être incroyables et c’est très intimidant de se retrouver à côté d’albums de cette valeur.

BDE : Pensais-tu justement que ton style pouvait plaire à un public plus large que le marché américain ?
JE : Je ne pouvais que l’espérer. Au fil des années, mes goûts en matière de graphisme ont viré au-delà du style américain. Même si j’en suis toujours très fan, je prends beaucoup de plaisir à suivre les mangas et les travaux de Moebius, Manara et beaucoup d’autres encore. J’essaie d’ailleurs d’utiliser ces influences dans mon propre travail.

BDE : J’ai vu sur ton blog que tu étais justement fan de Naoki Urasawa, l’auteur de Monster, 20th Century Boys et Pluto. Peu importe la culture, tous les styles peuvent t’intéresser ?
JE : Oui, absolument. J’avais l’impression de me heurter à un mur, avec les comics américains, et que je ne trouvais plus de nouvelle manière de raconter. Quand j’ai découvert Urasawa, c’est comme si les vannes s’étaient ouvertes. J’ai enfin pu voir de nouvelles interprétations du découpage séquentiel d’une histoire. Son travail a eu une influence indéniable pour moi sur Morning Glory Academy.

BDE : Connais-tu aussi certains auteurs européens ?
JE : Oui, comme je le disais, je suis un très grand fan de Moebius et Milo Manara. J’ai d’abord découvert Moebius quand j’étais enfant, pour son travail sur Le Surfeur d’Argent chez Marvel. Je n’avais jamais rien vu de tel, ça m’avait scotché ! C’est un maître du trait, et je rêverais de voir plus de ses œuvres publiées ici !

BDE : Merci beaucoup !
JE : Merci à toi.

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 28 février 2012.

Suivez toute l’actualité de Joe Eisma sur son blog.

Premières pages du Tome 1

© Radical Publishing, Inc/ Palmiotti/Gray/
© Atlantic BD
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*