Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Merwan – Auteur du Bel Âge

Rencontre avec Merwan – Auteur du Bel Âge

La nouvelle série de Merwan, Le Bel Âge, étant sortie en janvier dernier, nous avons profité de sa venue au festival d’Angoulême pour lui poser quelques questions à ce sujet. En effet, après plusieurs collaborations, Merwan gère aussi bien le scénario que le graphisme cette fois-ci.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages de l’album en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Merwan. Sur ton blog, tu dis que l’idée de base du Bel Âge a germé sur tes carnets entre ton album Fausse Garde et ton court-métrage d’animation Clichés de soirée. Comment sont nés cette trilogie et les personnages principaux qui la composent ?
Merwan : Ils sont nés suite à des personnages que j’ai rencontrés, des jeunes femmes, des situations que j’ai vécues dans des groupes de potes et toutes sortes de choses que l’on découvre en devenant étudiant et aussi en sortant de l’école. Tous ces aspects ont laissé une trace dans ma mémoire, aussi bien mes histoires amoureuses que mes histoires de potes, et du coup j’ai mis beaucoup de temps avant de trouver l’axe idéal pour traiter du sujet. Il a fallu que j’attende d’avoir 33 ans pour y parvenir et cela a été un sacré soulagement de l’écrire.

BDE : Le Bel Âge met en scène trois personnages féminins, tu avais envie de dessiner des corps féminins après les virils Fausse Garde et Pour l’Empire ?
M : C’est vrai que j’avais vraiment envie, après Fausse Garde qui est une sorte d’amitié virile, de raconter une histoire avec des jeunes filles mais pas uniquement pour changer. C’était plus pour rendre hommage aux filles avec qui j’ai passé du temps, que j’ai croisées, que j’aime, que j’ai aimées et que j’aime encore. Il y a aussi un truc tout bête, je dessinais beaucoup de filles et je ne trouvais pas de bonnes raisons pour en faire des héroïnes parce que je ne les comprenais pas. J’ai fait beaucoup de travail sur moi-même pour savoir ce qui se passait dans nos têtes. C’était donc l’occasion rêvée.

BDE : Comment détermine-t-on l’apparence, la psychologie et le comportement de ses personnages ? Est-ce un aspect de ton travail qui a évolué depuis tes débuts ?
M : Oui, cela évolue beaucoup parce qu’au début je partais plus sur des trucs graphiques que j’aimais bien qu’autre chose. Il y a quelque chose que je retrouve tout le temps, c’est qu’à chaque fois que je trouve le détail physique qui va correspondre à l’un de mes personnages, je me rapporte souvent aux traits de caractère d’amis. Quand je parviens à replacer quelque chose qui appartient à des gens que j’aime, j’éprouve immédiatement de l’affection pour ces personnages. C’est complètement arbitraire mais moi ça m’aide à tout de suite leur donner quelque chose d’humain.

BDE : Romain Trystram, qui avait déjà fait des colorisations pour Bastien Vivès sur Amitié étroite notamment, a travaillé avec toi sur cet album. Comment s’est déroulée votre collaboration ?
M : Je connaissais déjà bien Romain pour avoir collaboré avec lui sur L’Or et le sang, d’ailleurs je vais vous expliquer comment nous avons été amenés à travailler ensemble sur cette série. Nous avions un problème lors de la réalisation du premier album, j’avais déjà fait le dessin et nous n’arrivions pas à nous mettre d’accord sur la mise en couleurs que je devais réaliser avec Fabien Bédouel, mais les tests ne correspondaient pas aux attentes des scénaristes et de l’éditeur. Du coup il a fallu trouver quelqu’un d’autre. Ce que l’on me proposait du côté de l’éditeur ne me convenait pas, Romain a fait un essai qui a été concluant et ainsi il a commencé sa collaboration sur la série. Pour le Bel Âge, il m’a vu bosser sur la série, ça l’intéressait, il a fait un essai et encore une fois ça a collé. C’est donc une chouette collaboration.

BDE : Qu’a t-il apporté dans la définition de la couleur et des ambiances ?
M : Romain est vraiment un artiste, donc il a un œil pour la couleur, pour équilibrer l’ensemble tout à coup en donnant un contraste à un endroit où on ne l’attendait pas. Il a un peu une âme de peintre. C’est vrai que, sur Le Bel Âge, je l’ai obligé à faire de l’aplat pur et dur, ce qui n’est pas très sympathique d’imposer à un coloriste. Malgré cela, il a réussi à sortir une ambiance qui collait toujours à ce que l’on a l’impression de connaître. Ainsi, on se sent dans une pièce noire, dans un couloir éclairé à la lampe électrique, dans un extérieur de petit matin gris, cela fonctionne au-delà de toutes mes espérances. Quand il m’a rendu son travail lors du bouclage du tome 1, j’ai été touché par l’application qu’il avait mis et de la vie qu’il avait sublimé dans l’album.

BDE : Dans tes court-métrages, il y a toujours une grande importance des bruitages et du silence, servant le rythme du récit et on imagine toujours de grands passages silencieux accompagnant certaines de tes scènes et planches. Est-ce quelque chose de volontaire ?
M : Ce n’est pas réellement quelque chose de volontaire, c’est quelque chose qui s’impose quand je vois la scène. C’est-à-dire que les moments forts de la vie ne se passent pas dans le discours selon moi, le discours est une action sociale pour se communiquer des informations mais l’émotion arrive avant la phrase, avant le mot. Donc si je veux mettre en évidence les émotions, je suis obligé à un moment donné de laisser la part à seulement l’image pour dire « mais regardez l’attitude et l’expression qui est prise pour que l’on sente le choc ». C’est obligatoire dans l’approche que j’ai de ces personnages, qui est une approche émotionnelle et psychologique aussi.

BDE : L’idée de présenter cet album en récit choral, où l’on voit d’où démarrent les héroïnes avant de les confronter les unes aux autres, est originale. Pourquoi ce choix en particulier ?
M : J’avais une grande envie depuis le départ, c’était de raconter une colocation de jeunes filles. Le premier tome ne répond pas du tout à ce critère mais, en sachant que j’allais dans cette direction-là, j’ai trouvé l’idée de montrer d’où venaient ces trois nanas, par quels déboires elles étaient passées et dans quelles impasses elles étaient. Je trouvais la situation particulièrement intéressante, maintenant que l’on sait d’où elles viennent, on est légitimement en droit de se demander ce qu’il va se passer une fois qu’elles seront réunies toutes les trois.

BDE : Le tome 1 se conclut par la rencontre des trois héroïnes, peux-tu nous donner quelques pistes sur ce qui nous attend dans le second opus ?
M : Lila, qui vient de perdre tous ses amis, va changer de prénom dans le tome 2. Avec cette coloc, elle trouve deux nouvelles amies et, comme on dit, deux amies valent mieux qu’une…

BDE : Tu écris pour toi mais aussi pour autres, tu dessines à quatre mains également. As-tu une préférence parmi toutes ces options possibles ou est-ce justement toutes ces possibilités qui s’offrent à toi qui t’attirent dans la BD ?
M : C’est-à-dire qu’à chaque fois que je suis allé un peu trop loin dans une façon de travailler, j’ai ressenti une grande lassitude soit face à moi-même soit face au fait de ne servir que pour les autres. Du coup, c’est vraiment le changement de méthode qui me permet à chaque fois de prendre du recul. Là, pour Le Bel Âge, il était très important que je réécrive seul mes histoires, je ne l’avais plus fait depuis mes court-métrages et Fausse Garde.

BDE : Pour conclure, quel est ton programme pour l’année 2012 ?
M : Le tome 2 du Bel Âge est prévu pour le mois de mai, il est également prévu que je planche sur la suite de L’Or et le sang. J’ai également un projet avec mon frère, qui fait également de la BD, sur un album qui devrait parler de nos passions de gamins. Pour le moment rien n’est signé mais on travaille sur le dossier. Pour le tome 3 du Bel Âge, il faudra attendre l’année prochaine.

BDE : Merci à toi !

Propos recueillis par Damian Leverd et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

Premières pages de l’album

© Dargaud/Merwan
Photo © BDE/N.V.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*