Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Les Faux Visages (David B., Tanquerelle) – Futuropolis – 21€

Les Faux Visages (David B., Tanquerelle) – Futuropolis – 21€

Parution : 01/2012

9 février 1975, trois hommes cagoulés tiennent les clients de la banque en respect. L’alarme résonne, en échos la détonation, le feu, et cette fois c’est sa propre cervelle qui passe par la tête du guichetier. La tension monte d’un cran, le tireur sort ouvrir la voie, elle n’est pas libre, encore le feu et un gendarme à terre. Trois tirs mettront un coup d’arrêt à celui qui n’aura plus l’occasion de donner la mort. Neuf heures plus tard, les deux autres sortent avec trois otages, montent dans la voiture lestée de deux millions de francs qu’a cédée la police, définitivement. Impunité et témérité sont voisines et c’est en invincible cador que notre braqueur se fait abattre, maculant Rouve du pourpre de sa propre vanité. Ce dernier a rendez-vous avec sa bande de copains dans un troquet de Belleville. Les sangs échauffés ont soif de vengeances, mais la plus amère et sourde est celle conçue par Simon Adjaj. Celui-ci a très bien compris que le sang d’un homme a bien moins de prix aux yeux de la société que l’argent qui lui coule dans les veines. Nos deux larrons en foire avec Kuszner, Mélingue, Lesage, Gaouti, Levert et Tchoubitchevsky vont monter le gang le plus audacieux des années 80…
Un récit en bichromie de 152 pages dense et sombre. L’esthétique d’Hervé Tanquerelle n’est pas sans rappeler sur certains points celle du maître du polar Jacques Tardi. Avec David B., ils réinventent en partie l’histoire des Postiches et, à travers eux, c’est le monde du grand banditisme des années 70-80 qu’ils traitent. Des anciens militaires qui ont gardé de leurs anciens métiers leurs facultés à manier les armes à feu et le goût pour l’action, à ceux baignant de près ou de loin dans le milieu, chacun des protagonistes incarne à lui seul un archétype du gangster de l’époque. La police n’est pas épargnée, leurs déboires à coffrer les braqueurs, certains flics qui tournent ripoux et les pastiches des postiches, permettent aux auteurs de se fendre de quelques scènes et évocations cocasses qui allègent le violent fumet qu’exhale ce livre.
Un album qui ne tombe ni dans l’admiration béate, ni dans l’accablement moral. En mettant à bas les masques de ces faux visages, les auteurs livrent un portrait juste et sensible d’une époque où les bandits et la police s’affrontaient sans fard.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*