Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Carnet noir : disparition de Jean « Moebius » Giraud

Carnet noir : disparition de Jean « Moebius » Giraud

C’est une des plus grandes figures de la bande dessinée française et même mondiale qui nous a quittés ce matin. Jean Giraud a disparu à l’aube de ses 74 ans, et il laissera derrière lui une trace indélébile dans l’histoire du neuvième art. Car quelques lignes ne suffiront jamais à résumer son œuvre et l’influence de son style sur plusieurs générations d’auteurs.

Illustrateur dès l’âge de 18 ans, il devient en 1961 l’apprenti de Jijé, rencontrant à la même époque Jean-Claude Mézières. Deux ans plus tard, Jean-Michel Charlier lui confie le dessin d’une série western qui fera sa gloire : le lieutenant Blueberry est né.
A la fin des années 60, le monde de la science fiction lui permet d’illustrer des magazines et des romans. Ainsi nait son alter ego Moebius. Fin 1974, il fonde la maison d’édition Les Humanoïdes Associés avec Bernard Farkas, Jean-Pierre Dionnet et Philippe Druillet, puis le magazine Métal Hurlant, un laboratoire unique dans lequel il publiera une quantité phénoménale d’histoires marquantes (L’Incal, Arzach, Le Garage hermétique…). C’est aussi ce magazine qui fera sa renommée internationale. Courtisé par le cinéma, et malgré l’échec du projet Dune avec Alejandro Jodorowsky, il participe entre autres à la conception graphique d’Alien, Tron ou Willow. Un pas outre-atlantique qui lui ouvre les portes de l’éditeur Marvel. Son travail sur Le Surfeur d’Argent en particulier marque toute une génération d’auteurs américains qui revendiquent cette influence, comme Mike Mignola ou Jim Lee. Triste hasard, cette semaine, dans son interview, Joe Eisma nous rappelait avoir été lui aussi marqué par son travail. Des mangakas comme Jirô Taniguchi ou Go Nagai reconnaissent eux aussi son apport.

En 1996, sa femme Isabelle et lui avaient créé Moebius Productions. Mais Jean Giraud a surtout eu une influence majeure pour la BD en la faisant sortir du cercle assez fermé des amateurs. Preuve en est sa décoration de l’Ordre des Arts et Lettres reçue en 1986.

A sa famille et ses amis, nous présentons nos sincères condoléances.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*