Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Paul Gulacy – Dessinateur de Time Bomb

Rencontre avec Paul Gulacy – Dessinateur de Time Bomb

« C’est quoi, Time Bomb?
– J’ai entendu des rumeurs. Je pensais que c’était une connerie. Plein de gros pontes disaient que ça n’existait pas.
– Les gars… Je déteste vous mettre la pression mais on est les couilles au mur sur ce coup-là et le destin de l’humanité est entre vos mains.
– Oh, c’est tout? Merde, et moi qui m’inquiétait. »

Cette semaine, nous vous présentons un dessinateur au parcours éclectique et riche, puisqu’il fêtera bientôt ses 40 ans de carrière ! Paul Gulacy, qui a débuté très jeune aux côtés du scénariste Doug Moench pour former un duo régulier et presque fraternel, est revenu avec nous sur sa carrière, sa participation à des franchises de référence et surtout sur l’un de ses plus récents travaux, Time Bomb, une mini-série jubilatoire publiée chez Atlantic BD et dont le deuxième tome est paru il y a peu.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 2 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Time Bomb a fait partie des premiers titres choisis par l’éditeur Atlantic BD. Est-ce important pour vous de voir votre travail toucher un nouveau public ?
Paul Gulacy : Absolument. Qui ne voudrait pas voir son travail toucher d’autres marchés ? Jusqu’ici, mon travail a semblé être populaire en Allemagne et en Espagne, où j’ai été invité quatre fois. Mais pas tant que ça en France, même si mon site internet est dirigé par un ami qui habite près de Paris. Aussi c’est agréable d’entendre que Time Bomb a pu faire son chemin jusque-là. Peut-être est-ce le début d’une formidable amitié avec la France.

BDE : Vous avez travaillé pour de nombreux éditeurs, mais vous êtes surtout connu en Europe pour vos travaux chez Marvel, DC ou Dark Horse. Est-ce que ça peut être suffisant pour bien vous connaitre ?
PG : Il faut reconnaître que cela représente la majorité de mon travail depuis des années, avec des personnages charismatiques, mais c’est vrai que certaines de mes meilleurs œuvres ont été publiées par des éditeurs moins connus, comme Eclipse Comics et Valiant Comics (NDR : notamment Sabre, un des premiers romans graphiques, paru en 1978).

BDE : Vos premières publications remontent justement aux années 70. Comment jugez-vous votre évolution ?
PG : Il y a eu des hauts et des bas, différents styles. Tout dépendait de l’esprit qui m’habitait au moment où je travaillais : ce qui m’influençait à l’époque, ce qui me passait par la tête, ou par le cœur, les défis que je me lançais… Je pense que tous les artistes ressentent ça, que ce soit dans la musique, l’art, le cinéma, la danse, la littérature.

BDE : Vous avez aussi travaillé sur des adaptations assez excitantes, que ce soit Star Wars, Terminator, James Bond… Était-ce le même plaisir que sur vos œuvres plus personnelles ?
PG : Je pense que c’est surtout parce que j’étais disponible à l’époque que j’ai pu les réaliser. Beaucoup de ces travaux sont tombés du ciel, pour ainsi dire. Il se trouve que j’étais là quand on avait besoin d’un dessinateur et on faisait appel à moi. Je n’avais jamais vraiment prévu de travailler sur ces personnages de cinéma. Tout ceci est arrivé de façon impromptue. Sauf pour James Bond, qui aurait été sur ma liste des choses à faire absolument.

BDE : Vos collaborations avec Doug Moench ont été nombreuses. Qu’appréciez-vous chez lui ?
PG : Quand Doug et moi avons été réunis par Marvel pour travailler sur Master of Kung Fu, une grande amitié est née, qui tient jusqu’à aujourd’hui. C’est un sacré scénariste ! Peut-être un des meilleurs qui ait jamais travaillé dans le monde des comics, selon moi. Beaucoup d’auteurs très populaires aujourd’hui pourraient même dire quelle influence il a eu sur eux. Il est brillant. Et unique.

BDE : Y a-t-il un personnage qui vous a marqué plus qu’un autre ?
PG : Sans aucun doute Batman. Je ressens avec ce personnage une relation aussi forte qu’avec Shang Chi (NDR : le héros de Master of Kung Fu).

BDE : N’avez-vous jamais eu envie d’écrire vos propres histoires ?
PG : Non. Je ne suis pas scénariste, mais je participe souvent aux grandes lignes de l’histoire. Quand nous avons travaillé sur Master of Kung Fu, Doug et moi avons toujours partagé nos idées sur l’histoire avant qu’il ne l’envoie aux éditeurs. Je lui ai ainsi suggéré plusieurs idées par téléphone avant de commencer. Je suis plus un « homme d’idées » qu’un scénariste. Dans Time Bomb, je partais souvent du scénario pour dessiner des choses un peu différentes. A la fin, Jimmy Palmiotti et l’éditeur ne voyaient rien à redire à mes changements.

BDE : Qu’avez-vous apprécié dans le projet Time Bomb ?
PG : Absolument tout ! C’était une très bonne histoire. J’ai toujours voulu dessiner une histoire sur la seconde guerre mondiale et, avec mon amour pour la science fiction, c’était le mélange parfait. Les personnages aussi étaient parfaits. Pour moi, le plus important dans un comics, c’est d’avoir du plaisir. Et Time Bomb est très sympa à lire, avec le même plaisir qu’on a quand on regarde un grand film d’aventure.

BDE : Généralement, les dessinateurs américains privilégient les personnages aux décors. On sent pourtant chez vous qu’ils ont la même importante, chaque page regorgeant de détails. Comment concevez-vous vos planches ?
PG : Je ne sais pas. Il y a toujours une date limite, avec le tic-tac de l’horloge. La rapidité est un talent indispensable pour tout dessinateur. Pour moi, quand je lis le scénario, c’est ce que j’appelle le « premier flash ». Ça veut dire que c’est ce que je vois immédiatement dans ma tête et je commence en général avec ça. J’y vais à l’intuition, c’est très instinctif. En fait, je le ressens autant que je le vois dans ma tête. Je finis une page, je passe à la suivante, mais souvent des idées viennent quand je me promène ou que je conduis. La musique aussi m’amène de nombreuses idées. Les bandes originales de films en particulier.

BDE : Votre style est très proche de celui des auteurs européens. En avez-vous conscience ou est-ce un hasard ?
PG : Je crois que c’est le hasard. Ou peut-être que mon sang de bohémien hongrois a à voir avec tout ça ! En tout cas, je suis honoré que tu me dises ça. C’est important pour moi.

BDE : Avez-vous déjà eu l’occasion de rencontrer un auteur européen ?
PG : Le seul auteur européen avec qui j’essaie régulièrement d’obtenir quelque chose est Alan Grant (NDR : le scénariste écossais de Batman : The Last Arkham), mais actuellement il n’est pas en bonne santé. Alors nous devons attendre et nous verrons. Mais je suis ouvert à toute proposition de scénariste de l’étranger.

BDE : Quels sont vos projets actuels ?
PG : Actuellement, je soumets de nouvelles idées à Dark Horse et j’attends leurs retours. Dès que je les aurai, je vous en ferai part. Ma carrière entière semble plus ou moins basée sur des projets semblant tombés du ciel. Réellement !

BDE : Merci de nous avoir fait l’honneur de prendre le temps de répondre à ces questions !
PG : Merci beaucoup, c’était un plaisir.

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 14 mars 2012.

Suivez toute l’actualité de Paul Gulacy sur son site.

Premières pages du Tome 2

© Radical Publishing, Inc/Palmiotti/Gray/Gulacy
© Atlantic BD
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*