Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Niko Henrichon – Dessinateur de Noé

Rencontre avec Niko Henrichon – Dessinateur de Noé

« La grande sécheresse durait depuis de longues années… L’homme avait presque oublié que l’eau, jadis, tombait du ciel. Il semblait que, désormais, seul le chagrin pouvait naître de la terre. C’est alors qu’il eut ses premières visions. Des visions qu’il n’avait pas souhaitées… »

Invité pour la première fois au Festival d’Angoulême, Niko Henrichon présentait Noé, le super projet initié par le cinéaste Darren Aronofsky – réalisateur de Black Swan, Requiem for a dream, The Wrestler entre autres, sur lequel il est revenu avec nous. Appréciant l’effervescence qui accompagne l’événement et la BD elle-même en France, où il s’est installé depuis peu, le dessinateur canadien nous a aussi parlé de sa première expérience compliquée avec le marché européen.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Noé est sorti comme une BD événement. Était-ce une source d’angoisse ou au contraire de motivation ?
Niko Henrichon : C’était très motivant dès le début, car j’étais convaincu par le script. Je l’ai reçu comme une nouvelle, comme un roman, j’ai été surpris et j’ai adoré ! Je trouvais ça très audacieux de reprendre le personnage de cette façon. On ne voit pas encore bien dans le premier tome de quelle façon il va évoluer avec l’histoire, mais moi ça m’a beaucoup plu. J’ai donc cherché à faire marcher ce projet au mieux.

BDE : Est-ce que c’est différent de travailler avec un cinéaste qui doit avoir une idée très précise visuellement de son projet ?
NH : Oui, c’est même un défi, car ce n’est pas comme travailler avec un scénariste professionnel de bande dessinée. Darren Aronofsky n’en est pas un, j’ai reçu un scénario complet dans lequel il y avait toutes les informations. C’était un script solide mais pas mis en page page par page, case par case. C’était donc mon travail de faire ce découpage, de mettre le rythme. Mais comme c’est un travail de concertation, je fais tout approuver par mes scénaristes, puisqu’il ne faut pas oublier Ari Handel, son collaborateur. Beaucoup de découpages et de croquis ont ainsi fait des aller-retours ! Il a fallu changer des scènes, en inverser, en rajouter… C’est tout un travail de bricolage ! (rires)

BDE : Y avait-il plus de matière que nécessaire ?
NH : On a plutôt tout utilisé, on en a même rajouté. On a changé en cours de route, car faire un film n’est pas comme faire une bande dessinée. Au cinéma, les scénaristes pensent au budget, en n’osant par exemple pas faire une scène à grand déploiement car ils savent qu’il n’y aura peut-être pas les moyens. Alors qu’en BD, on a tout le budget qu’on veut, on peut mettre 100 000 figurants sans aucun problème ! (rires) Enfin… il faut avoir le temps, mais ça se fait plus facilement et ça coute moins cher.

BDE : La retranscription du scénario en BD a été votre contribution ?
NH : Oui, c’est ça. J’ai eu une base de scénario à interpréter. Ça m’a montré ce que ça donnerait si j’écrivais ma propre histoire car c’est un peu à mi-chemin entre le travail pur de dessinateur et tout faire soi-même.

BDE : Pride of Baghdad avait impressionné Darren Aronofsky alors que c’est loin du registre de Noé.
NH : Il y a des animaux, ça compte ! (rires) Darren connaissait Brian K. Vaughan car Brian a passé quelques années à Hollywood pour travailler sur des séries télévisées (NDR : Lost notamment). Quand il a cherché quelqu’un pour dessiner Noé, Brian m’a recommandé. C’est grâce à lui que j’ai eu la chance de faire des essais. J’ai mis en scène des extraits du scénario selon l’idée que je m’en étais fait, et mon intuition a bien fonctionné car on s’est vite trouvé une idée commune.

BDE : Comment fonctionne le travail à trois ?
NH : Ari Handel travaille toujours avec Darren, en binôme. Il reste souvent en coulisses mais il l’aide dans tous ses films. C’est quelqu’un qui est donc sur le projet depuis le début et c’est un scénariste de talent. Il comprend bien le processus, même celui de la bande dessinée.

BDE : C’est une surprise de voir un cinéaste de cette valeur s’intéresser à la BD et y contribuer, alors qu’en général on les voit plutôt venir simplement y chercher des idées pour s’en nourrir.
NH : Dans sa vie privée, Darren Arofonosky en est fan. Il aime bien tous ces univers. D’ailleurs, quand on voit ses films, on peut y trouver des correspondances, des références. Pour lui, ce n’est pas un sous-média, ou de la sous-culture, il admire ce genre.

BDE : Ce qui est forcément enrichissant pour la BD.
NH : Oui, car l’échange n’est plus dans le même sens.

BDE : On voit tellement le cinéma s’approprier ce qui se fait mieux en bande dessinée…
NH : Et aussi ce qu’il y a de moins bien ! (rires)

BDE : Dès la couverture de Noé, ainsi que le rythme, la narration et le design des personnages et des lieux, on est tenté de penser à l’âge d’or de la science fiction, Métal Hurlant en tête. C’est une référence voulue ou naturelle ?
NH : C’est peut-être automatique, dans un sens. Je n’ai pas vécu cette époque, mais ce sont ces auteurs mythiques qui m’ont amené à la bande dessinée pour adultes. Je pense évidemment à Moebius, Philippe Druillet, Enki Bilal, etc. Ils m’ont toujours marqué, dans le fond j’ai appris à dessiner en regardant leurs œuvres. Ce n’est pas une influence directe, mais ça doit rester gravé inconsciemment.

BDE : Maintenant que vous vivez en France tout en restant entre deux cultures – BD et comics, est-ce que cela va changer votre méthode de travail ?
NH : Non, car je travaille toujours avec les Américains. Je reste en relation avec ce milieu-là. Le fait de vivre en France va surtout me permettre d’avoir un peu moins froid l’hiver ! (rires) Pour moi, ça ne change pas trop, je pourrais vivre dans n’importe quel pays pourvu qu’il y ait une poste et internet…

BDE : Est-ce que cela pourrait quand même vous inciter à travailler davantage avec des auteurs ou des éditeurs français ?
NH : Peut-être. J’aurai peut-être davantage l’occasion d’être invité sur des festivals puisque je n’habiterai plus trop loin, ce sera plus pratique et moins compliqué à gérer. Je trouvais que cet échange manquait au Québec. Il y a peu d’enthousiasme autour de la BD, avec un seul festival francophone. Tandis qu’en France, c’est culturel. Même avec des stéréotypes et des a priori, la BD est considérée comme quelque chose de sérieux. Ici, le festival d’Angoulême est gigantesque, on en parle dans tous les médias, ce n’est pas occulté. C’est une des raisons qui m’a conduit à vivre ici.

BDE : Tout en continuant à travailler pour le marché américain.
NH : Je ne peux pas faire autrement, ce sont mes racines. Au Québec, on n’a pas tellement de tradition de bande dessinée, malgré quelques dessinateurs, mais pratiquement pas de scénaristes. Il n’y a jamais eu d’âge d’or, comme en France ou en Belgique, avec une génération d’artistes exceptionnels.

BDE : Il y a pourtant eu un essai avec Hostile, une série dérivée d’Orbital qui n’a pas pu fonctionner…
NH : Ah oui… « Pas pu fonctionner », c’est bien dit ! (rires) C’est un regret mais c’est ma faute. J’ai découvert au milieu de ce premier tome que je n’étais pas enthousiaste sur ce projet et que ça me faisait souffrir de le faire. J’ai eu beaucoup de mal à le conclure et j’ai préféré abandonner, quitte à ce qu’il n’y ait pas de repreneur.

BDE : C’est un échec intéressant, dans le sens où il démontre que le travail pour le marché européen possède un autre fonctionnement et qu’il n’est pas si facile de s’adapter.
NH : Oui, mais ce n’est pas très professionnel. On devrait souffrir et endurer…

BDE : Un mauvais professionnel aurait aussi pu aller au bout en faisant du mauvais travail.
NH : Il aurait fait quand même… Mais l’éditeur a bien compris mon point de vue. C’est quand même dommage car je ne trouve pas que l’histoire soit spécialement mauvaise, c’est juste que ce n’était pas pour moi. Je n’y ai pris aucun plaisir, je ne faisais donc pas mon meilleur travail.

BDE : Si cela avait marché sur Hostile, il n’y aurait peut-être pas eu Noé ?
NH : Oui, d’autant que j’étais donc parti sur complètement autre chose. Je voulais faire ma propre BD, qui aurait à 100% la mienne. Et puis c’est arrivé comme ça, comme un cheveu sur la soupe ! (rires) Noé était une occasion unique, qui ne m’empêchera pas de reprendre ce que je voulais faire de mon côté. Alors j’ai sauté dessus !

BDE : Merci beaucoup et bonne continuation !
NH : Merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 janvier 2012.

© Aronofsky/Handel/Henrichon/Éditions du Lombard 2011
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*