Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Edmond Baudoin – Auteur de Piero

Rencontre avec Edmond Baudoin – Auteur de Piero

Dernier jour du festival, les traits sont tirés. Les festivaliers courent à l’assaut de leurs auteurs préférés. Eux auraient peut être préférés faire la grasse matinée, il n’en sera rien. Arrivé avec beaucoup de chance et un peu d’avance sur le stand Gallimard, l’envoyé « pas très spécial » assiste au ballet des derniers préparatifs avant l’assaut. Notre émissaire se glisse jusqu’à la table qui lui est allouée, camouflant son manque de sommeil derrière un voile de timidité trop peu illusoire. Il voit s’installer en face de lui un homme jovial et simple au regard vif, aiguisé par 30 années de bande dessinées et pétillant d’avoir été un chantre de la bande dessiné alternative, entre autre. Une fois les présentations faites, l’interview peut commencer et Edmond Baudoin l’emmène loin de l’agitation ambiante.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Pour votre frère et vous, le dessin est un support au rêve. Il est le ciment de votre relation. Pourquoi avoir décidé d’en faire un album ?
Edmond Baudoin: Je n’ai pas tout de suite gagné de l’argent avec la bande dessinée, comme beaucoup d’auteurs d’ailleurs. J’allais beaucoup dans les écoles pour parler aux enfants. Ça n’était pas beaucoup payé mais j’ai pu arriver à boucler les fins de mois comme ça. Je voyais beaucoup d’enfants à l’époque. A chaque fois, ils me demandaient : « Mais monsieur, pourquoi vous dessinez ? » ou « Pourquoi vous avez dessiné ? ». C’est souvent ce genre de questions qu’ils se posent : « Pourquoi moi j’arrête de dessiner ? ». Tous les enfants dessinent et puis, un jour, un grand nombre d’entre eux s’arrête. Donc ils sont impressionnés qu’il y en ait qui continuent. Alors je racontais l’histoire de Piero. Elle n’était pas écrite. Mais je disais mon frère malade. Je racontais notre vie à tous les deux. Ça les étonnait qu’à l’époque il n’y ait pas de télévision, pas d’ordinateur, pas de jeux vidéo. Il n’y avait que du papier et des crayons. On passait nos jours à dessiner. Et je voyais leurs yeux briller de bonheur, d’un rêve, avec un frère de pouvoir s’asseoir et de dessiner ensemble. A force de voir leur rêve comme ça et leurs yeux briller, je me suis dit : « Si j’en fais un livre, je vais faire briller les yeux de beaucoup de personnes. » Ce sont les enfants qui m’ont amenés à me dire : « Ça va leur plaire ».

BDE : Ce sont les enfants qui vous ont ramené à votre propre enfance…
EB : Voilà, c’est un retour de l’enfantin. Je voyais vraiment leurs yeux et je me suis dit : « J’en fait un livre ».

BDE : Par rapport à votre pratique du dessin, il y a beaucoup de choses dans le livre. On voit vos évolutions communes avec votre frère. Jusqu’à une petite rupture…
EB : … lui qui aborde la technique, moi qui suis plutôt à la recherche de taches, de musique, de quelque chose comme ça.

BDE : Cette distinction est marquée par une phrase très pertinente : « Pourquoi quand on cherche a être précis et appliqué, on perd le coté vivant. » Vous faites référence à Giacometti, en une case et très peu de mots, vous exprimez que c’est un artiste majeur pour vous. Et la critique qui arrive…
EB : … Mon frère Piero laisse tomber les Beaux-Arts…

BDE : Quel est le parti-pris par rapport au dessin et à l’art ?
EB : Et bien ce n’est pas vraiment un désaccord avec mon frère. Je n’ai fait ni les Beaux-Arts, ni aucune école d’art. Donc je n’ai pas été écœuré comme lui du dogmatisme des grandes écoles d’art. Je n’ai pas eu à être en opposition avec ça. Je ne nourris pas d’opposition avec l’art abstrait, ni avec les installations et tout ça. Je n’ai jamais eu de problème avec ça, même à l’époque des Picasso. D’ailleurs, je me posais la question : « Pourquoi l’art ? » J’étais complètement inculte à l’époque. Moi c’est l’être humain qui m’a toujours intéressé. Je ne comprenais pas Picasso. Il était encore vivant quand j’étais petit et adolescent. Je me disais : « Il y a un truc qui ne va pas. Il fait des trucs à mes yeux imbéciles et stupides. Il a 80 ans. Il est riche qu’il n’en peut plus. Mais tous les jours, il se lève et il peint. Qu’est qu’il y a ? Ça» doit être autre chose. » Il fait des choses que je ne comprends pas à l’époque. Mais il n’est pas imbécile ce type-là. Il peut aller à la plage regarder les filles ! Tu sais les préoccupations quand tu as 16 ans… Et non, il se lève et il se met devant des toiles et il peint. Ça c’est dingo. Il est fou ! Ou s’il n’est pas fou, c’est qu’il fait quelque chose d’important. Il cherche quelque chose. Mais alors qu’est ce qu’il cherche ? »
Mon approche de l’art, elle a été plutôt comme ça. J’ai cherché à approcher l’être humain. Pourquoi un être humain fait des choses que je trouve incompréhensibles ? Il met des cubes les uns à coté des autres comme un gamin. Pourquoi il fait ça ? Il y avait ce questionnement sur l’être humain. J’étais mauvais à l’école. Je n’ai que mon certificat d’étude mais ça me posait des questions. A partir de là, me sont venues toutes les questions sur l’art et tous les peintres. Pourquoi Mondrian qui peignait si bien. Et puis un jour il se met à faire des traits et puis remplir des carrés. Pourquoi, merde ? Il est con ou quoi ?! Et donc j’ai étudié ça, mais à ma manière. Ça ne m’intéressait pas de lire des livres. Je m’interrogeais : « Pourquoi Mondrian fait ça ? ». Je regardais et je me disais « Qu’est ce qu’il fait ? », « Pourquoi ce type fait ça et comme ça? », pour que le gamin que j’étais comprenne, à travers ça, l’humain. Tous les gamins ne jouent pas à ça. Ça m’échappe. Je ne peux pas dire pourquoi. Le lecteur de ton interview remplira les blancs car je ne sais pas comment l’expliquer. Je ne sais pas pourquoi ce gamin que j’étais faisait ça. Par contre la technique du livre peut être intéressante pour le lecteur. Ce livre a été fait entièrement au Rotring, avec un Rapido, une pointe sèche. Alors que mes autres livres sont faits aux pinceaux. Pourquoi ça ? La forme et le fond sont très importants dans tous mes livres. Cette histoire est tellement personnelle, tellement sensible et tellement proche de mes sentiments, de mon amour pour mon frère. Si je le faisais à la maison, chez moi à l’atelier, il y aurait eu trop d’affectif. Je ne voulais pas autant d’affectif. Alors comment faire ? La manière de faire était d’aller dans les cafés, de le faire à l’extérieur de la maison. Pour éviter que je ne vois des gens tout le temps, que je sois empêché de dessiner. Il fallait que je sois dans la ville. Mais si je vais dans un café avec un pinceau et un encrier, tout le monde va venir regarder ce que je fais. Alors que si je vais dans un café avec un Rapido, avec un stylo, je me mets dans un coin et je dessine. Et personne ne voit si je dessine ou si j’écris. Personne ne vient rien me demander. C’est pour ça que Piero a été réalisé au Rotring.

BDE : Une espèce de confidentialité dans la façon de faire pour que ça reste…
EB : … un peu extérieur. Pour que je ne rentre pas trop dans le sensible.

BDE : …dans l’épanchement.
EB : … dans l’épanchement. Voilà.

BDE : On ne peut qu’être touché des choses que vous avez vécues avec votre frère. On ne tombe ni dans la sensiblerie, ni dans l’épanchement. On sent la douleur que vous avez ressentie de le voir malade petit. C’est une bonne transition pour la troisième question qui est celle de l’opposition entre la vie et le rêve. On passe finalement du rêve à la vie d’adulte par les filles et les copains, un accident tragique, les études, le choix de profession qui en découle, d’un coté la désillusion de votre frère et vous qui avez été autorisé quelque part.
EB : Comme s’il m’avait passé le relais. Allez, à toi frangin de continuer la chose ! Ouais.

BDE : Comme si vous étiez autorisé à continuer de rêver. Quel message vous souhaitiez transmettre à travers ça ?
EB : Hum… J’aime beaucoup ce qu’a dit… Et pourtant je n’adore pas particulièrement les installations… Mais lui ce qu’il fait est vraiment bien… Preuve qu’il y a quand même des installations que j’aime. C’est un type qui s’appelle Filliou. C’est un artiste très intéressant mais pas immensément connu qui a dit une chose magnifique sur l’art : « L’art c’est ce qui rend la vie plus importante que l’art ! » Et ça n’est pas rien. Il n’y a pas longtemps que je connais cette maxime. Mais pour moi, c’est vraiment ça. Faire des livres, faire de la peinture, faire du cinéma, faire de la musique, c’est en vérité donner envie de vivre au gens. Si l’art n’est pas donner envie de vivre, et bien pour moi ça n’est pas de l’art. Si tu ne sors pas d’un film en te disant : « Ouah, je vais courir dans la forêt » ou « Je vais militer » ou « Ah je vais faire l’amour à ma copine » … un truc de vie quoi… « Je vais promener mes gamins au jardin », ça n’est pas de l’art. Quand je dessine, ou que je fais un livre, je ne me pose pas cette question, je ne me dis pas : « Il faut que tu… ». C’est tellement autrement présent dans ce que je suis avec la vie. Même si je me casse la jambe, même si mes parents sont morts tous les deux, ça n’est jamais triste pour moi. Tu vas !

BDE : C’est une énergie…
EB : C’est de l’énergie. C’est de la vie…

BDE : Donc le message est simplement de l’énergie transmise. Pas de message précis mais de l’énergie.
EB : Voilà. D’ailleurs, dans mes livres, quand j’arrive à la fin, je mets le mot fin. Mais il n’y a jamais de fin. Ça embêtait beaucoup de monde. Quand les Japonais m’ont fait travailler, c’était sur Le Premier Voyage. J’avais fait un type qui dans la même journée quittait son boulot, sa femme, son enfant. Il prend un train le soir et il s’en va. Les Japonais disent : « Il faut que vous nous fassiez un remake de ça pour le Japon. On aimerait mais seulement les Japonais ne peuvent pas comprendre qu’un type prenne un train comme ça. Ça ne peut pas s’arrêter là, il faut la suite. » Je dis : « Mais la suite je n’en sais rien, moi ! Chacun prend un train et va ou il veut. » Ils me disent : « Non, non c’est pas possible, il faut qu’on sache. » Alors pour les Japonais et les Américains, j’ai mis une fin. Il revient à la maison. Quand je l’ai retraduit pour les Français, il revient mais il s’en va peut-être. Pour moi, la fin « Il se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » c’est se flinguer, quoi ! La vrai fin, il n’y en a qu’une : c’est la mort. Et ce n’est pas triste. Tu meurs… Voilà et alors qu’est ce que ça peut foutre ! On meurt tous ! J’ai 70 berges bientôt. Je vais mourir. Ce n’est pas dans très longtemps. Et qu’est ce que ça peut faire ? Tu meurs ! C’est juste la vie quoi !

BDE : Pour rebondir sur cette idée de puissance de vie, tout au long du récit, on voit des moteurs. On voit des gens qui entretiennent l’énergie. Malgré les choses qui ont pu casser le rêve et couper l’énergie, il y a des gens qui l’ont passée comme des instituteurs, des filles qui s’intéressaient à ce que vous faisiez…
EB : Mais là, quand tu signes et que tu vois quelqu’un dans un salon qui te dit : « Oh lala, ça m’a fait faire ça et ça ! », c’est le seul intérêt de faire des livres. Ca on en a rien à faire mais « Je vais dans le rêve que vous m’avez éveillé. » Le rêve : Rien à foutre ! Voici, rien à foutre ! Rêver sur Brad Pitt ça n’amène rien. Mais si tu lis la vie de Brad Pitt et tu te dis : « Je ne vais pas devenir Brad Pitt mais je vais partir en bateau », là ça vaut le coup… Ou « je vais planter des oliviers », ça vaut le coup. Ou « je quitte ma femme parce qu’elle me fait trop chier ! » (rires), là ça vaut le coup ! Ou « je vais l’aimer au contraire ! J’ai été trop con avec ma femme mais de lire la vie de Brad Pitt, ça me donne envie de l’aimer », et bien voilà, là c’est bon. C’est de la vie ! Quelle qu’elle soit…

BDE : C’est une invitation au rêve. « Allez-y, rêvez ».
EB : Dans vos rêves. Pas dans le mien, le mien ça va…

BDE : Finalement, on ne sait pas vraiment à quoi vous rêviez. Vous balisez le terrain mais vous laissez chacun…
EB : Ah oui ! Mais je n’en avais même pas idée quand j’ai quitté ma comptabilité. Quand il m’a passé le relais. Je ne lisais pas de bande dessinée. Je n’avais pas idée qu’un jour je ferai des bandes dessinées. Mon rêve était de dessiner. Pas de faire des bandes dessinées. Je trouvais ça con les bande dessinées. Des bulles… des trucs… toujours les mêmes personnages. Ça m’embêtait. C’est Numa Sadoul qui un jour passait devant une exposition de trucs que je faisais à l’époque – je ne le connaissais pas, il était jeune comme moi – et m’a dit : « Mais ce que tu fais ça pourrait faire des bandes dessinées ! » « Ah bon ? Si c’est la possibilité de gagner un peu de fric. Je veux bien. ». Il me dit « Oui, oui peut-être » Je n’ai pas gagné d’argent mais j’ai découvert que j’aimais écrire. Le dessin m’a amené à découvrir que j’aimais écrire. Un truc tire l’autre. Va savoir, toi ! Ce que tu fais actuellement, où ça t’emmène ? Comment savoir ? L’important c’est de faire, de se mettre en situation, de se mouiller quoi ! Elle est froide l’eau ou chaude, mais j’ai envie d’y aller quoi !

BDE : C’est une belle leçon d’optimisme et d’énergie. De vous lire déjà et de vous rencontrer ! Ce message d’avancer et de ne pas se résigner est très positif.

Propos recueillis par Alain Lamourette.

Extraits de l’album

© Gallimard/Baudoin
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*