Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Serge Lehman et Stéphane Créty – Auteurs de Masqué

Rencontre avec Serge Lehman et Stéphane Créty – Auteurs de Masqué

« A quelques jours du renouvellement de son mandat, Beauregard devrait revenir sur la vague d’anomalies qui secoue la capitale… Il devrait aussi reparler de l’hologramme géant désormais projeté 24 heures sur 24 au-dessus de Montmartre…Cet hommage au Fantôme, l’un des tueurs en série français les plus féroces du XXème siècle, a suscité la colère du conseil municipal… »

Et si on tenait enfin un grand récit de super-héros à la française ? C’est en tout cas ce que Serge Lehman, brillant scénariste multimédia, a tenté de faire avec sa nouvelle série. En collaborant avec Stéphane Créty, qui vient de réaliser son rêve américain en travaillant pour Dark Horse sur le comics Star Wars, il vient de poser les bases d’un univers unique et original qui dévoile pas par pas la naissance d’un personnage hors du commun, basé sur la tradition des feuilletons à l’ancienne qui ont fait notre culture moderne. Nous avons rencontrés ces deux passionnés pour vous au cœur du festival d’Angoulême.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 1 et la couverture du Tome 2 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Masqué présente dès son lancement un potentiel énorme que les premiers avis confirment. Le concept semble-t-il déjà bien compris ?
Stéphane Créty : On l’espère ! J’espère surtout que les retours sont positifs parce que les lecteurs ont bien compris ce qu’on a fait ! (rires) On en parlait encore récemment avec Serge. Ce n’est absolument pas dans ma nature mais j’ai eu tendance à aller sur internet pour trouver le moindre retour, même sur les sites marchands ! Et globalement c’est très positif. C’est assez sympathique mais maintenant on sait tous que ça ne garantit strictement rien. Moi, personnellement, je ne suis jamais sûr de mon travail, alors ces échos extérieurs font plaisir.

BDE : Le scénario est-il le fruit d’un long travail, d’une réflexion qui a eu besoin de murir ?
Serge Lehman : L’impulsion de départ est née lorsque j’ai écrit La Brigade Chimérique, dans lequel j’étais heureux d’avoir pu répondre à une question qui me hantait depuis l’enfance : pourquoi n’y a-t-il pas de super-héros européens, et spécialement français ? Tout en remerciant le sort de m’avoir permis de raconter cette histoire qui, elle, vient de très loin, et en étant conscient que la vraie gratification symbolique serait de profiter de ce terrain-là pour raconter le retour, une renaissance. C’était vraiment le but, de montrer que c’est vivant même si ça dort et que ça peut se réveiller à la moindre occasion. J’avais donc cette envie, sans projet concret, et puis David Chauvel est venu me proposer d’écrire quelque chose de tout à fait différent chez Delcourt. Au fil des discussions, on est devenu proche et la conversation a roulé vers ce truc-là, le super-héros français, celui qui arrivera à en faire un, etc. On sent bien que ça bouge, il y a des tentatives un peu partout, mais rien ne s’est vraiment encore passé. Il n’y a pas de principe organisateur comme Superman a pu l’être. Et puis, à peu près au même moment, il y a eu le résultat du concours d’architecture et d’urbanisme sur le Grand-Paris, et d’un seul coup j’ai été complètement fasciné. Je suis Parisien, j’adore cette ville, mais je suis aussi conscient de ses limites : elle est petite, entièrement bâtie, sans mystères d’une certaine manière… Voir d’un seul coup cette espère de méga-ville que les urbanistes proposaient, dans des projets grandioses et d’autres à la fois très malins et très marrants, avec des collines, des forêts, trois fleuves, un quartier d’affaires, la Défense étendue, des gratte-ciels de 400 mètres de haut, un port de plaisance à Gennevilliers – une idée formidable, on se dit que si quelqu’un prend ça en main, il y a quelque chose à faire – tout ça a créé un déclic imaginaire et je me suis dit que cette ville-là pouvait accueillir un tel personnage. Mais je crois aussi que le public français ne l’acceptera que s’il se relie au patrimoine passé. On est un peuple trop fier culturellement pour simplement importer un modèle. C’est pour ça que j’ai renoncé d’emblée à un accident nucléaire ou un truc pseudo-scientifique. C’est une convention mais ça ne servirait à rien parce que tout le monde dirait qu’on veut faire comme les Américains. Je préfère faire un pari plus risqué, plus poétique, et partir du patrimoine. Idéalement, quand on aura fini l’histoire en quatre tomes, les lecteurs devront ce dire : « ce personnage en costume revient de l’avant-guerre ». Là, on l’aura accepté car il est à nous.
SC : C’est une sorte de maillon d’une chaine qui est déjà existante et qui, à la limite, existera après lui. Il sera le relais d’une histoire passée…
SL : Et il réouvre le futur. C’est vraiment le chainon manquant, voilà.

BDE : Il paraît osé de lier un univers rétro-futuriste avec les feuilletons français à la Fantômas. Est-ce venu naturellement ?
SC : Moi, j’aime bien faire le rapprochement avec du Gaston Leroux. C’est très parisien en même temps. Pour moi qui suis un provincial, Paris est une caricature d’elle-même et je m’en suis servi pour aborder la série à ma manière. J’ai des images de la ville qui se résume à quelques traits, je la vois comme une sorte de Sodome et Gomorrhe infâme, peuplée de gens pas comme nous ! (rires)
SL : Et c’est très bien, car ça contribue à l’ambiance…
SC : Le super-héros est une sorte d’accélérateur de l’histoire, il participe d’un imaginaire qui n’est pas exclusivement américain, bien au contraire. Les Américains l’ont attiré vers eux d’une certaine manière, avec le spandex et tout ce qu’on peut caricaturer, mais la notion de héros – même sans super-pouvoirs – qui est supra-humain, qui dépasse l’ordinaire, date d’avant eux.
SL : On peut par exemple considérer le Capitaine Nemo comme un super-héros.
SC : Le super-héros ne se résume pas à ses pouvoirs. Le personnage central de V pour Vendetta peut être considéré comme un super-héros, mais il n’a pas tellement de super-pouvoirs, c’est un surhomme dans ses capacités athlétiques mais c’est tout.
SL : Une autre partie de la réponse à ta question se trouve précisément dans l’histoire de la bande dessinée adulte française. Il ne faut pas oublier que le lien entre la science fiction – rétro-futuriste ou non d’ailleurs – et les feuilletons existe chez Jacques Tardi, François Schuiten ou Moebius, à travers le personnage du Major Grubert qui est typiquement un aventurier des années 20/30 avec son casque colonial. On comprend très bien qu’il y a une espèce de chaine logique. Simplement, personne ne connait le maillon central. On a essayé de le rendre visible. Quand on essaie de le faire exister, la facilité – malgré le travail – avec laquelle Stéphane a fait exister l’album entre comics et BD franco-belge montre qu’il y a des énergies qui ne demandent qu’à jaillir.
SC : Effectivement, ça n’a pas été si compliqué que ça, car je n’ai pas le sentiment que le comics et la BD franco-belge soient aussi éloignés que ça. Il y a beaucoup d’éléments communs, les techniques de mise en scène sont les mêmes. C’est plus la forme que le fond qui varie, dans le sens où ils ont des bouquins plus petits et ça influe sur la mise en scène.
SL : Je me souviens avoir acheté un HellboyLe Troisième Souhait – en tirage limité en grand format noir et blanc. Sur certaines planches, c’est du Hugo Pratt ! C’est exactement pareil, avec les masses de noir et blanc, presque abstrait…
SC : Ce ne sont pas des choses aux antipodes l’une de l’autre. Consciemment ou non, j’utilise mes influences, même si je suis loin d’avoir obtenu ce que je voulais avoir. J’aime autant le comics que la BD franco-belge, mais je ne suis pas mis dans une posture où je devais faire un mélange. Ce n’était pas ma logique. J’ai par contre travaillé dans une logique « comics », avec le rythme de parution, qui impose un certain nombre de choses.

BDE : Tu ne t’es d’ailleurs pas éloigné du style que tu utilisais sur un titre comme Acriboréa.
SC : Non. Le problème, c’est que je n’ai qu’une technique et qu’il faut que je me la coltine jusqu’au bout ! (rires)

BDE : Par exemple, tu as conservé des décors très détaillés, quand les auteurs américains se consacrent aux personnages.
SC : C’est typiquement lié au format. Ils « extrémisent » énormément : soit ce sont des très gros plans, soit ce sont des plans très larges. C’est l’influence de la forme, même si il y a des variantes. Mais ils n’ont pas l’espace pour faire des plans américains.
SL : Alors que Stéphane est le roi du cadrage.
SC : Mais non, je ne suis pas le roi ! (rires) Pour moi, les décors sont essentiels. J’ai besoin de croire à l’histoire. Je veux qu’on puisse avoir la sensation de pouvoir aller derrière le décor que j’ai dessiné, que ce ne soit pas un truc hollywoodien avec des façades qui tiennent par des planches… Il faut qu’on ait le sentiment que ce soit réaliste. A tort ou à raison, les décors sont vraiment importants pour moi. Et ça m’amuse, en plus !
SL : Un autre élément est qu’un contenu implicite de Masqué est que cet univers de Paris-Métropole offre une hésitation sur l’époque pour que le lecteur reconnaisse des trucs mais pas d’autres. Une grande partie des informations qu’on envoie est liée aux costumes, aux décors, aux petits objets technologiques, ça impose un niveau de détail assez profond.
SC : En même temps, Paris n’est pas un fond, c’est un des personnages.

BDE : Ce mystère sur l’époque joue aussi un rôle important dans l’ambiance.
SL : Mais certaines personnes ne supportent pas cette ambiguïté.
SC : Ça peut être mon cas en tant que lecteur, je peux avoir ce genre de réaction. C’est vrai que certains aiment avoir un cadre imposé, pour avoir des repères et savoir où se situer. D’autres acceptent d’être emmenés dans un endroit qu’ils ne connaissent pas, quitte à être un peu désarçonnés. Mais c’est une question qu’on ne s’est pas posé.
SL : On voulait jouer la carte d’un Paris iconique, avec quelques repères d’affichage – la une de L’Express par exemple – pour garder une espèce de couche, de sous-bassement connus. En même temps, il y a de la technologie futuriste, des mecs habillés avec des fringues des années 30… L’idée était de créer un Paris éternel. Tout se passe plus dans l’idée de Paris que dans Paris même.
SC : Si on prend la référence américaine – en l’occurrence la ville où vivent la majorité des super-héros, c’est à dire New York – on croirait en lisant des comics qu’il n’y a que des gratte-ciels, ce qui n’est pas du tout le cas car ça se réduit à trois pâtés de maisons. C’est une vision iconique aussi. Toujours avec ma vision de provincial, j’ai essayé de représenter un Paris que tout le monde puisse reconnaître, pas seulement les Parisiens. A quoi ça servirait de dessiner fidèlement un coin de rue que seuls des Montmartrois pourraient reconnaître ? Euh… Les gens de Montmartre… On dit « Montmartrois » ?!
SL : Oui, oui, c’est ça.
SC : Génial ! Bref, c’est une manière de s’approprier la chose. Mais on est toujours dans le cheminement, je suis loin d’avoir abouti à ce que je voulais représenter. Le tome 2 est fini, c’est donc trop tard, mais ça avance.

BDE : En parlant du rythme de parution, tout va très vite.
SC : Je trépigne, je trépigne ! J’aimerais même aller plus vite pour qu’on ait toutes les couvertures pour la suite. Serge a ouvert des portes que je ne supporte pas de voir fermées ! (rires) Je suis monstrueusement frustré.
SL : J’ai d’ailleurs commencé à avoir quelques idées pour un second cycle qui ne sont pas mal du tout. Ce serait dommage de s’arrêter. On verra…

BDE : Quatre tomes pour créer tout un univers, n’est-ce pas trop peu ?
SL : Si, mais il n’y a pas le choix. On voulait raconter une histoire complète, pour que les lecteurs ne soient pas volés si ça devait s’arrêter là. Mais on voulait aussi jeter les bases d’un univers qui pourrait se développer pendant 20 ans si jamais on nous en donne l’occasion.
SC : Le « Lehmanverse » ! (rires)
SL : Oui ! (rires) Il fallait donc être profond dans l’univers mais être prêt à s’entendre dire « les gars, vous n’irez pas plus loin que ça ».
SC : C’est parti des réalités du marché, comme on dit. Les lecteurs ne seront pas frustrés par un cycle complet en quatre tomes, même si je me tape la tête contre les murs parce que je suis prêt à signer plus longtemps là-dessus. Serge a ouvert des choses tellement fascinantes, c’est un pied absolu.
SL : C’est marrant, c’est un rêve de gosse de faire du super-héros. On théorise beaucoup mais le truc de base, c’est de dire « put… je fais une BD avec des super-héros ! »

BDE : Est-ce qu’on peut dire que c’est le bon moment pour le genre ?
SL : Déjà quand on a fait La Brigade Chimérique chez L’Atalante, qui est une petite maison d’édition qui n’avait jamais fait de BD, on avait lancé les premiers albums sans que ça marche bien. Les représentants ne défendaient que la littérature, les trois albums de BD étaient au fin fond du catalogue, sans enthousiasme. Un jour, alors qu’on discutait de la collection, j’ai dit que mon fantasme était de faire une série de 12 comics. Tout le monde se marrait, c’était vraiment un fantasme. N’empêche qu’ils m’ont rappelé le lendemain en disant « on a réfléchi quand même ». J’ai écrit le projet de Masqué en une journée, David Chauvel m’a répondu dans l’heure qui a suivi, on a pris rendez-vous avec Guy Delcourt qui m’a dit oui tout de suite. Comme Stéphane quand il a reçu le projet. Je ne sais pas si ce sera nous ou un autre – j’espère que ce sera nous – mais le moment est venu pour la culture française de produire à nouveau ce genre d’histoire.
SC : C’est générationnel. Toute une génération de personnes qui ont lu Strange ou Nova arrive, soit en tant qu’auteurs, soit en tant qu’éditeurs. Cette notion de super-héros de comics fait partie de l’imaginaire d’un certain nombre de personnes qui ont envie de l’appliquer dans un format français. On sent qu’on fait partie d’une vague.
SL : C’est ça. Il y a des projets partout. J’ajouterais que le super-héros est un personnage à part, il libère une énergie fantastique. Les mômes ne se déguisent pas en Largo Winch. La culture est plus heureuse quand elle a des super-héros, même pour ceux qui n’en lisent pas. Je suis allé à New York, en face de mon hôtel il y avait un Spider-Man de trois mètres accroché à la façade d’un gratte-ciel, c’était d’enfer ! Les gens passaient, levaient la tête et souriaient. Ça ne règle rien aux problèmes mais ça donne une joie de vivre.
SC : C’est la part du merveilleux qui s’applique dans une ambiance contemporaine. C’est de la magie.
SL : Quand j’ai vu arriver les planches encrées du tome 2, quand le héros apparaît dans son costume pour la première fois, j’ai eu un coup au cœur ! C’est là qu’on sent que tout change, ce n’est plus pareil !

BDE : Vous avez joué avec la frustration sur le premier tome…
SL : C’est fait pour. On l’entrevoit, on aperçoit une cape. L’impact du costume est incroyable.
SC : En dessinant le héros en costume, c’est vrai qu’on se dit que c’est parti. On ne sait pas comment ça va évoluer, mais c’est fait. C’est un bonheur absolu, un rêve qui se réalise. « Mon Dieu, je fais voler un mec au-dessus de Paris ! » (rires)

BDE : En tant que vedette internationale, comment juges-tu ça face à ton travail sur Star Wars ?
SC : C’est comme quand on te refile des jouets de gamins et qu’on te dit « vas-y, amuse-toi ». C’est fascinant. D’autant plus que pour le comics autant que pour Star Wars, ça semblait inaccessible. Ce sont deux choses qui me faisaient triper étant môme mais qui ne m’ont même pas poussé à faire de la bande dessinée tellement ça me semblait inabordable. Là, je ne sais pas pourquoi, mais en 2011 tout m’a déboulé dans les pattes ! Qu’est-ce qui passe ?! Je vais devoir le payer en 2012 ?! (rires)

BDE : On souhaite bien que non… Merci beaucoup à tous les deux !
SL : Merci à toi !
SC : A la prochaine !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 26 janvier 2012.

Premières pages du Tome 1

© 2012 Guy Delcourt Productions/Lehman/Créty
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*