Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Fiona Staples – Dessinatrice de Mystery Society

Rencontre avec Fiona Staples – Dessinatrice de Mystery Society

« Les origines de la Mystery Society, c’est ennuyeux. Ce n’est pas comme si nous avions été exposés à des radiations… ou si nous venions d’une autre planète… Nous avons juste découvert des vérités cachées qui nous ont unis et donné un but. Pour Anastasia et moi, l’argent a tout changé. Nous sommes passés de jeune couple fou avec de folles idées et une librairie ésotérique en faillite… Je vais arrêter là et je vais commmencer au moment où les problèmes ont commencé… »

Parmi les parutions déjà marquantes du catalogue Atlantic BD, l’une d’elles s’est révélée être une bombe d’humour, de références et de trouvailles. Avec ses personnages déjantés, ses rebondissements incessants et ses blagues décalées, Mystery Society est une série à découvrir d’urgence. Juste avant la sortie du Tome 2 le 4 mai, nous en remettons une couche en vous présentant une interview de la révélation Fiona Staples, une dessinatrice canadienne dont le style et le trait feront à nouveau parler d’eux très vite.

Chronique du Tome 1

Bulle d’Encre : Bonjour ! Le Tome 2 de Mystery Society vient tout juste de paraitre, que peux-tu nous en dire pour présenter la série aux lecteurs français ?
Fiona Staples : C’est une série d’action et d’aventure très amusante, avec beaucoup d’humour et des personnage un peu fous ! Le scénariste, Steve Niles, est très connu pour son travail sur des histoires d’horreur, alors il y a un peu de ces éléments aussi.

BDE : En plus de l’action, il y a donc ces personnages incroyables. As-tu pris du plaisir à les concevoir et d’où est venue l’idée d’un Jules Verne mécanique ?
FS : Steve et Ashley Wood sont venus avec le concept complet de Mystery Society, et le robot Verne était quelque chose auquel ils avaient pensé, même si c’est moi qui ai conçu son apparence. Il devait clairement être l’élément comique de la série, c’est pour ça que j’en ai fait un petit robot tout rond avec des « lunettes ».

BDE : Secret Skull est elle aussi étonnante. Est-elle ta création ?
FS : En fait, non ! C’était un personnage déjà existant, qui a eu sa propre mini-série avant Mystery Society, dessinée par Chuck BB. Par contre, je suis ravie que nous ayons pu l’utiliser.

BDE : On retrouve beaucoup d’influences dans tes dessins. Quelle liberté as-tu eue sur cette série ?
FS : En dehors de Secret Skull, j’ai eu beaucoup de libertés dans le design. Je crois que la seule instruction de Steve a été que Nick Mystery porte une petite moustache et que les jumelles ressemblent à la petite fille afro-américaine d’une peinture de Norman Rockwell.

BDE : Comment as-tu travaillé avec Steve Niles et Ashley Wood ? Partagez-vous les mêmes univers ?
FS : Ashley n’était pas directement impliqué au moment où je suis arrivée sur le projet, mais j’ai travaillé de façon très étroite avec Steve. Nous avons beaucoup parlé des albums par téléphone et sur Skype. Nous nous mettons souvent d’accord sur les mêmes idées, mais je pense que nous avons aussi des formations et des influences différentes qui rendent la série plus intéressante !

BDE : La série va-t-elle se poursuivre chez IDW Publishing ?
FS : C’est possible qu’il y ait une suite à l’avenir, mais malheureusement je suis trop occupée sur ma nouvelle série, Saga, ce qui fait que je n’y serais certainement pas impliquée.

BDE : Tes couvertures sont très appréciées, comme en témoigne ton travail sur des titres comme Superman/Batman. Tu as même remporté cette année le Cover Artist Award (trophée du meilleur dessinateur de couverture) au Canada. Est-ce que ce type de récompense te donne plus de confiance ?
FS : Bien sûr, je suis très fière d’être reconnue pour ça, mais je ne sais pas si ça me donne plus de confiance en moi. Quand je dessine un truc qui craint, je déteste toujours ça ! Je suppose que ce qui me donne surtout confiance est de savoir que quelqu’un d’extérieur apprécie ce que je fais.

BDE : Es-tu proche d’autres artistes canadiens ?
FS : Oui, je traine avec beaucoup de dessinateurs de ma ville, mais les autres sont tellement dispersés que je ne peux les rencontrer que lors des conventions.

BDE : Ton trait dépasse largement le cadre du style dessin nord-américain classique. Es-tu curieuse de savoir si, grâce à cela, il peut plaire à d’autres publics, français notamment ?
FS : Oh que oui ! Je sais que les lecteurs français ont des goûts très variés, donc je suis sûre que certains aimeront et d’autres pas du tout. Un peu comme partout, en fait… (rires)

BDE : As-tu déjà rencontré des collègues européens et aimerais-tu t’essayer à la méthode de travail européenne ?
FS : J’en connais un peu, mais je connais surtout les dessinateurs nord-américains qui ont travaillé en Europe. J’adorerais un jour réaliser un album graphique pour un éditeur français, mais je sais que ça me prendrait beaucoup, beaucoup de temps pour le finir.

BDE : Cette année va être publiée ta nouvelle série, Saga. Peux-tu nous la présenter ?
FS : Saga est un space opera épique, dans la veine de Star Wars, mais plutôt pour adultes. Cela parle de deux planètes qui sont en guerre depuis des siècles, et d’un homme et d’une femme issues des deux camps adverses qui s’enfuient pour avoir un bébé et fonder une famille. Les deux armées veulent les voir morts et envoient un escadron d’assassins et de chasseurs de primes après eux, tandis qu’ils essaient de trouver un moyen de s’échapper de cette galaxie avec leur petite fille.

BDE : Apprécies-tu ta collaboration avec Brian K. Vaughan ?
FS : Travailler avec Brian est un rêve devenu réalité. J’étais une grande fan de son travail, mais je trouve que Saga est la meilleure série qu’il ait jamais écrite ! Je ne suis peut-être pas objective, mais si peu !

BDE : Merci beaucoup !
FS : Merci à toi pour ces questions !

Propos recueillis et traduits par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 21 avril 2012.

©
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*