Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » XIII T20 (Sente, Jigounov, Marquebreucq) – Dargaud – 11,99€

XIII T20 (Sente, Jigounov, Marquebreucq) – Dargaud – 11,99€

Parution : 11/2011

Jason MacLane, l’homme connu sous le surnom de XIII, profite du calme suivant la résolution de la conspiration des XX pour suivre une psychothérapie destinée à recouvrer sa mémoire. Installé dans la maison de ceux qui l’ont recueilli après son accident, il se fait une place parmi les pêcheurs du coin, même si les forces de l’ordre continuent à se méfier de lui. Alors qu’une agence privée souhaite s’attacher ses services, il accepte de suivre un traitement expérimental qui pourrait raviver ses souvenirs enfouis. Très vite, des images lui reviennent, notamment celle d’un ami d’enfance. Lorsqu’il reprend contact avec lui, le dénommé Jim lui fait part des recherches qu’il a menées pour lui tout au long des dernières années. Des informations capitales que certains souhaitent effacer…
Il est de retour ! Alors que son aventure n’aurait déjà pas du dépasser les 13 tomes, l’amnésique le plus célèbre de la BD revient avec de nouveaux auteurs. Yves Sente, spécialiste de l’exercice puisqu’il a déjà à son crédit les reprises de Blake et Mortimer et Thorgal, remet le héros au cœur d’une conspiration de grande ampleur. Sans changer la recette de Jean Van Hamme, en reprenant même certains éléments, il ne fait pas vraiment dans l’originalité pour démarrer ce nouveau cycle. Bien qu’il ait annoncé vouloir combler les blancs laissés par son prédécesseur, le scénariste crée plutôt sa propre histoire, basée sur la légende du Mayflower et des descendants des Puritains. La clé d’un nouveau complot qui sent le réchauffé et qui peine un peu à convaincre. Les détracteurs et les déçus des derniers volumes pourront donc trouver à redire sur la politique de l’éditeur, les facilités scénaristiques ou les incohérences, mais le succès sera certainement garanti une nouvelle fois. Car le mythe XIII reste plus vivant que jamais et qu’on a plaisir à le retrouver, même en petite forme. D’autant que le dessin de Iouri Jigounov est on ne peut plus proche de celui de William Vance, dont l’usure de son trait et une perte de dynamisme étaient visibles.
Un retour difficile à juger, entre satisfaction de retrouver le personnage et déception autour d’une histoire trop balisée.

Arnaud Gueury

Chronique du Tome 19



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*