Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Etienne Davodeau – Auteur des Ignorants

Rencontre avec Etienne Davodeau – Auteur des Ignorants

« Ce que je regarde, qui m’intrigue et que je cherche à comprendre, c’est ce qui relie ce type à sa vigne. C’est bien plus que l’histoire d’une parcelle cadastrale et de son propriétaire. Aux yeux de Richard, Montbenault, c’est une entité vivante et complexe dont il serait le compagnon attentif et l’exigeant partenaire. Ce que je regarde, c’est la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents. »

Après une première journée de dédicaces bien remplie lors de BD Aix 2012, Étienne Davodeau nous fait l’honneur de nous accorder une entrevue. Un instant de partage fort agréable avec un auteur que l’on ne présente plus tant il a su se démarquer par son style. Son œuvre oscille entre fictions et tranches de vie qu’il dépeint avec une profonde sincérité.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! On ne te présente plus, Étienne ! Ta production BD est orientée vers le style roman graphique. Pourquoi ce choix ?
Etienne Davodeau : Bonjour ! Ecoute, je vais peut-être t’étonner mais je n’ai pas le sentiment de faire des romans graphiques. Je fais de la bande dessinée. C’est cela qui m’intéresse en premier. Si le terme roman graphique inclut le fait que ce soient des one-shots plutôt que des séries, que ce soient des livres longs plutôt que des formats de 46 pages, pourquoi pas. Je n’ai rien contre le terme roman graphique. Je ne me pose pas comme un auteur de romans graphiques mais je me considère comme auteur de bande dessinée. Ce qui est intéressant depuis quelques années, c’est que les formats traditionnels de la BD ont un peu volé en éclat et que l’on peut faire des livres à pagination variable. Et de cela, je ne me prive pas.

BDE : Disons que tu aimes raconter de tranches de vie réelle.
ED : Oui, tout à fait.

BDE : Pour Les Ignorants, le choix du monde viticole est venu d’une envie particulière ?
ED : C’est venu d’une façon latérale si j’ose dire. Je connaissais déjà Richard Leroy, le vigneron en question, depuis longtemps. C’est un garçon que j’aime bien, que j’estime beaucoup et que je connais bien. Je l’ai souvent écouté et fait parler de son métier. Et la façon qu’il avait de décrire le monde du vin en général me laissait penser qu’on pouvait quasiment remplacer le mot vin par le mot bande dessinée. Il y avait cette idée d’aller à la rencontre de ce métier-là, de dessiner ce métier-là. Par contre, je me heurtais à un précédent qui est le fait que, dix ans auparavant, j’avais publié Rural, qui était déjà une espèce d’enquête dans le monde agricole. Le côté redite m’embêtait un peu. Le jour où j’ai compris que Richard Leroy, garçon intelligent, cultivé et curieux, n’avait jamais lu de bandes dessinées à 50 ans passés, je me suis dit qu’il y avait sans doute là un sujet. C’est-à-dire qu’il était très cultivé dans son domaine et dans le mien il ne l’était pas. Et inversement, je connais plutôt bien la bande dessinée, j’en lis, j’aime cela, par contre dans le monde du vin je n’avais qu’une connaissance superficielle. Le côté complémentaire de nos positions m’est apparu comme un des chemins possibles pour dessiner ce livre. C’est comme cela que j’ai démarré.

BDE : L’idée de mise en scène de ce duo vient de ce cheminement.
ED : Et le titre Récit d’une initiation croisée vient de là également.

BDE : Étant novice dans le domaine du vin, comment as-tu fait pour travailler ?
ED : J’ai proposé à Richard Leroy une sorte de marché. C’est ce que racontent les premières pages du livre. Je lui ai dit : « j’aimerais bosser dans ta vigne pendant un an, être un véritable ouvrier agricole avec toi. Et, en contrepartie, toi, tu vas lire de la bande dessinée que je t’amènerai. On ira voir les auteurs des livres qui t’auront plus. On goûtera du vin. On ira à la rencontre de vignerons ». Je lui ai donc proposé ce marché en lui précisant que cela allait prendre du temps. Je lui ai demandé de bien réfléchir. Et il a accepté immédiatement. Dans la minute où je lui ai proposé, c’était parti !

BDE : C’est un véritable échange de connaissances.
ED : Oui, tout à fait. Un vrai échange et je dois avouer que Richard Leroy a joué le jeu jusqu’au bout et même après. Il l’a fait de façon idéale pour moi. Il n’a jamais rechigné à me laisser tailler sa vigne. Et pourtant je sais que cela lui en a coûté. Je me suis fait engueuler au début, quand même. Car j’ai fait des bêtises comme tout débutant. Pour lui, le vin ce n’est pas juste un métier. C’est son projet global. Sa vie. Je comprends qu’au début il ait été un peu tendu en voyant débarquer dans sa vigne un inconnu, ignorant, avec un sécateur tranchant. Même après la publication du livre, il a joué le jeu. D’ailleurs, la semaine dernière, il était encore avec moi pour l’animation d’un débat public dans une bibliothèque pour parler de l’expérience. Le livre lui doit beaucoup évidemment.

BDE : Aimais-tu le vin avant cette expérience ?
ED : Oui, mais de façon assez superficielle.

BDE : Désormais, est-ce que tu vois le vin différemment ?
ED : Oui, évidemment. Je le perçois dans sa globalité. Et je sais quelle somme de travail ces vins-là représentent. J’y suis beaucoup plus attentif.

BDE : Dans les histoires que tu racontes, le dessin est véritablement au service du récit. Peut-on dire qu’il est secondaire ?
ED : Oui, il est au service de l’histoire mais il n’est pas secondaire. Le dessin est le vecteur de l’histoire. Il est important. Mais il est quelque chose sur lequel je ne veux pas qu’on s’arrête. Ce qui m’intéresse, c’est que les gens soient avec deux mecs dans la vigne et pas avec une bande dessinée. Que le livre en tant qu’objet technique s’efface. J’ai donc besoin pour cela d’avoir une narration parfaitement fluide. C’est un truc qui m’obsède et que je travaille beaucoup. Je ne veux pas qu’on se pose de questions du genre : « Tiens ! Qu’est ce qu’il a voulu dire ? Où dois-je regarder ? » Je veux que cela coule et que le dessin soit efficace, sans la ramener. Pour moi, il y a deux façons pour un dessin d’être un échec. La première, c’est un dessin raté. Je ne suis pas à l’abri de cela du tout, car j’ai des limites terribles en dessin. Mais c’est aussi un dessin frimeur, un dessin qui la ramène. Un dessin qui dit « Voilà ! Regardez ce que je sais faire ». Ce sont deux échecs identiques pour moi. C’est une façon de couper les lecteurs des personnages et du récit dans lequel il évolue. Donc, le dessin, je lui donne ce rôle d’être un outil extrêmement fidèle et fiable. Il n’est pas secondaire du tout. Avec le texte, c’est ce qui est propre à la bande dessinée. C’est ce qui m’intéresse dans la bande dessinée, ce mélange bizarre de textes et d’images qui se succèdent. C’est cette sorte de pâte un peu étrange qui est l’essence de la BD.

BDE : Quel est ton avis sur la bande dessinée numérique ?
ED : Depuis quelques semaines, Lulu femme nue est disponible en version numérique. On a pas mal bossé sur les premières versions car cela tâtonnait pas mal au début. J’ai refusé beaucoup de versions alambiquées avec des zooms, des travelings qui donnaient un peu le mal de mer. On a donc bossé un moment avec Futuropolis. On est arrivé à quelque chose d’extrêmement sobre qui me semble narrativement assez efficace. Ceci dit, mon amour pour le livre fait que le numérique, clairement, ce n’est pas pour moi. Cela étant, je n’ai ni le droit ni l’envie d’en empêcher l’accès à d’autres gens. Donc, comme mes livres sont disponibles en numérique, cela ne me pose aucun problème dans la mesure où on arrive, contractuellement, à se mettre d’accord avec les éditeurs. Ce qui est très compliqué. C’est-à-dire que les droits numériques pour les auteurs, c’est un combat qui est réel. Il y a un vrai flou encore sur ces choses-là. Donc il faut être très prudent avec les contrats que l’on signe. Personne n’est à l’abri de se faire avoir. Personne ne sait ce que le numérique va donner dans cinq ans, dix ans. Signer des contrats maintenant, avec des durées de cession très longues, est très casse-gueule. Maintenant, le numérique est une façon comme une autre d’accéder aux histoires que l’on a racontées. C’est peut-être une question de génération ou autre chose, mais moi je considère que le livre est un objet insurpassable. En tant qu’objet, c’est le plus bel objet inventé par l’espèce humaine. Et de cela, je ne démordrai pas. Le livre papier et le numérique vont cohabiter. Le livre numérique est un marché qui va se développer, à une vitesse que j’ignore, car pour l’instant c’est un marché embryonnaire.

BDE : Pour finir, as-tu des projets à venir ou en cours ?
ED : Les Ignorants ont une existence qui m’épate. Il se passe beaucoup de choses autour de ce livre. On l’a réimprimé plusieurs fois car il marche très bien. Du coup, il m’a pas mal occupé. Il est sorti en octobre, on est mi-avril, et je commence à peine à me dégager de la sortie du livre. Cela fait six mois. J’ai donc pris pas mal de retard sur mon livre suivant que j’aurais aimé démarrer plus tôt. C’est un livre qui s’inscrit dans la collaboration qui existe déjà entre les éditions Futuropolis et les éditions du Louvre. Il y a déjà cinq ou six livres publiés à ce jour. Nicolas de Crécy et Marc-Antoine Mathieu font partie des auteurs de cette collection. Depuis le début, j’avais envie d’en être et là c’est chose faite. On a signé le contrat et j’ai commencé le dessin. Si tout va bien, il sera publié fin 2013. C’est donc un livre qui se passe au Louvre et c’est une fiction, une sorte de comédie. Et puis, avec Joub, nous continuons les aventures de Geronimo. Mais je n’ai pas de date de sortie pour le moment.

BDE : Merci Étienne !
ED : Merci à toi !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 13 avril 2012.

Extraits de l’album


© Futuropolis 2012/Davodeau
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*