Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » DMPP T8 (Collectif) – The Hoochie Coochie – 15€

DMPP T8 (Collectif) – The Hoochie Coochie – 15€

Parution : 01/2012

Qu’il est réjouissant de voir tant de dessins au vocabulaire et aux traits fleuris de boutons, de calices et de pistil à butiner, de verges et frondaisons feuillues où viennent s’alanguir jeunes hommes et jeunes femmes. Au printemps, les jeunes gens batifolent gentiment dans les bois, où ils profitent de loisirs hippiques originaux ou alors passent simplement des soirées entre amis encouragés par le renouveau de la nature. En été, c’est la période des vacances et rien de tel que le dépaysement d’un voyage en Italie pour (re)découvrir l’humour grotesque et prendre quelques hales devant les courbes frivoles des dessins de Massimo Mattioli et Benito Jacovitti. En automne, la rentrée peut avoir des allures infernales et il est l’heure de retourner à ses leçons, de dessins en l’occurrence. L’œil des deux abbés veille au grain et aucune sortie du monde du gaufrier ne leur échappe. En hiver, les premières chutes de neige poussent aux joies d’aller faire le plein d’adrénaline sur les pistes noires, ou mieux de faire du hors-piste. Ce genre de break est nécessaire au regard de l’actualité politique dont les mœurs légères souillent les chambres d’hôtels de New York à Lille, juste le temps d’une lapidation médiatique en règle.
Un album collectif sur le thème du sexe et du grotesque qui parle assez largement des deux auteurs italiens susnommés (sans mauvais jeu de mot). Chaque article est extrêmement précis et référencé, à l’image de la rubrique des deux abbés dont les chroniques sur la bande dessinée sont particulièrement chiadées. Une chronique de chroniques, c’est un peu le serpent qui se mord la queue ! Outre ses passages très instructifs, les récits courts divers et variés aèrent la lecture de cet almanach. Il est à noter des expérimentations graphiques, narratives et ludiques, avec quelques ouvrages à confectionner soi-même, si on a le cœur de tailler dans le gras de la bête, et un roman-photo en pâte à modeler dont toute ressemblance avec des personnages réels sont parfaitement assumés. Bref, DMPP un bon ovni, coincé entre sérieux et grotesque, comme il est toujours plaisant d’en découvrir. C’est très drôle et pas vraiment vulgaire au regard du sujet annoncé, et puis quoi d’ailleurs ? Pas la peine de s’effaroucher, n’est pas immaculée qui veut le laisser entendre…
Une expérience collective qui saura dérider les plus prudes d’entre nous par son exigence graphique, narrative et informative. De quoi satisfaire momentanément les plus insatiables des lecteurs.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*