Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Anouk Ricard – Auteure de Coucous Bouzon

Rencontre avec Anouk Ricard – Auteure de Coucous Bouzon

« Bon alors, vous commencez quand ?
– Ah ? Euh… Vous voulez dire que c’est bon.
– Hm… Faut voir. Vous pensez apporter quoi à l’entreprise ?
– Eh bien de par mon parcours, je pense pouvoir augmenter votre chiffre d’affaires. Et heu …
– Ah non pas ça. Je veux dire vous apportez quoi, un ordinateur ?
– Ah, il n’est pas fourni ?
– Ha ! Ha ! Vous l’entendez. Il n’est pas fourni ? Ha ! Ha ! »

Bulle d’Encre avait déjà croisé le chemin d’Anouk Ricard lors du Festival d’Angoulême 2012, où elle avait très gentiment réalisé un dessin de notre pieuvrette. BD Aix 2012 a été l’occasion de passer quelques instants de plus avec celle qui a créé l’un des Cubdés de l’exposition du même nom lors de ces 9ème rencontres du 9ème art d’Aix-en-Provence. Clap, ça tourne !

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Anouk ! Peux-tu nous dire quel a été ton parcours ?
Anouk Ricard : Bonjour ! Simplement, j’ai commencé par les Arts Décoratifs à Strasbourg. Je voulais aller dans la section Arts et, sur place, j’ai découvert la section Illustration. Je me suis donc engagée dans cette voie. Dans mon book de diplômes, j’avais de la BD et de l’illustration jeunesse. En fait, j’ai eu plus de boulot dans le domaine de la jeunesse en sortant des Arts Déco. Je me suis donc plus orientée vers là. J’ai réellement commencé la BD en 2004 avec Anna et Froga. Je l’ai faite pour le magazine Capsule Cosmique. C’était le point départ. C’est aussi à ce moment-là que je me suis rendue compte que la BD était vraiment ma voie. Et que je m’éclatais plus dans la BD que dans l’illustration. Ceci dit l’illustration me plait toujours et j’en fais toujours. Mais ce n’est pas la même chose. J’aime bien écrire des histoires. Surtout écrire des dialogues. Écrire des livres, disons plutôt des albums jeunesse, est plus difficile pour moi.

BDE : Donc le choix de la BD jeunesse s’est fait suite à une occasion que tu as saisie ?
AR : Oui ! Cela s’est fait parce qu’il y avait une demande à ce niveau-là. Des gens, que je connaissais, montaient le magazine Capsule Cosmique. Ils cherchaient du monde pour les parutions. L’ayant appris, je leur ai proposé Anna et Froga que j’ai réalisé spécialement à l’intention du magazine. Cela leur a tout de suite plu. Ils m’ont dit « Ok, on le prend ! ». C’est comme cela que tout a commencé.

BDE : Justement, Commissaire Toumi et Coucous Bouzon, des BD plus adulte, sont venues à des moments où tu voulais t’adresser à un autre public ?
AR : Oui, c’est plus adulte. Mais je crois que, sur le fond, Anna et Froga ne s’adresse pas qu’aux enfants. Cela s’adresse aussi aux adultes. D’ailleurs, c’est souvent lu par les parents aussi. La seule différence, dans les livres que je fais pour adultes, est que l’univers est plus adulte. Mais l’humour est le même et, pour moi, il n’y a pas énormément de différence. J’ai l’impression de faire des livres tout public en fait.

BDE : Tu utilises énormément le non-sens et l’absurde. Pourquoi ces armes-là plutôt que d’autres ?
AR : Oui, c’est vrai ! Mais je ne réfléchis pas en fait. Je traduis ce qui me fait rire. C’est ce qui me plait. Cela peut être aussi bien des vannes entre amis que des choses que j’entends. Les vannes que se font les personnages entre eux sont des vannes que je peux vivre. Après, l’absurde, c’est autre chose. Cela vient aussi des influences que j’ai.

BDE : Justement ces influences en terme de narration, quelles sont-elles ?
AR : Je suis influencée par Goossens (Sacré Comique). J’adore Goossens. Il a cet humour-là. Pierre La Police (Top Télé Maximum) aussi m’influence. J’aime beaucoup également. Après, il y en a beaucoup d’autres. Mais principalement, ce sont ces deux auteurs qui m’influencent. Et puis, j’ai beaucoup lu de bandes dessinées étant jeune. C’est un mélange de tout ce que j’aime.

BDE : Il y a vraiment un graphisme propre à Anouk Ricard. Là aussi, as-tu des références ou es-tu totalement libérée de tout cela ?
AR : Non, tout le monde a des influences. C’est impossible d’être libéré. Il y a les influences de mon parcours jeunesse qui sont de faire des dessins plutôt naïfs. Au départ, il y a une influence, non pas des mangas, mais plus des dessins japonais un peu kawai, les animaux mignons. J’adore. Et, de plus en plus, je m’oriente vers des sources plus américaines. J’aime bien faire des Donald mal dessinés ou des choses dans ce genre. J’interprète tout cela avec un dessin un peu maladroit qui donne un côté plus « arty ». C’est dur d’en parler car c’est quelque chose que je ne calcule pas. Et que je fais comme ça. Mais à force d’y penser pour répondre aux questions, j’arrive à trouver quelques explications !

BDE : Un petit mot sur l’exposition Cubdés à laquelle tu as participé. Cela t’a tout de suite branchée ?
AR : Oui ! Cela m’a branché rapidement car j’ai une amie qui l’a fait, Lucie Durbiano (Lo). Entre parenthèses, j’aime beaucoup son boulot. Elle m’avait dit que c’était sympa à faire. Je trouvais également l’idée originale. Être en résidence pendant une semaine avec des gens et travailler en parallèle sur des projets, alors que d’habitude on est tout seul chez soi, c’est très agréable. Cela m’a permis de changer d’univers, de support de création. Un changement dans la routine qui m’a tout de suite intéressée.

BDE : Pour revenir un peu sur Coucous Bouzon, l’idée de base est venue d’où ?
AR : Alors l’idée de base, je me suis souvent posé la question. Cela ne vient pas, contrairement, à ce que l’on peut penser, du monde de l’entreprise. Au départ, je voulais faire des personnages névrosés dans un hôpital psychiatrique. Mais finalement ils sont moins névrosés que prévu mais ils sont quand même fous. Surtout le patron. Disons que le fait que l’action ne se déroule pas dans un hôpital psychiatrique, c’est parce que Lisa Mandel (Eddy Milveux) avait sorti HP. Et même si ce n’est pas le même style et comme on m’a déjà comparée à elle, je ne voulais pas qu’il y ait une comparaison supplémentaire. J’ai donc changé le lieu de l’action et je pense que c’est plutôt bénéfique. C’est ce que j’en pense.

BDE : Quels sont tes projets futurs ?
AR : Je vais faire la suite de Patti et les fourmis chez Gallimard si tout va bien. Je dois également faire une BD chez Cornélius qui est un recueil des strips que je réalise pour le magazine Tigre. Tous les mois, je fais un strip dans ce magazine. Normalement, cela devrait se faire dans l’année. Et puis j’ai toujours des commandes d’illustration. Je continue car je ne vends pas des millions d’exemplaires de mes livres. Je fais donc quelque chose de plus alimentaire mais avec toujours beaucoup de plaisir.

BDE : Merci Anouk !
AR : Merci à toi !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 14 avril 2012.

Extraits de l’album


© Gallimard/Sarbacane/Ricard
Photo © BDE
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*