Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Julien Castanié – Dessinateur des Autres Gens

Rencontre avec Julien Castanié – Dessinateur des Autres Gens

De Brétigny sur Orge au quartier du Mile-End de Montréal, en passant par l’école tourangelle Brassart, les Gobelins à Paris ou encore l’ENSAD à Strasbourg, Julien Castanié multiplie les belles rencontres et dispose avec subtilité les petits cailloux colorés de son parcours d’illustrateur. Précis cantonnier, il a sorti ces derniers mois de nouvelles pierres joliment taillées. Est publié, chez Syros, l’ouvrage jeunesse Contes à rire et à trembler, sur des textes de Jean-Louis Craver, dont il a assuré l’illustration. Et Dupuis offre un beau support papier à ses contributions à la web-série Les Autres Gens, scénarisée par Thomas Cadène, à travers les tomes 3 et 5. Une bonne occasion de s’offrir en sa compagnie une petite plongée dans son univers de l’auteur désormais bien arrimé à Montréal.

Bulle d’Encre : Hello Julien. Peux-tu nous dire ce que tu es allé faire côté Canada et plus spécialement Montréal ? As-tu tout de même pu conserver quelques liens, professionnels ou personnels, avec la France ? Et avec ta ville d’origine dans le beau département de l’Essonne ?
Julien Castanié : Il se trouve qu’une partie de ma famille vivait déjà au Canada. J’étais curieux. Par contre, que j’habite à Paris ou à Montréal, ça ne change pas grand-chose pour mes clients. Nous échangeons par mails et en coups de téléphone. Un skype si nécessaire. Pour l’Essonne… cela me rappelle mes tous premiers cours de dessin. Bons souvenirs.

BDE : Pourrais-tu nous présenter ton lieu de travail et tes collègues d’atelier à Montréal ? L’atelier entre gens de l’image est-il fréquemment pratiqué vers Montréal ?
JC : J’ai la chance de travailler dans un atelier. Je dis la chance car j’y retrouve l’émulation étudiante que j’aimais. C’est la maison de la bande dessinée de Montréal (oui, tu peux cliquer). Pour la fréquence des lieux comme celui-là, je dirais que, pour la bande dessinée, on est une petite poignée. Toute petite. Non, encore plus petite que ça !

BDE : Et de façon générale, que peux-tu dire de la BD au Canada, de ce que cela représente tant en termes d’auteurs y travaillant, de lectorat, de possibilité d’accéder aux publications françaises là-bas, de l’influence US ?
JC : La BD au Canada, c’est tout d’abord des publications anglophones et francophones et assez peu d’interaction entre elles. Ensuite, il y a une réalité démographique : 34 millions de Canadiens dont environ 30% de francophones (merci wiki). Ce qui implique un marché relativement restreint pour le livre francophone. Et avec l’influence, donc l’importation des États-Unis, l’émergence de la BD québécoise est lente. Mais à en juger le prix qu’a reçu Michel Rabagliati pour Paul à Québec, ou plus récemment celui de Guy Delisle à Angoulême, la production québécoise a de belles choses à faire découvrir. Et la génération suivante pousse déjà… La mauvaise tête, Pow-Pow… Côté anglo, il y a Drawn and Quaterly entre autres.

BDE : Et en quoi ton intégration à cet atelier canadien t’a-t-il fait évoluer, aussi bien en illustration que dans ta perception de la BD ?
JC : Je commençais un peu à tourner en rond chez moi. Maintenant, à l’atelier, je baigne dans une certaine effervescence. Beaucoup d’énergie, ça stimule.

BDE : Tu tiens un bien joli blog, peux-tu nous en faire une petite présentation ? Comment le fais-tu évoluer ? Côté Canada, est-ce tout autant pratiqué par les jeunes créateurs qu’en France ?
JC : Merci ! Mon Plan B, c’est un espace de récréation, ou je teste, je cherche… C’est à la fois un lieu de création et un outil de partage. J’y regroupe différentes petites séries comme les Terrains vagues, les Déformations professionnelles, les You scroll me… Il y a même les tatoos que je fais avec le collectif skinjackin . Un vrai fourre-tout en fait.

BDE : Et justement, tu as fait pas mal de choses en ligne, que ce soit des 24h ou 48h de BD proposées ici et là. Que peux-tu nous en dire ?
JC : Que ce soit les 24h BD d’Angoulême, ceux de GrandPapier ou les 48h BD de Montréal, ce sont autant d’expériences aussi récréatives que jubilatoires. Je travaille majoritairement pour l’illustration jeunesse (avec des choses comme ça ou ça) et ces événements courts qui se déroulent sur un ou deux jours sont d’excellents défis. Cela me permet aussi de tester des choses, et pourquoi pas ré-exploiter plus tard certaines résultats dans des formats plus longs…

BDE : Comme on parle de numérique, allons vers Les Autres Gens de Thomas Cadène. Peux-tu nous dire comment tu as débarqué dans cette aventure ? Pour l’instant, combien d’interventions y as-tu fait ?
JC : Je m’étais inscrit dès le début car j’étais curieux de voir ce que ça aller donner. J’ai vu ! J’ai contacté Thomas pour le féliciter et lui glisser que je souhaitais me joindre à l’équipe, ce qui c’est finalement fait. Trois épisodes plus tard, je ne désespère pas de trouver le temps d’en faire d’autres.

BDE : Quels ont été pour toi les facilités du format numérique et ses contraintes ? Et comment as-tu appréhendé la version papier où ton travail a été publié ? Te reverra-t-on bientôt par chez Thomas Cadène ?
JC : La contrainte n’est pas tant dans le format numérique mais dans la narration je dirais. On travaille en vignettes successives de la même taille. Mais toute contrainte est une porte ouverte à des solutions originales, j’imagine. Du côté de la couleur, il y a matière à s’amuser car la palette RVB permet certaines choses que le CMJN ne rend pas (et là je pense en particulier au travail de Loïc Sécheresse qui s’amuse avec le fluo à me péter les yeux… et j’adore ça). Pour la version papier, publiée chez Dupuis, elle n’était pas prévue au départ. C’est un projet qui s’est greffé au projet initial. Je vois aussi ces livres comme une porte d’entrée à la série web finalement. Des beaux bouquins (Hein? Quoi? Dans moins d’un an c’est Noël et tu cherches un truc cool à offrir?… Bah, cherches plus). Et pour savoir si on me reverra bientôt sur Les Autres Gens, bah… il faut s’abonner, c’est comme ça. Je serais toi, je ne prendrais pas le risque de ne pas m’abonner… 🙂 Et puis c’est pas cher quand même… Et puis… Et puis surtout c’est bon !

BDE : Tiens, pour revenir encore au Canada, sens-tu une perception différente entre Canadiens et Français sur le livre numérique et la création en vue de supports numériques, en matière de BD et pour d’autres créations illustrées ?
JC : Pas spécialement. On parle du numérique à tout-va ici ou là-bas. Certains agissent, tentent des choses. L’initiative de Thomas Cadène pose de bonnes questions.

BDE : De façon plus générale, quelles sont tes sources, s’il faut parler de tes maitres et inspirateurs historiques (dans le dessin et ailleurs), mais aussi de ton entourage du milieu graphique pouvant t’influencer ? Y a-t-il eu sur ce point des découvertes au Canada ? Et certains lieux canadiens t’ont-ils plus largement influencé ?
JC : Ce sont les illustrateurs et auteurs que j’ai côtoyés qui m’ont le plus inspiré. Autant dans le fond que la forme. Ensuite le web, ce démon chronophage, permet d’avoir une certaine visibilité de ce qui se fait ailleurs. C’est le web. Vive l’internet, quand même. Aussi, certaines influences se révèlent vers la fin d’un projet. Par exemple, pour Les Terrains vagues, je me souviens maintenant d’avoir lu vers mes 10 ans du Mordillo et, rétrospectivement, cela fait sens ! Finalement les influences peuvent aussi être des petites choses inconscientes que l’on met parfois plusieurs années de côté, et qui ressortent à un moment donné d’une manière parfois étonnante. Le tout est de les avoir digérées.

BDE : Justement, parlons rapidement de ton goût pour la statistique et tes Terrains vagues, anciennement diffusées sur lequipe.fr. L’arrivée sur un continent américain fou de sports et de statistiques t’a-t-il donné de nouvelles idées ?
JC : C’est vrai qu’ici le sport et les statistiques sont indissociables. Un Québécois m’avait proposé d’adapter les Les Terrains vagues au Hockey, mais j’ai dû refuser l’idée car je ne connaissais pas assez les subtilités et la culture de ce sport pour être vraiment pertinent dans mes illus.

BDE : Comment comparerais-tu ton travail en illustration jeunesse par rapport à ton travail pour l’instant moins important en BD ? Comme tu as travaillé, certes brièvement, avec Thomas Cadène, comment différencerais-tu la relation auteur/illustrateur jeunesse et scénariste/dessinateur ?
JC : C’est similaire. On raconte une histoire. La cible d’âge diverge. D’ailleurs il y a de la BD jeunesse, non ? Sacripant !

BDE : Parlons de ta dernière sortie, le bien beau Contes à rire et à trembler, chez Syros, sur des textes de Jean-Louis Craver. Comment s’est nouée cette collaboration ?
JC : Syros m’a proposé le projet. C’était excitant car je connaissais bien la collection des Recueils de Parole de Conteurs (dirigée par Ilona Zanko) dont le principe est de « fixer l’oralité sur le papier ». Tiens, d’ailleurs, on peut feuilleter un extrait du livre sur le site de l’éditeur.

BDE : Dans le rapport entre texte et image, comment as tu composé tes illustrations ? Quelle est notamment ta réflexion sur le rôle de l’image par rapport au rythme du récit, à la précision du texte ?
JC : Le livre est donc un recueil de contes. Chaque conte débute par une grande double-page illustrée, on plonge dans un univers, on se familiarise avec l’ambiance, les teintes, les protagonistes… Ensuite, dans le conte, il y a des pages simples illustrées, des demi-pages et des cabochons (petites vignettes). Après, on joue avec le rythme. Il a fallu trouver toute une alchimie avec l’aide du directeur artistique pour que le tout soit cohérent.

BDE : Comment décrirais-tu ton travail sur les couleurs dans tes illustrations dans Contes à rire et à trembler ? Et comment le comparerais-tu à ce que tu as pu faire en BD ?
JC : Jusqu’à maintenant, j’ai fait de la BD dans des temps assez courts. Que ce soit pour les 24h, 48h de la BD ou Les Autres Gens, les couleurs étaient souvent en aplats ou en traits colorés car je devais aller vite pour boucler les histoires. Pour ce livre, c’était une autre logique. L’essence même du conte m’a dirigé vers des illustrations plus fouillées pour mettre en valeur la richesse de l’imaginaire développé par le texte. Mais dans les deux cas c’est très coloré.

BDE : Quels sont tes projets, sur les différents supports et formats papiers comme numériques ? Et quand passes-tu nous voir en France ?
JC : Je viens de terminer un « livre animé » avec la Souris qui raconte pour une histoire d’Anne-Gaëlle Balpe, animée par Farah Allegue, et lu par Cécile Givernet. Côté papier, deux petits livres de prévus, le premier à La courte échelle (Canada), Une minute de Pascale Beaudet, et le second La Courge et le Melon de Marie-Laure Alvarez, chez Gargantua. Il y a aussi En scène dans la nouvelle collection Et toc ! chez Gulfstream, avec un texte de Pascale Vd’Auria. Je suis aussi dans le Tome 5 de la série Les Autres Gens qui doit sortir bientôt. Et puis des projets persos qui s’impatientent de n’être que des projets, et qui rêvent secrètement de devenir des livres.

BDE : Et pour clore notre échange, aurais-tu un petit conseil de lecture de romans, films, bd… bref quelque chose qui pousserait à venir au Canada ?
JC : Alors un auteur qui vaut son pesant de cacahuète en apéro, Guy Delisle. Un phacochère bien cuit en plat de résistance et, en dessert, une Pastèque fraîche. Vous prendrez bien un petit digestif avec tout ça ?

NDR : à l’heure où nous mettons en ligne cet entretien, Julien a participé avec plusieurs autres auteurs montréalais à une grande manifestation de bonhommes dessinés en marge de la crise étudiante que traverse actuellement le Québec. À voir sur le site http://manif.aencre.org.

Propos recueillis par Damian Leverd.

Interview réalisée le 15 mai 2012.

© Dupuis/LesAutresGens.com/Castanié
© Lequipe.fr/Castanié
© Syros/Castanié
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*