Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Kek – Auteur des Années Collège

Rencontre avec Kek – Auteur des Années Collège

Kek trace sa route entre mondes de l’informatique et de la bande dessinée depuis sa sortie de l’école valenciennoise Supinfocom. Il a juste bâti depuis les sites internet du Piskopat et de Fluide glacial, écrit un des ouvrages de base sur la programmation en Flash, doit connaitre presque tous les auteurs qu’il affectionne, de Libon à Trondheim en passant par AK, Bastien Vivès, Gä, Roger Unter, Edika ou Pixel Vengeur, et se retrouve cité dans des journaux en Chine, Russie ou États-Unis grâce à ses fameux jeux chiants. Chose bizarre, il est resté celui que ses amis dépeignent, c’est-à-dire un type dont la gentillesse est proportionnelle à la fréquentation de son site. Ou de son humour à l’acide sulfurique bien utile pour éloigner les fâcheux. L’enfant de Malo-les-Bains revient dans le monde du papier avec Les Années Collège, aux éditions Coiffeurs pour Dames, où il use de son ton acide/candide pour dépeindre sa jeunesse sur les bancs scolaires. On ne sait pas si cette réussite lui permettra de rencontrer Alain Chabat, Gotlib ou Guillaume Bouzard, mais il fallait faire le point avec Kek, embarqué ces derniers temps dans les Balkans.

Chronique de l’album

Bulle d’Encre : Comment naissent les planches de ce qui deviendra Les Années Collège, il y a plusieurs années sur ton blog ? Et pourquoi a-t-il mis du temps à sortir, quand ton Virginie était finalement édité rapidement par Shampooing/Delcourt après la publication des planches en ligne ?
Kek : Tout vient de soirées passées avec mes potes Stéphane et Yul, qui étaient avec moi au collège, on n’arrêtait pas de se remémorer les conneries qu’on faisait à l’époque, et de se dire qu’on avait adoré le collège, contrairement à pas mal de monde apparemment. Alors je m’étais dit que ça pouvait faire de chouettes anecdotes crétines à raconter. Et puis le format du blog convenait bien, puisque ce sont des planches avec un gag, pas vraiment une histoire complète. La sortie a mis plus de temps, parce que je n’ai jamais cherché à l’éditer, et que c’est un ami qui a une maison d’édition qui a lancé l’idée en fin d’année dernière, et que je me suis dit « ah bah oui, pourquoi pas ? ».

BDE : Quels sont tes rapports avec ton éditeur, les Coiffeurs pour Dames ? Quel a été leur rôle entre le lancement de l’idée de faire un livre et sa conception ?
K : Je connais OVV et Toto, qui sont les 2 « patrons » des Coiffeurs pour Dames, depuis pas mal de temps. OVV était le rédacteur en chef de Spirou il y a quelques années, et je bossais pour le site spirou.com à l’époque. Toto travaillait aussi pour le site de Spirou, et aussi (et toujours) pour Fluide Glacial, magazine pour qui j’ai pas mal travaillé aussi, enfin surtout pour le site. Ils se sont chargés de la création du livre au format physique, l’imprimeur, les contrats, etc.

BDE : Si je puis émettre un avis, ton dessin s’améliore largement sur tes planches, entre ce qui a été montré sur le blog et ce qui a été édité. Comment as-tu procédé pour arriver au résultat visible dans l’album ?
K : Les planches des Années Collègequi étaient sur mon blog datent d’ils y a 5 ans environ pour les premières… Du coup, c’était vrai qu’entretemps mon dessin s’était amélioré (heureusement), grâce au blog notamment, puisque je fais de plus en plus de notes dessinées, c’est un très bon exercice. C’était d’ailleurs assez amusant de reprendre des vieilles planches et les redessiner, en mieux.

BDE : On en avait déjà discuté tous deux, tu soignes beaucoup l’aspect découpage/rythme sur tes planches, ainsi que la mise en scène. Comment y travailles-tu ?
K : Pour Les Années Collège c’était pas si évident, je n’avais que 8 cases pour raconter un truc, vu que le découpage est quasiment toujours le même, en gaufrier. Mais c’était un bon exercice. Généralement je crée un petit storyboard rapide pour le découpage, je mets le début, la fin, des dessins-clés et puis j’assemble le tout. Après, niveau rythme, je ne m’y connais pas des masses, faudrait que j’apprenne à gérer ça peut-être.

BDE : Tes planches jouent pas mal sur la nostalgie sans pour autant trop jouer du « c’était mieux avant ». Comment trouver cet équilibre, et qu’essaies-tu de faire passer ?
K : Je ne joue pas sur le « c’était mieux avant » parce que, quand je raconte que les profs nous frappaient, je ne pense pas que ce soit le cas ! 🙂 Après, c’est sûr que j’aime bien tout ce qui est nostalgique, ça fait ressortir pas mal d’émotions. J’adore qu’on me rappelle un truc que j’avais complètement oublié, comme un jouet, une musique, etc. C’est comme si je trouvais un trésor, vraiment. Je n’essaie pas de faire passer quelque chose de spécifique, le but des Années Collège, c’est de faire marrer mes potes du collège, et puis ma famille, mes proches.

BDE : Ça parle beaucoup sur la candeur de l’enfance, mais ici dans la propension des collégiens à donner dans la cruauté (je ne pourrais pas mieux dire sur ce point que Pénélope Bagieu). D’autres auteurs ont déjà ouvert la voie aux Années Collège traitées de façon acide, comme Riad Sattouf. Comment te situerais-tu par rapport à eux ?
K : La BD de Riad est différente dans le sens où c’est lui qui retourne dans un collège actuel, alors que je raconte des souvenirs, des trucs qui me sont réellement arrivés. J’adore l’album de Riad, mais il ne m’a pas influencé dans l’écriture des Années Collège. C’est vraiment une époque ingrate, et tout album sur le collège qui se veut un tant soit peu réaliste ou autobiographique sera forcément un peu cruel.

BDE : Les clins d’œil, comment les faire intelligemment dans une bande-dessinée ? Et combien y en a-t-il dans cet album ? A sa lecture, sans trop en éventer de secrets, on voit que tu as bien pensé à faire des références à des amies dessinatrices comme Pénélope Bagieu ou Lolita Séchan.
K : Il y a aussi un clin d’œil à Unter, Vanessa Farnot et Romain Hugault, qui partagent mon atelier. Les clins d’œil, ça fait toujours plaisir pour ceux qui les trouvent, c’est une façon de dire aux potes « hé regardez, j’ai pensé à vous ». C’est une petite attention qui coute pas grand-chose, mais qui est sympa et donne presque la larme à l’œil. Presque, j’ai dit.

BDE : Toi qui es très branché musique, si l’on voulait se replonger dans l’environnement musical dans lequel tu baignais, quels albums de musique faudrait-il écouter en lisant Les Années Collège ?
K : Nevermind de Nirvana, ce serait vraiment l’album des années collège. Il a dû sortir quand j’y étais, et j’adorais, je l’écoutais en boucle. Il y avait aussi Use your illusion 1 & 2 des Guns n’ Roses, Appetite for destruction des Guns aussi, et puis des trucs de mon père comme Led Zep, et bien sûr Hendrix, que je découvrais tout juste, et qui m’a donné envie de faire de la guitare à la simple écoute de l’intro de Voodoo Child.

BDE : Quelles ont été les réactions de tes proches, amis comme famille, avec la sortie de ce nouveau livre ? Ta mère a-t-elle encore offert à toute la famille des exemplaires de ton livre, comme pour Virginie ?
K : Ahah, oui ma mère a acheté 15 albums des Années Collège, pour les offrir aux proches et à la famille ! D’ailleurs OVV l’a mailée en demandant s’ils ne s’étaient pas trompés dans la commande, vu que ça paraissait bizarre d’acheter 15 albums. Mais tout le monde a aimé l’album en tout cas, ça fait plaisir.

BDE : Enfin, quels sont les projets pour les prochains mois pour tes activités de dessin en particulier, et que pourra-t-on voir de toi plus largement sur le net et sur papier ?
K : Je commence un compte-rendu de mon escapade au Monténégro et en Albanie, je trouve ça chouette à faire, et c’était vraiment intéressant. Après je n’ai pas vraiment d’album prévu, je ne cherche pas non plus à en faire, ce n’est pas mon métier. Si ce que je fais est édité, tant mieux, sinon si ça reste sur le net ce n’est vraiment pas grave. D’ailleurs mes albums sont en grande partie entièrement lisibles gratuitement sur le net. Je continue donc mes dessins pour le blog, si je trouve une idée géniale de bouquin, peut-être que je chercherai à l’éditer, mais je ne passe pas mes journées à chercher non plus. J’adore la programmation et mon métier en général, et je suis déjà bien content de faire ça !

Propos recueillis par Damian Leverd.

Remerciements à Malak, Pixel Vengeur, Gä, AK, Roger Unter, bref tous les gens de talents qui ont aidé dans la préparation de cet entretien.

Interview réalisée le 4 juin 2012.

© Les Coiffeurs pour Dames/Kek
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*