Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Philippe Girard – Auteur de Rewind

Rencontre avec Philippe Girard – Auteur de Rewind

Philippe Girard, alias PhlppGrrd, est devenu ces dernières années un incontournable de la bande dessinée au Québec, avec de nombreuses parutions qui se sont succédées. Nous lui avons demandé de nous parler de ces dernières années et de ce que ses travaux lui ont apporté.

Bulle d’Encre : Ces dernières années ont été très actives pour toi. Depuis 2007, on compte, si je ne me trompe pas, 8 albums dont tu es scénariste, dessinateur ou les deux à la fois, en plus des apparitions à droite ou à gauche dans des collectifs ou des activités connexes. Pas trop fatigué ?
Philippe Girard : Je n’avais pas fait le calcul. Mais non, tout va bien.

BDE : On va revenir sur quelques-uns de ces albums. Pour commencer, parlons des collaborations. Leif Tande (Danger Public, 2007), Guy Michel (Champlain, je me souviens, 2008), Emmanuel Moynot (La Porte St-Jean, dans Québec, un détroit dans le fleuve, 2008), que t’ont apporté ces différentes collaborations ?
PG : Outre Leif Tande qui était déjà mon ami avant d’entreprendre Danger public, celle avec Emmanuel Moynot est celle qui s’est avérée la plus intéressante du point de vue humain car nous nous sommes revus très souvent depuis. Avec le recul, je considère que j’ai été très chanceux de travailler avec lui car il est très exigeant. Les projets sur lesquels j’ai travaillé depuis ont évolué en grande partie parce que j’ai mis la barre plus haut depuis que je le connais. Quant à Guy Michel, je n’ai plus eu de ses nouvelles depuis le séisme en Haïti il y a deux ans.

BDE : En 2008 parait Les Ravins, sur ton voyage avec Jimmy Beaulieu à un festival de BD en Russie. L’album a été traduit en russe et en anglais. C’est un beau succès pour un album de chroniques de voyage, non ?
PG : Oui, très beau en effet.

BDE : Tu es retourné en Russie pour y présenter cet album. Comment a été accueilli l’album là-bas ?
PG : Formidable. J’ai eu la chance de faire une présentation en bibliothèque à Moscou devant des représentants de l’ambassade du Canada et devant public, sans parler des rencontres de lecteurs à Saint-Pétersbourg qui ont été fantastiques. Les Russes sont des gens formidables. Ce printemps, j’irai aussi à Stockholm pour défendre mon livre au Festival SPX. Avec le recul, je trouve que ce fut une chance inouïe pour moi de faire ce livre. J’ai parfois l’impression qu’il ne veut pas mourir et qu’il continue à faire son petit bout de chemin malgré moi.

BDE : Béatrice, une série de strips mettant en vedette ta fille comme personnage principal, est paru dans le journal de Spirou, puis en album chez 400 Coups. Une belle aventure ?
PG : Oui, fantastique même. J’aurais bien aimé qu’elle se poursuive.

BDE : J’espère que Béatrice ne t’en veut pas trop maintenant qu’elle a grandi ?
PG : Non, elle montre même le livre à ses amies quand elles viennent à la maison.

BDE : En 2010, résidence d’auteur à Bordeaux. Que t’a apporté cette résidence ?
PG : C’était une expérience que je souhaitais vivre depuis longtemps (déménager en France pour quelques mois), un rêve de gamin, quoi. J’en garde un souvenir formidable. Sur le plan humain, j’en suis revenu avec de nouveaux amis et, sur le plan professionnel, j’ai appris des tas de trucs sur le milieu de la BD, les relations avec les éditeurs et les autres auteurs. Franchement, je ne garde que de beaux souvenirs de ce séjour.

BDE : Toujours en 2009, parution de Tuer Vélasquez. Cet album aborde un sujet qui fait encore la une des médias, et sous un angle très personnel. Cet album t’a donné une visibilité que tu ne souhaitais peut-être pas forcément. Avec le recul, quel bilan peux-tu en tirer et ferais-tu les choses différemment si tu devais sortir cet album maintenant ?
PG : Je ne sais pas trop. Parfois, je regrette un peu d’avoir publié ce livre car il a causé pas mal de dommages collatéraux dans mon entourage. Par contre, c’est assurément celui dont on a le plus parlé. Pour bien des lecteurs, ce livre est celui qui m’a permis d’émerger. On peut dire qu’il y a eu un avant et un après Tuer Vélasquez. Mais j’avais mal évalué l’impact qu’il aurait sur ma vie personnelle. Encore aujourd’hui, il y a des gens que je ne connais pas qui m’arrêtent dans la rue ou dans l’autobus pour me dire qu’ils ont vécu une situation similaire et j’admets que ça me met un peu mal à l’aise de recevoir toutes ces confidences. Ce n’est pas facile d’être une oreille quand on n’y est pas préparé. Sinon, avec le recul, je trouve que c’est peut-être un livre un peu trop underground dans sa facture. Aujourd’hui, je cherche à être plus accessible dans mon dessin.

BDE : L’album est sorti en 2011 en version anglaise allongée. Pourquoi l’avoir modifié ?
PG : Parce que la traduction me permettait en quelque sorte de corriger une lacune qui a été soulevée par un journaliste dans une critique. Il me reprochait de ne pas avoir assez développé le thème de la manipulation dans mon livre et, avec le recul, j’ai trouvé qu’il avait peut-être raison. J’ai donc fait ces 20 pages supplémentaires pour la version anglaise en me disant que c’était la chance de répondre à certaines attentes des lecteurs.

BDE : 2010, La Visite des morts, 2011, Rewind. Deux albums liés sans être une série. Pourquoi ce choix ?
PG : C’est un choix inconscient. En 2005, mon meilleur ami est mort d’un cancer. Comme c’est moi qui l’ai accompagné à l’hôpital pendant ses traitements, son décès a fait entrer la mort dans mon imaginaire. On sent d’abord cette présence dans Les Ravins, puis dans Tuer Vélasquez et pour finir dans les deux titres que vous avez mentionné. Ces quatre albums constituent un cycle sur lequel plane l’ombre de la mort. Rewind marque la fin de ce cycle parce qu’avec ce livre j’ai pu broder sur le thème de la mort mais avec un sourire en coin. D’une certaine manière, on peut dire que j’ai réussi à purger mon imaginaire de ses tourments.

BDE : Doit-on s’attendre à d’autres surprises dans ce genre-là ?
PG : Pourquoi pas.

BDE : Pour 2012, tu prépares un album, La Mauvaise fille, basé sur la vie de ta grand-mère. Peux-tu nous parler de ce qui a mené à cet album ?
PG : Mon père m’a donné le journal personnel de ma grand-mère à Noël il y a deux ans. J’ai simplement décidé d’en adapter une partie en BD parce que j’aimais l’idée qu’une femme des années 30 donne son point de vue sur le monde. C’est une histoire qui est tirée du journal sans être le journal dans sa totalité. Je garde la porte ouverte à une suite si jamais j’en ai envie ou si les lecteurs en manifestent le désir.

BDE : Pour cet album, tu dois recréer la vie à son époque, comment te documentes-tu ?
PG : J’ai aussi reçu l’album photo de ma grand-mère avec son journal intime. Et comme la ville de Québec ce n’était vraiment pas gros en 1931, je n’ai eu qu’à trouver quelques livres avec des photos d’époque pour compléter ma documentation. Et puis les archives de la ville de Québec recèlent de trésors iconographiques pour celui qui veut bien prendre la peine de s’y plonger. Autrement, j’ai passé quelques coups de fils à l’historien Jean Provencher quand j’avais de grosses questions.


BDE : L’évolution de la société fait en sorte que des acquis considérés comme légitimes maintenant pour les femmes étaient à l’époque considérés « révolutionnaires ». Est-ce difficile de rendre cette différence en dessins ?
PG : Ce n’est pas vraiment le sujet de ma BD. Je m’attarde beaucoup plus à son petit quotidien et à ses préoccupations de jeune femme qu’aux grands débats qui ont déchiré l’époque. L’idée, c’était vraiment d’utiliser l’œil d’une femme pour montrer une réalité différente de celle qui est écrite dans les livres d’Histoire. On a tendance à l’oublier mais, en 1931, les femmes étaient des personnages secondaires. J’aime l’idée qu’avec le journal de ma grand-mère j’ai fait tomber une barrière.

BDE : L’exposition de tes planches originales l’an passé montre une évolution certaine dans ton crayonné. Il semble que la version finale de tes dessins soit plus proche du crayonné que pour tes albums plus anciens. Comment vois-tu l’évolution de ton travail ?
PG : Je ne sais pas. Au début, je travaillais avec un crayon feutre à pointe dure. On le voit assez bien dans Jim le Malingre et Des Nouvelles d’Amériques. Par la suite, j’ai découvert le crayon pinceau et je l’ai beaucoup utilisé. Maintenant, j’ai tendance à jongler entre trois ou quatre crayons différents de manière à affiner mon trait. Auparavant, je cherchais à capturer une certaine fluidité propre au crayon pinceau. Aujourd’hui, je suis plus intéressé par la construction de l’image que par celle du trait.

BDE : Merci de ta disponibilité pour cette entrevue.

Propos recueillis par Éric Lamiot.

Interview réalisée le 16 avril 2012.

© Glénat/Girard
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*