Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » La Concubine rouge (Baloup, Jiro) – Gallimard – 16,50€

La Concubine rouge (Baloup, Jiro) – Gallimard – 16,50€

Parution : 05/2012

C’est dans une traction noire que le capitaine Bertaux traverse les paysages exotiques de l’Indochine de la fin des années 40. A trente ans, il arbore fièrement sa légion d’honneur, témoin silencieux de son engagement dans la résistance française quelques années auparavant. Fort de l’idéalisme hérité des bataillons civils rouges et porté par la libération de la France, les défilés d’uniformes et la liesse d’un peuple littéralement « déchaîné », Olivier Bertaux s’est engagé dans l’armée. A ses yeux, elle est le bras vengeur de l’opprimé avide de liberté. Sa naïveté n’est pas ébranlée quand la voiture qui le dépose au poste avancé fait demi-tour comme si la mort était à ses trousses. Sa méfiance n’est pas alertée quand un soldat l’accueille et s’étonne que, pour quatre officiers blancs tués par le Viet-Minh, un seul est envoyé en relève. Ses sens sont à peine mis en alerte face à l’état physique et moral des troupes, notamment la gueule cassée de l’inquiétant sous-officier Adhémar Tran To. Il réprouve ses méthodes expéditives et barbares qui servent à terroriser la population civile suspectée de soutenir l’ennemi. C’est lors d’une de ces rafles sanglantes où des « suspects » sont choisis pour être interrogés que le regard du capitaine est attiré par une belle et jeune femme habillée de rouge. La torture de Tran To sur les villageois révélera qu’elle est une partisane Viet-Minh. Mais la fièvre, son passé de résistant et le charme de la belle Mai vont pousser le capitaine à protéger celle qui sera sa concubine : la concubine rouge.
Un album à l’esthétique particulièrement intéressante par l’absence totale d’encrage et le travail en couleur directe de Mathieu Jiro. Les scènes qui se déroulent sur le front indochinois sont traitées de manières caricaturales donnant une impression d’irréel, de rêve qui appuie l’aspect fiévreux du héros narrateur. Les flash-backs qui se déroulent avant la guerre ou à l’arrivée du héros en Asie sont eux traités de manière réaliste, donnant ainsi du relief à la notion de basculement narratif entre deux états du personnage. Le fond de l’histoire, porté médiatiquement par les polémiques sur le passé colonial de la France et les agissements dont elle est responsable, n’a rien d’original. Néanmoins, La Concubine rouge sait surprendre le lecteur par son esthétique et certaines situations, par l’ambiance de rêve malsain, tantôt cauchemardesque, tantôt extatique. Un album qui rend bien compte de la dualité de la situation de violence atroce au cœur d’un paysage paradisiaque.
Un savoureux mélange de réalité et de fiction qui pose une atmosphère moite et lourde comme un climat tropical : entre chaleur étouffante et fureur d’orages.

Alain Lamourette


8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*