Accueil » Autour de la BD » Films » The Amazing Spider-Man

The Amazing Spider-Man

Date de sortie : 4 juillet 2012
Réalisateur : Marc Webb
Acteurs : Andrew Garfield, Emma Stone, Rhys Ifans, Denis Leary, Campbell Scott, Irrfan Khan, Martin Sheen, Sally Field
Scénaristes : James Vanderbilt, Alvin Sargent, Steve Kloves
Créateurs : Stan Lee et Steve Ditko
Producteurs : Avi Arad, Laura Ziskin, Matthew Tolmach, Michael Grillo, Stan Lee
Durée : 2h17
Genre : Action, Fantastique, Aventure
Année de production : 2012
A partir de 10 ans
Distribué par : Sony Pictures Releasing France

Le réalisateur Marc Webb vous invite à vous faire une nouvelle toile avec le personnage de Spider-Man. Un mot d’ordre : on ne prend pas les mêmes et on recommence. L’histoire repart du début : la morsure d’araignée, la découverte des pouvoirs,… avec cependant quelques libertés prises sur la BD : on découvre les parents de Peter Parker avant qu’ils ne l’abandonnent, le Spider-Man balbutiant porte encore plus le poids de la disparition de son oncle. Et quelques personnages disparaissent au profit d’autres : Mary Jane est ainsi remplacée par Gwen Stacy, Harry Osborn s’éclipse au profit de Flash Thompson.

Ce retour aux origines tend à reléguer l’action au second plan et insiste davantage sur la psychologie des personnages, et la relation entre Peter et Gwen (qui a ainsi plus de personnalité que la Mary Jane des films précédents). Côté vilain, c’est le Docteur Connors (certes déjà présent dans les versions de Sam Raimi, mais sous son côté humain) ou plutôt Le Lézard (là, c’est de l’inédit !) qui s’y colle. La bestiole donne du fil (d’araignée) à retordre à notre héros qui montre ainsi sa vulnérabilité.

Au final, cette nouvelle approche de la licence Spider-Man peut apporter son lot de déceptions : peu d’action par rapport aux précédents films, des personnages rajeunis (comme le capitaine Stacy ou Tante May) un angle de lecture qui ne justifie pas forcément le retour aux origines (à la différence d’un Batman version Dark Knight) et quelques possibilités peu (ou pas) exploitées, telle l’arme bactériologique du Lézard, capable de transformer des humains en hommes-lézards, qui aurait pu apporter quelques rebondissements et des scènes bien rythmées.
En revanche, en faisant abstraction des précédents volets, cette nouvelle version prend tout son sens : un héros vulnérable, aussi bien psychologiquement que physiquement et des personnages secondaires apportant du relief et ne servant pas que de simples donneurs de réplique. Et dans ce cas de figure, on passe un très bon moment de cinéma, en redécouvrant avec grand plaisir les origines de l’homme-araignée.

Anthony Roux

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*