Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Batman : Knightfall T1 (Dixon & Moench, Collectif, Roy) – Urban Comics – 28€

Batman : Knightfall T1 (Dixon & Moench, Collectif, Roy) – Urban Comics – 28€

Parution : 07/2012

Bruce Wayne n’est pas au meilleur de sa forme. Épuisé physiquement et mentalement, il laisse le jeune Tim s’occuper de l’entrainement de Jean-Paul « Azrael » Valley pour qu’il puisse un jour devenir un allié aussi puissant que lui. Mais dans l’ombre, un nouvel ennemi met en place un plan visant à le détruite définitivement. Le dénommé Bane, dont le physique est boosté par un dérivé du Venin, est loin d’être aussi fou que la plupart des psychopathes de Gotham. Il met d’ailleurs à profit son intelligence pour éprouver Batman et le pousser au-delà de ses limites. Arrivé à ce point, il n’aura plus qu’à l’abattre pour devenir le maitre de la ville, son objectif suprême. En l’observant à distance, il va commencer par libérer tous les détenus de l’asile d’Arkham…
Attention, œuvre culte ! Ce run paru en 1993 dans les séries Batman et Detective Comics n’a pourtant jamais été traduit en français, une hérésie désormais réparée. Motivés à l’époque par la réussite éditoriale de La Mort de Superman, les responsables de DC eurent l’idée de faire subir l’équivalent à Batman, sans aller toutefois jusqu’à sa disparition. Chuck Dixon et Doug Moench, scénaristes émérites et spécialistes du Chevalier Noir, ont donc été chargés de créer un ennemi redoutable qui aurait les ressources pour le vaincre. La saga, plébiscitée par les fans, est depuis devenue une référence, et elle s’apprête d’ailleurs à servir de base à Dark Knight rises, le dernier volet réalisé par Chris Nolan qui sort aujourd’hui sur les écrans. Dense (cinq tomes de plus de 300 pages seront nécessaires), l’aventure a été confiée à divers artistes : Jim Aparo principalement, mais aussi Norm Breyfogle, Jim Balent et Graham Nolan. Leurs traits, typiques de l’époque, font davantage penser aux années 70/80 qu’à ceux de leurs brillants successeurs, avec quelques pages un peu rétro. Ce style vieillot se ressent parfois lourdement sur certaines planches, dans la dynamique des cases, le design des personnages et des gadgets, ou la composition des planches. Les années 90 n’étaient pas l’âge d’or (graphique) des comics, cela se voit et c’est dommage pour un titre d’une telle importance. Heureusement, Urban Comics propose une édition d’une qualité magnifique.
Cette saga tient en trois mots : indispensable, indispensable et… indispensable !

Arnaud Gueury

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*