Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Gani Jakupi – Auteur de La dernière image

Rencontre avec Gani Jakupi – Auteur de La dernière image

«Je m’égosille en vain. Domingo ne m’entend pas. Il n’entend rien. Je suppose qu’il ne voit rien non plus, en dehors du gibier fixé par son objectif. Des années plus tard, un photographe barcelonais me le confirmera. Dans toute situation susceptible de se dégrader, il tient à avoir une personne de confiance derrière lui. Non pour protéger ses arrières, mais parce qu’une fois l’œil rivé au viseur, il n’est plus vraiment conscient du monde qui l’entoure. L’objectif de l’appareil photo est un trou noir pour la raison.»

La dernière image est un album qui interpelle car non seulement il traite d’un conflit très dur (celui du Kosovo) mais également parce qu’il soulève la problématique du traitement de l’information que nous recevons. Nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec son auteur, Gani Jakupi, qui nous a dévoilé ses motivations lors de la réalisation de ce projet. Nous vous invitons donc à partager ce moment privilégié empreint d’une très grande sincérité.

Chronique de l’album

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Originaire du Kosovo, aujourd’hui de nationalité française, vous êtes à la fois journaliste, illustrateur, designer, photographe ou encore compositeur de jazz. Mais également auteur de Bande dessinée. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?
Gani Jakupi : Bonjour ! Actuellement, j’ai restreint mes activités à la BD et á la musique, pour des raisons pratiques. Elles me demandent tellement d’énergie que ça devenait presque une imposition physiologique. D’autre part, trop de dissipation m’empêchait de mener des projets plus exigeants. Néanmoins, c’est un choix accompagné de certains regrets. Toutes les déclinaisons de l’Art ne sont que des langages différents qui traduisent les mêmes pensées et les mêmes sentiments. Et qui, somme toute, utilisent des grammaires assez similaires. L’harmonie dans un dessin, le rythme dans une histoire, la narration dans une musique… ou vice-versa !

BDE : La Dernière image est une adaptation de votre retour au Kosovo qui aurait dû faire l’objet d’un reportage. Quand vous est venue l’idée de le faire sous forme dessinée?
GJ : Je dois avouer que l’idée n’est pas mienne. Elle est venue de Clotilde Vu, la directrice de la collection Noctambule, au travers d’Emmanuel Moineau. Moi, je voyais tout ça comme un recueil de souvenirs personnels, sans intérêts pour les lecteurs. Clotilde a une capacité de contaminer avec son enthousiasme. Emmanuel était prêt à dessiner l’histoire, alors je me suis laissé tenter. Par la suite, Emmanuel s’est vu offrir la possibilité de réaliser sa propre histoire sur Pierre Goldman, un travail de longue haleine. On a mis à l’essai d’autres dessinateurs, sans arriver à quelque chose de convaincant. Entre-temps, l’idée prenant forme, j’y ai décelé une possibilité qui m’a séduit. Plutôt que de simplement raconter mon vécu, cette histoire pouvait me servir pour un examen des rouages de l’information. Même si au moment d’aborder ce projet, j’étais déjà en train d’abandonner le journalisme, je maintenais des contacts vifs et passionnés avec le milieu. Je présente une série de personnalités du monde du journalisme dans la BD elle-même. J’en interviewe quelques uns des plus remarquables dans le dossier qui suit, mais il y a de nombreux autres journalistes et photographes qui ont contribué à La dernière image avec leurs expériences et leurs confessions. Les nommer tous, reviendrait à un name-dropping ennuyeux pour le lecteur. Mais ce livre n’est certainement pas une réflexion intimiste faite en solitaire et à distance de la profession qu’il examine.

BDE : Comment avez-vous géré le côté émotionnel relatif à ces évènements, qui vous touchent personnellement, au moment du reportage ?
GJ : C’est une expérience que je ne souhaiterai pas répéter. La première fois qu’une équipe de télévision est venu m’interviewer pour mon travail (je venais de sortir un livre), et non pour donner mon opinion sur des événements politiques ou des faits de guerre, j’ai failli pleurer ! De joie.

BDE : Et 12 ans après, lors de son adaptation en bande dessinée ?
GJ : Au départ, je me refusais à la dessiner. Ce n’est que lorsque j’ai eu l’idée de ce traitement narratif particulier (écriture journalistique, pas de dialogues – ce qui automatiquement met une distance avec ce qu’on raconte, et une sorte d’hiatus occasionnel entre le texte et le dessin) que ma décision s’est ébranlé. Étant conscient que l’approche était « casse-cou » (ce n’était pas gagné d’avance, le public pouvait très bien refuser le procédé), je trouvais que le plus honnête était d’assumer moi-même ce choix graphique.

BDE : Un autre sujet est développé dans cet album. Il s’agit de la difficulté de faire un reportage et de véhiculer la bonne information. Malheureusement, vous avez subi cette vérité !
GJ : Oui, mais pour moi cela a été une expérience unique. Je dédie mon livre à ceux qui sont aux prises avec cette réalité jour après jour.

BDE : Le reportage est au centre de l’album mais aussi et surtout les photoreporters. D’où vient cet intérêt pour ces photographes d’un genre particuliers ?
GJ : Parce que nous sommes une société de l’image. L’information lue est « traitée » par le cerveau, mais l’image se dirige à l’émotionnel, sans intermédiaires.

BDE : Pour vous, leur travail est plus difficile qu’un journaliste ?
GJ : Dans mon opinion intime, oui ! Je trouve que le photographe prend bien plus sur lui. Mais vous avez Christophe Chatelot qui s’exprime là-dessus, dans l’une des interviews du dossier du livre. Je trouve que nos avis, plutôt que de se contredire, se complémentent.

BDE : Le titre évocateur « La dernière image » est en rapport direct avec eux ?
GJ : Évidemment. Le titre de travail était tout autre, mais il fallait absolument que le mot « image » soit mis en exergue.

BDE : Le traitement graphique utilisé pour l’album semble influencé par vos expériences de photographe et de journaliste (pas de bulles uniquement des voix off, des teintes ocres comme un vieux négatif de photo). C’est ce que vous aviez décidé de faire dès le début du projet ?
GJ : On en avait parlé avec mon éditrice qui, connaissant mon travail de « peintre fauve » dans Le roi invisible avait quelques inquiétudes (compréhensibles !), mais elles se sont vite dissipées. Il y avait une totale affinité d’idées là-dessus. Une gamme très restreinte s’imposait par le sujet lui-même. Le choix définitif des teintes est le fruit de ma passion pour la peinture au café. Toute La dernière image est réalisée avec des acryliques, des différents types de cafés, et quelques touches d’un thé africain.

BDE : Après ce projet très personnel, quelles sont vos envies ?
GJ : Houlà ! On se bouscule au portillon ! Je suis déjà sur une « contre-histoire » de la révolution cubaine (pour Aire Libre). Je prépare une histoire qui se déroule entre les aborigènes australiens au XIX siècle, encore une autre dans les brumes d’Écosse. Très satisfait de ma collaboration dans la collection Noctambule, il serait fort possible que je répète l’expérience. Côte scénario, je suis sur l’histoire d’une révolte religieuse et sociale dans un Brésil qui vient de se transformer en république (pour Dargaud), j’en prépare une qui se passe à Madrid, en pleine guerre civile (pour Dupuis), une autre qui nous ramène en Chine aux années trente, et… on en reste là, peut-être ? Ça me paraît plus raisonnable.

BDE : Merci d’avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions.
GJ : C’est moi qui vous remercie pour votre intérêt.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 13/07/2012.

Extraits de l’album


© MC Soleil/Jakupi
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*