Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Stéphane Perger – Dessinateur de Scotland Yard

Rencontre avec Stéphane Perger – Dessinateur de Scotland Yard

« Je devrais avoir honte de dire cela, mais Carfax est un sadique de la pire espèce. Un rat parmi les rats. Qui sait se faire oublier quand il le faut. A sa façon, il est remarquablement intelligent pour avoir ainsi joué avec celles qu’il appelait ses proies. Mais en comparaison du monstre véritable, Carfax n’est qu’une fillette… Renfield… Je n’ai jamais connu de cas comme lui. Et j’espère avoir l’opportunité de l’étudier comme il se doit… »

Jamais avare de mettre en avant la formidable collection 1800 de Soleil, Bulle d’Encre vous présente aujourd’hui un de ses albums les plus marquants à travers son dessinateur, Stéphane Perger. Présent à Saint-Malo pour le festival Quai des Bulles, il est revenu avec nous sur son travail sur la série, mais également sur sa première expérience américaine pour un court récit chez Marvel.

Chronique du Tome 1

Retrouvez les premières pages du Tome 1 en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Si je dis que la collection 1800 semble être faite pour toi, es-tu d’accord ?
Stéphane Perger : Euh… quelle drôle de question ! (rires) Je ne sais pas, peut-être. J’aime bien traiter ce genre d’univers, effectivement. Je l’ai déjà fait dans Sequana, où il y avait des rapports assez proches. C’est vrai aussi que la technique que j’utilise marche assez bien avec cet univers, il y a quelque chose qui colle bien. Par contre, la collection n’a pas été créée pour moi, ça c’est sûr ! (rires) Mais on va dire que je m’y intègre bien.

BDE : Ton graphisme et tes couleurs s’adaptent parfaitement à une représentation du XIXème siècle.
SP : C’est assez agréable à faire, comme truc. C’est un univers extrêmement balisé, il y a eu un nombre incalculable de choses qui ont été faites en fiction, on doit donc prendre des chemins différents pour ne pas trop rentrer dans les clichés. Il en faut certains pour resituer, car on est quand même à Londres, avec des passages obligés, un peu de brume, tel ou tel monument, etc. Mais le scénario de Dobbs évite les endroits un peu trop vus. Du coup, ça reste très centré sur les personnages et ça se passe beaucoup dans Hyde Park, un lieu très végétal où l’aspect londonien est un peu moins fort et présent. On se démarque de l’archétype de la fin du siècle. Bon, ce sera moins le cas dans le deuxième tome, où ça se passera beaucoup sous terre ou dans des bâtiments fermés. Ce sera un volume plus claustrophobique, contrairement donc au premier qui était très ouvert avec le parc.

BDE : Gardes-tu une certaine liberté malgré justement cet aspect balisé ?
SP : Totalement, oui. En fait, les univers balisés donnent beaucoup de contraintes mais en même temps on peut y être libre. Car c’est dans les détails qu’on peut faire surgir certaines choses qui pourraient passer pour anecdotiques, mais qui font basculer sur un tout autre genre qui perd son aspect archétypal. Je ne sais pas si je suis très clair ! (rires)

BDE : Si si ! (rires) As-tu aussi lu d’autres albums de la collection pour voir ce qui avait été fait ?
SP : Je ne les ai pas tous lus, mais je les ai regardés. Disons que j’en avais un peu besoin puisque le personnage de Faustine Clerval apparaissait déjà dans le diptyque Mister Hyde contre Frankenstein. Comme elle est importante et qu’on la retrouve dans Scotland Yard, il me fallait la connaître un peu. D’autres, comme Lestrade ou le commissaire Fix, qui sont des personnages issus de la littérature, ne sont pas trop présents dans les bouquins. Du coup, j’ai pu les créer ex nihilo, sans aller voir les têtes qu’ils ont pu avoir dans les films. Je les ai imaginés en fonction de l’histoire, du scénario, et de leur rôle dedans. Ils n’ont pas non plus besoin d’avoir un visage qu’on retrouve de reprise en reprise, c’est juste leur nom qui fait qu’on les reconnaît. C’est vraiment ça : le physique importe peu, le nom suffit. Un autre dessinateur pourra les représenter différemment. Ce qui prouve qu’on a une certaine liberté.

BDE : Est-ce que c’est un plaisir de reprendre ces personnages connus et de les mêler à des créations ?
SP : Oui, c’est plaisant, car on a l’impression de mettre les mains dans la grosse pâte à modeler de toutes ces histoires. C’est un peu ça aussi, un patchwork de toute cette littérature victorienne un peu gothique. On peut faire notre propre création à partir des mêmes éléments. Est-ce que c’est une trahison ou juste une relecture, je ne sais pas… En tout cas, on reste dans cet esprit feuilletonnesque, a priori on n’est pas à côté de la plaque. Il y a même un peu côté jouissif à oser ça. Puisque personne ne nous en empêche, faisons-le ! (rires)

BDE : Le scénario a-t-il été écrit sur mesure pour toi ?
SP : Non, le premier tome était déjà bien avancé. Sur le second, on a pu discuter. Dobbs avait déjà sa trame mais il m’a demandé ce qu’on pouvait ajouter. J’avais quelques idées, ça s’est donc très bien passé. On forme une bonne équipe.

BDE : Quid de Faustine ?
SP : Je l’ai « récupérée » assez facilement au niveau physique, avec mon dessin à moi bien sûr. Elle est intéressante car c’est un personnage féminin assez fort, avec un caractère précis qui était bien écrit. Quand on lit un bon scénario, on s’y plonge très vite et on voit tout de suite ce qu’on a à faire. Si c’est fluide, il n’y a pas de gros problème qui se pose. Et c’est comme ça que ça s’est passé sur cette série. En me demandant de participer, Dobbs et Jean-Luc Istin ne se sont pas trompés, ça me correspond parfaitement.

BDE : Est-ce que ça donne des envies de poursuivre l’aventure 1800 ?
SP : Pour l’instant, je suis dans le Tome 2, ça ne me laisse pas trop le temps d’y penser. Ça me plait mais j’aimerais aussi bien changer de siècle, revenir à quelque chose de contemporain, voire même partir un peu plus loin. Car à chaque fois que je fais un bouquin, le suivant se passe avant. Je remonte le temps ! J’ai commencé en 39/45, puis en 1910, là je suis en 1890… A ce rythme, ça va reculer jusqu’aux dinosaures. (rires) J’aimerais bien donner un coup dans la temporalité pour changer ce cycle.

BDE : En parlant de changement, il y a eu cette parenthèse avec Marvel pour un épisode sur la Vision.
SP : Oui, ça m’a libéré et permis de souffler. J’ai bossé comme un fou mais c’était une bouffée d’oxygène. C’est un domaine que je maitrise à fond car je dessine des super-héros depuis toujours. D’avoir ça qui tombe dans les mains, tu fonces tout de suite, sans réfléchir ! D’autant que c’est arrivé à un moment un peu creux pour moi. Je continue à faire des couvertures, je peux donc toujours dire que c’est une bonne expérience. Les gens de Marvel sont très sympa.

BDE : J’ai lu que tu avais trouvé moins de différences de façons de travailler entre les continents qu’on aurait pu le croire. Confirmes-tu ?
SP : Il n’y en a pas. Ça s’est passé exactement de la même façon qu’avec Tarek, Dobbs ou Léo Henry : des mails, des échanges… sauf que c’était en anglais, c’est tout. Sinon j’ai reçu un scénario, j’ai fait un story-board, ils m’ont corrigés certaines choses, je leur ai renvoyé. Petit à petit, on fait les planches, voilà. Par contre, le rythme est supérieur. J’ai fait 30 planches en trois mois, alors que là j’en fais 46 en un an. Bien sûr, les pages de comics sont plus petites, ça foisonne moins de détails. Et comme tout est concentré, on peut n’avoir qu’une seule image sur une planche, et un maximum de 6 cases, contre souvent 8 ou 9 pour du franco-belge. C’est donc quand même plus rapide à dessiner.

BDE : Les lecteurs américains ont-ils apprécié ton style et surtout tes couleurs, bien loin du modèle habituel chez eux ?
SP : Pour Marvel, je les ai justement travaillées un peu différemment. C’est à dire que j’ai quand même fait le dessin à la main et un encrage aquarellé comme je peux faire les couleurs. Sauf que, par besoin et par envie aussi d’avoir des couleurs plus vives, plus « comics », je suis passé par l’ordinateur. Vu qu’il y a ce traité derrière qui reste au pinceau, en clair-obscur, la couleur à l’ordinateur habille tout ça. Ça reste quand même un peu doux, pas trop informatique.
Dans le recueil Avengers : Origins, il y a d’ailleurs un bon panel de ce qui peut se faire. Il y a notamment Stéphanie Hans qui travaille directement à l’ordinateur, du dessin jusqu’au rendu final, c’est un travail pictural un peu plus prononcé. Le mien est un passage entre le « fait main » et l’ordinateur.

BDE : Quel effet ça fait d’avoir son nom sur une couverture siglée Marvel ?
SP : Ben… rien ! (rires) C’est toujours pareil : de loin, ça semble une montagne, et en fait, quand on la gravit, on se dit que c’était finalement une colline. Comme beaucoup d’autres, je pense que je me satisfais peu. On veut toujours aller de l’avant, on ne se contente pas du dessin qu’on vient de faire. Il y a un truc étrange avec le livre imprimé. C’est qu’on est toujours à fond, on est hyper motivé, on fait l’album, on envoie les planches, on sait que ça va être imprimé et la peur ultime est de recevoir le bouquin. Je déteste recevoir le carton avec le livre qui vient de sortir de l’imprimerie, ça me fait flipper ! Je l’ouvre toujours avec beaucoup d’angoisse. Je le regarde de loin, en espérant que ça ressemble à quelque chose. Après je commence à l’ouvrir un peu mais c’est très long. Des fois je le laisse un peu trainer, j’attends. Il y a un rapport un peu bizarre. (rires)

BDE : C’est l’insatisfaction perpétuelle de l’auteur ?
SP : On est un peu obligé sinon on n’avance pas. Donc ce n’est jamais parfait, ce n’est jamais ce que je voulais. Comme ça je suis sûr que la prochaine fois sera mieux. Toujours !

BDE : Merci beaucoup !
SP : Merci à toi.

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 octobre 2012.

Suivez toute l’actualité de Stéphane Perger sur son blog.

Premières pages du Tome 1

© MC Productions/Dobbs/Perger
© Marvel Comics Panini France S.A.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*