Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Aurélien Morinière et Nicolas Otéro – Dessinateurs de New Beijing et New Moscow

Rencontre avec Aurélien Morinière et Nicolas Otéro – Dessinateurs de New Beijing et New Moscow

« Est-ce vraiment une bonne idée de quitter la ville?
– Je pense que c’est plus sage en effet… Nous n’avions guère de liberté sous le régime du Black Order… Je crains que ce soit pire avec le capitalisme d’état à la chinoise! Le mieux, crois-moi, c’est de se réfugier quelque part où on nous fichera la paix pour de bon! Après tout, nous avons bien mérité quelques années de vacances, non? »

Face au succès de la série, les éditions Glénat ont rapidement décidé de lancer un deuxième cycle à Uchronie(s). Présents à Saint-Malo pour le lancement de ces nouveaux univers, Aurélien Morinière et Nicolas Otéro sont revenus avec nous sur leur participation à la saga uchronique écrite par Corbeyran.

Chronique des Tomes 1 de New Beijing et New Moscow

Bulle d’Encre : Bonjour ! La question qui tue : pouvez-vous me faire un résumé clair et concis du premier cycle ?
Nicolas Otéro : Ah ok, tu attaques comme ça ?! On a droit à combien de temps ? (rires)
Aurélien Morinière : Comme on n’a pas beaucoup de temps, on va commencer tout de suite…

BDE : C’était une question éliminatoire pour que vous dessiniez ce deuxième cycle ?
NO : Oui, c’est ça, c’était le test d’entrée chez Glénat. (rires)
AM : Moi non, je n’ai pas eu de questions du tout !

BDE : Plus sérieusement, vous n’avez pas eu besoin de comprendre l’histoire pour vous plonger dans cette suite ?
NO : Non, Corbeyran m’a dit de faire comme je voulais. Je pouvais lire les albums d’avant ou pas, il n’y avait aucune obligation. J’avais juste besoin d’identifier les personnages principaux.
AM : Il n’y a pas forcément un lien, donc ça ne dérange pas.

BDE : Moscou, Pékin… C’est un hasard ou avez-vous été choisis pour vos tendances communistes ? (rires)
NO : Ah ah ! Ça se voit tant que ça ?! Peut-être que ça commence à se savoir… (rires)
AM : Il faudrait demander à Corbeyran ! On est peut-être ses deux petits gauchistes !
NO : Ou alors il ne prend que des chauves. Je ne sais pas si Louis Lachance (NDR : dessinateur de New Delhi) est chauve… il y a des chances qu’il le soit ! (rires) C’est vrai qu’on ne le connait pas encore, puisqu’il vit au Québec.
AM : Pour revenir au communisme, puisque c’est important, je suis totalement rouge, rouge vif, je dois l’admettre.
NO : Personnellement, je ne suis pas encarté mais ce n’est pas loin.

BDE : Avez-vous eu le choix pour l’univers que vous deviez dessiner ?
AM : Ah non, pas du tout.
NO : Moi oui !
AM : Quoi ? Tu as choisi, toi ? C’est vrai ?
NO : Oui !
AM : Comment ça se fait ?
NO : Ben j’étais le premier sur le plan, alors j’ai dit « Moscou, ça me branche ». Voilà ! (rires) Par rapport aussi à ce que j’avais fait avant sur Amerikkka, je trouvais que c’était intéressant.
AM : Alors si je n’ai pas choisi, c’est peut-être parce que j’étais le dernier sur le projet ?
NO : Je n’en suis pas sûr. C’est peut-être par rapport à ton travail sur Tengiz et tes capacités à dessiner des décors asiatiques.
AM : Tu n’avais le choix qu’entre New Delhi et New Moscow ?
NO : Non, il y avait encore les trois.
AM : Décidément, on se pose des questions ! (rires)

BDE : Oui, tout se découvre après !
NO : Finalement, on nous a juste demandé si on voulait bosser avec Corbeyran et on a dit oui ! (rires) Personnellement, il était venu me voir au festival de Blois il y a deux ans je crois, en m’annonçant que Glénat voulait relancer la série.
AM : C’est au même moment qu’on me l’a demandé, à Blois aussi.
NO : Moi, ça m’intéressait, bien sûr. Ensuite, à Angoulême, j’ai vu Philippe Hauri (NDR : directeur éditorial de Glénat). C’est là que j’ai dit avoir une préférence pour New Moscow. Et banco !

BDE : Le premier cycle imposait beaucoup d’architecture, mêlée à des influences très précises. Comment l’avez-vous appréhendé ?
NO : Très bien puisque c’est ce qui est intéressant, d’intégrer ces éléments culturels.
AM : Ça demande beaucoup de recherches, mais ça reste assez simple. Par exemple, sur New Beijing, il y a des éléments qui rappellent la Chine, mais en soi la ville de New York, avec ses buildings, n’est pas antinomique avec la Chine actuelle. Par contre, pour New Moscow, il a du mettre des poils partout, avec les chapkas ! (rires)
NO : En fait, je me suis mis un peu de pression tout seul. J’avais envie de faire un truc bien… contrairement à ce que ça devait être ! (rires) Non, c’est vrai !
AM : Vraiment ? (rires)
NO : Ouais ! On coupera au montage ? (NDR : NON !) Bon… Comme New York est une ville tellement variée de partout, tout peut être cohérent et crédible. Il y a bien le quartier russe de Little Odessa, comme il y a Chinatown pour New Beijing. Ce n’est finalement pas si compliqué d’imaginer ça. Et comme c’est une uchronie, tout passe. Au tout début, ça m’a fait flippé. Je ne savais pas quelle direction prendre, d’autant que je n’avais pas lu les premiers bouquins. Mais c’était tout aussi excitant.

BDE : Et depuis, avez-vous jeté un œil aux précédents titres ?
AM : Regardé, oui.
NO : Par contre, j’ai lu New Beijing, c’est vraiment bien.
AM : Oui, on se lit, quand même ! (rires)

BDE : Aurélien, tu n’as pas eu le premier choix et en plus ton album est sorti en premier !
AM : Oui, c’est comme ça !
NO : Je me souviens en avoir parlé avec Corbeyran, pour savoir ce qu’il voulait comme ordre. Il avait déjà tout planifié, en confirmant que ça commencerait à New Beijing.
AM : En sachant que la première scène de l’album est la dernière image du tome Épilogue.
NO : Scénaristiquement, il est vraiment balaise !

BDE : Est-ce que c’est quelque chose d’important de travailler avec quelqu’un comme lui ?
NO : Je connaissais le personnage…
AM : Oui, c’est pareil pour moi, on se connaissait humainement.
NO : Je savais qu’il était réputé pour la richesse de sa production mais c’est vraiment bien de bosser avec ce mec. Je m’attendais presque à ce qu’il soit plus directif.
AM : Mais son découpage est très précis.
NO : C’est ça, il te livre un scénario clé en main, c’est bien foutu.
AM : Du coup, après il n’y a pas vraiment de raison de chambouler les choses, il maitrise tellement son truc. Avec son expérience, il se pose toutes les bonnes questions en terme de narration et visuellement. S’il y a des modifications à proposer, il n’y a pas de souci. Mais ça arrive rarement car tout tombe assez juste.
NO : Il a aussi travaillé avec suffisamment de dessinateurs pour savoir qu’on aime aussi bien s’approprier le truc. Comme dit Aurélien, s’il y a des petites variantes de mise en scène à faire, il est réceptif. Et étonnamment par rapport à une série aussi structurée – je l’ai vu avec des personnages du Tome 1 qu’il fera finalement un peu plus intervenir par la suite – il se laisse une marge d’évolution. Je pense qu’il a bien aimé la gueule de certains. Mais tu sens que son architecture de récit est énorme.
AM : De toute façon, quand il propose à quelqu’un de travailler avec lui, c’est qu’il a regardé ce qu’il fait avant.

BDE : Dans le premier cycle, il y avait une grande unité graphique entre les univers. Cette fois, ça semble plus libre.
AM : Ça se voit sur New Moscow et encore plus sur New Delhi. Contrairement au premier cycle, où les trois dessinateurs se retrouvaient dans un même genre réaliste, les techniques et les façons de dessiner sont vraiment très différentes. Et je trouve que ça correspond bien aux univers traités. C’est pour ça que je trouvais que les choix étaient bien vus.
NO : J’avais eu cette question vis à vis de Franck Marguin, notre directeur de collection chez Glénat, et de Corbeyran, parce que je voyais bien que mon style ne correspondait pas à ce qui avait été fait avant. Ils m’ont dit qu’il n’y avait pas de souci, tant que ça ne partait pas non plus n’importe où. Ils avaient clairement une autre idée pour ce cycle.
AM : Oui, ils ont fait un choix volontairement différent du premier cycle. Chacun a cette fois une identité visuelle propre. Je trouve ça intéressant.
NO : De toute façon, je ne sais pas dessiner autrement ! (rires) Ça m’a un peu stressé sur les premières planches, où je bridais un peu mon style. Pour bien connaître le dessin d’Aurélien, je savais aussi que ça ne se ressemblait pas. Et puis ce n’est pas comme ça qu’il fallait faire, alors j’ai lâché les chevaux et je me suis fait plaisir.
AM : Je me suis posé pas mal de questions aussi. J’ai moins stressé sans doute mais j’ai dû apprendre à apprivoiser le truc. Ça prend plus de temps mais c’est chouette à faire.

BDE : Le fait que vous vous connaissiez bien pour avoir travaillé tous les deux chez Emmanuel Proust a-t-il joué ?
NO : Non, je ne crois pas.
AM : Ils voulaient des chauves…
NO : C’était des envies capillaires plus qu’autre chose !

BDE : Avez-vous partagé vos travaux en cours ?
NO : On était censé envoyer les planches pour qu’on se tienne un peu tous au courant mais j’ai lâché l’affaire assez vite ! (rires)
AM : Par contre, pour les personnages communs…
NO : …pour ça, on s’est tenu au courant. Mais je n’avais pas envie d’être parasité par ce que faisaient Aurélien ou Louis. Je suis un stressé de base, je me suis monté la tronche tout seul ! (rires)

BDE : La suite va être plus simple alors ?
NO : Ah oui, c’est le kiff absolu. En plus, j’ai changé de vie car j’ai déménagé, alors j’attaque. Je suis libéré de cette pression que je me suis mise tout seul, le scénario est nickel, je me suis approprié les personnages… tout va vraiment bien ! On s’est aussi recadré, avec Franck Marguin, sur les décors. Il m’a dit que c’était vraiment important alors que je ne savais pas trop que c’était une partie essentielle de l’ensemble, par rapport au premier cycle.
AM : Pour moi c’est plus simple, tout se passe dans des prisons ou des caves ! (rires)
NO : Alors que mes scènes à moi… En plus, Corbeyran fait ça laconiquement, du genre « très belle vue d’ensemble du pont de Brooklyn »… Sur le coup, ok, mais après il faut se lancer et c’est long ! (rires)

BDE : Merci beaucoup pour cet entretien plus qu’agréable !
NO : Déjà ? Comme le temps passe vite quand on est heureux !
AM : Super, merci à toi !

Propos recueillis par Arnaud Gueury.

Interview réalisée le 27 octobre 2012.

© 2012 Éditions Glénat/Corbeyran/Morinière/Otéro
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*