Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Jeangot T1 (Sfar, Oubrerie, Bruno) – Gallimard – 14,50€

Jeangot T1 (Sfar, Oubrerie, Bruno) – Gallimard – 14,50€

Parution : 11/2012

Niglaud le hérisson s’étonne de tant d’années passées au coté des Manouches. Car, c’est bien connu, les Manouches, les Roms et autres Tziganes mangent volontiers, quand les poules viennent à manquer, du hérisson. Un heureux événement se fête dans la roulotte de la famille Renart: le petit Jeangot est né. Niglaud, hérisson d’élevage de la famille, se retrouve alors offert au rejeton par un cousin attentionné. Et c’est ainsi que l’aliment devint l’ami indéfectible qui nous narre la formidable histoire de Jeangot Renart. Une histoire manouche ne serait rien si elle ne parlait pas d’errance et de migration. De Belgique, son lieu de naissance, la famille Renart et Niglaud voyagent vers la chaleur du midi, en Italie et enfin au Maghreb pour échapper à la crémation générale des Tziganes du milieu du XXème siècle. Monsieur Renart disparaît. Les jeunes s’initient à la musique pour passer le temps, jusqu’au jour où Madame Renart, las d’attendre le retour du pater familias, décide de rentrer à Paris. La musique ne quittera plus Jeangot et Niglaud. Enfin surtout Jeangot, dont le talent ira croissant à l’instar de sa popularité auprès de la gent féminine.
Quand Joan Sfar (Klezmer, Le Chat du Rabbin) rencontre Clément Oubrerie (Aya de Yopougon, Zazie dans le métro) on s’imagine, sans jeu de mots facile, que ça va forcément swinguer. Le premier, fort d’une bibliographie plus importante, ne cache pas son intérêt pour l’Europe de l’est et pour les populations tziganes. On retrouve ici la liberté de ton et la sensibilité poétique familière au travail de Sfar. Ce qui est plus singulier, c’est le dessin et la mise en scène de Clément Oubrerie. Celui-ci semble, avec la participation de Philippe Bruno, avoir pris le contrepied de la série Aya où il exploitait une palette de couleurs propre au récit ivoirien, plus cinglante de lumière. L’incarnation animale des personnages semble donner plus de liberté au trait et dévoile un autre aspect du travail de ce dessinateur dont on avait pu entrevoir la capacité à rendre, de manière très simple mais remarquable, l’aspect des textures. Sans en mesurer encore vraiment l’étendue, Jeangot laisse voir au lecteur le talent graphique de Clément Oubrerie, sans dédaigner bien sûr la qualité du scénario.
Quelques notes d’humour, un rythme saccadé sur le temps de l’histoire et le contretemps de la narration, une ritournelle accrocheuse comme une amitié de longue date et quelques solis mélodiques pour la séduction, un partition esthétique qui va faire taper du pied à bien des lecteur mélomanes, ou pas.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*