Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Skalito Yoshimoto – Auteur de Machination

Rencontre avec Skalito Yoshimoto – Auteur de Machination

A l’occasion du Festival International de la BD d’Angoulême, nous avons rencontré le surprenant Skalito Yoshimoto, afin de parler de sa première bande dessinée, parue il y a tout juste un an, Machination, chez Les Requins Marteaux.

Bulle d’Encre : Bonjour Skalito Yoshimoto ! Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous nous indiquer votre parcours jusqu’ici ?
Skalito Yoshimoto :
J’ai fait des études d’arts plastiques à la fac, pour faire plaisir à ma maman, je lui avais dit que je deviendrai professeur… Mais j’ai démissionné au bout de quelques mois. Après quelque temps à soulever des parpaings et à malaxer du ciment sur des chantiers, j’ai fini par travailler dans le dessin animé pour enfants un peu partout en France et à l’étranger.

BDE : C’est donc votre première BD ?
SY :
Oui, c’est la première fois que je rassemble un tout dans quelque chose de consistant. Auparavant, plusieurs univers naissaient à droite à gauche, mais ça n’aboutissait jamais. Puis je me suis intéressé très tardivement aux mangas, aux techniques et manières de faire de leurs auteurs, à la trame, aux traits… Je me suis plongé dedans, j’ai essayé d’imiter le style, et ça m’a permis d’aboutir à un projet. C’est de cette contrainte, de ce travestissement, que Machination est né.

BDE : Votre album est sorti en janvier 2012. Pourquoi avoir choisi de faire une bande dessinée en noir et blanc ?
SY :
Lorsqu’on commence à faire de la bande dessinée, on fait surtout du fanzine, on distribue des BD en noir et blanc essentiellement. Pour le fanzine de manière plus prosaïque, on est moins trahi par la reproduction, avec un dessin à la trame et aux traits. C’est aussi cela qui m’a attiré vers le procédé utilisé par le manga. C’est un bon moyen pour distribuer ce que je fais, pas cher sans détérioration via la photocopie. J’habite à Montpellier, il y a énormément de fanzines…

BDE : Vous participez à certains fanzines ?
SY :
Oui, je participe surtout au fanzine En Traits Libres, qui est un atelier. Une des personnes les plus connus qui y travaille est Matt Konture, qui publie chez L’Association.

BDE : Comment s’appelle le personnage principal, et pourquoi ne pas lui avoir donné la parole ?
SY :
Il s’appelle Gordon ! Il se démène dans cette machination, dont il devient le grain de sable… En fait, quand je faisais Machination, j’entendais plein de bruits complètement inarticulés dans ma tête, plein de petits borborygmes. Il n’y avait pas de place pour quelque chose d’articulé ou d’audible. Tout n’est qu’actions et réactions, sans arrêt. Il n’y a pratiquement pas de temps mort, comme un 33 tours de hard-rock passé à 78 tours.

BDE : L’histoire commence par une situation banale, puisque Gordon insère une pièce dans un distributeur, et se fait prendre sa boisson. Où avez-vous puisé cette imagination pour la suite, avec ce délire surréaliste ?
SY :
Pour construire une BD, il faut faire énormément de dessins, construire des univers, qui sont complètement éparses. Dans mon cas, à un moment donné, ces univers commencent à devenir cohérents. On peut les mélanger, et ils commencent à interagir presque tout seul les uns avec les autres. Ils se répondent, même sans parole. Tout de suite, il y en a qui sont les uns contre les autres, certains sont complètement abandonnés, d’autres s’associent… Finalement, l’histoire se fabrique pratiquement d’elle-même. C’est comme un jeu ! Pour moi, lorsqu’on fait de la BD, il ne faut pas oublier qu’on s’amuse, et qu’on espère entrainer un peu les autres avec nous. Avec cette première BD, je n’avais aucune prétention, à part le fait de me faire plaisir, et surtout explorer quelque chose d’original. Je voulais faire quelque chose que j’avais envie de voir, et en même temps que je n’avais jamais vu.

BDE : D’où vous vient l’inspiration pour vos dessins ? Avez-vous des auteurs de référence ?
SY :
Il y a pleins d’auteurs qui m’ont influencé, en particulier l’auteur muet américain Jim Woodring, ou le japonais Isami Nakagawa. Plus récemment, j’ai été frappé par l’univers de Yuichi Yokoyama.

BDE : Pour finir, comptez-vous faire une suite ? Pouvez-vous nous indiquer vos projets futurs ?
SY :
Ça ne sera pas vraiment une suite, mais je suis en train de réaliser une histoire qui se passe en parallèle de celle-ci. On croise un des personnages de Machination qui traverse la case. Les personnages se croisent sans se voir, car chacun a son problème et son histoire, mais les deux histoires se croisent rapidement comme ça…

Propos recueillis par Aurélie Maillot.

Interview réalisée le 2 février 2013

Suivez toute l’actualité de Skalito Yoshimoto sur son blog.

© Les Requins Marteaux 2012/Yoshimoto
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*