Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Guillaume Bouzard – Auteur de La Bibite à Bon Dieu

Rencontre avec Guillaume Bouzard – Auteur de La Bibite à Bon Dieu

Pour l’année 2013, le Prix Charlie-Schlingo a été remis à Guillaume Bouzard, avec son album qui est arrivera dans quelques jours en librairie : La Bibite à Bon Dieu, chez les Requins Marteaux. L’occasion pour nous de le rencontrer à Angoulême et de revenir sur sa carrière d’auteur humoristique.

Bulle d’Encre : Bonjour Guillaume Bouzard ! Tout d’abord, pouvez-vous nous parler de ce qui vous a poussé à faire de la bande dessinée humoristique ?
Guillaume Bouzard :
Tout simplement la passion ! J’étais abonné à Spirou dès l’âge de huit ans, et j’ai découvert Les Tuniques Bleues. Depuis, je n’ai eu qu’une envie : faire de la BD. J’ai pensé dès cet âge-là à en faire mon métier, et je n’ai jamais lâché l’affaire.

BDE : Votre premier album, La Nuit du Canard-garou, est publié en 1994 chez Les Requins Marteaux. Quel lien avez-vous avec cette maison d’édition, sachant que dix-neuf après, ils éditent toujours vos bandes dessinées ?
GB :
Ce sont des gens que j’estime, et qui m’ont soutenu dès le début, puisque mon album était un des premiers chez les Requins Marteaux. Je suis assez fier de ça ! Ce sont des amis, il n’y a jamais eu aucun problème avec eux, c’est pour ça que je suis content d’avoir sorti ces albums chez eux.

BDE : Mais pourtant vous avez été publié chez d’autres éditeurs ?
GB :
Oui, car financièrement, ce n’est pas toujours simple avec les Requins Marteaux, qui sont une petite maison d’édition indépendante. Il faut bien que je gagne ma vie aussi, je publie donc dans d’autres maisons d’édition où je me sens bien aussi. Mais c’est vrai que les Requins me tiennent à cœur.

BDE : Entre 2004 et 2008 est publiée The Autobiography of me too, en trois parties. Glissez-vous toujours des éléments autobiographiques dans vos œuvres ?
GB :
Oui, il y a toujours quelque chose que je prends dans la réalité de ma vie, même si c’est détourné. Je m’inspire beaucoup de tout ça.

BDE : Par exemple, le nom du village dans La Bibite à Bon Dieu, ce n’est pas un hasard ?
GB :
Oui, c’est fait exprès ! (rires) Autant y aller à fond !

BDE : Depuis mai 2012, vous avez un blog, que vous avez d’abord tenu seul avant d’être rejoint par James. Quels sont les avantages de ce format ? Comment a débuté cette collaboration et comment se déroule-t-elle au quotidien ?
GB :
Ça faisait longtemps que j’avais envie de faire du dessin de presse et, le soir des élections présidentielles, je me suis lancé, en faisant un dessin par jour. J’ai crée le blog, mais au bout de trois mois, ça commençait à me saouler, et ne plus trop m’intéresser. J’avais demandé à James, qui lui aussi voulait faire du dessin de presse, de travailler ensemble. Du coup, il a pris la relève, et depuis quelques mois je suis absent du blog. Je n’ai plus le temps, je fais plein de choses à côté.

BDE : Votre dernière bande dessinée, La Bibite à Bon Dieu, est publiée ce mois-ci, dans la collection BD Cul des Requins Marteaux. Pourquoi avoir choisi de mettre en scène un homme d’église et ses paroissiennes ?
GB :
Ça doit être un vieux fantasme que j’ai… L’homme d’église, les femmes qui se confessent, ça m’a toujours intrigué ! C’est vrai que je me suis carrément mis dans la peau du curé, allons-y gaiement ! Mais si j’étais curé, ça serait pour les mauvaises raisons…

BDE : Ce n’est pas un choix qui a été fait dans le but de provoquer ?
GB :
Non, non. Je pense que tellement de choses ont été vues et faites que ça ne va pas choquer qui que ce soit. C’est vraiment dans le but de faire de l’humour. Peut-être que des gens vont être choqués, mais bon…

BDE : Pour finir, pouvez-vous nous dire quels sont vos projets à venir ?
GB :
Je n’ai pas de projets spéciaux pour l’instant. Je travaille pour la presse, pour Spirou, pour Fluide Glacial, pour So Foot, donc je fais mes planches tous les mois, et il m’arrive de faire un album de temps en temps. Mais je ne fonctionne pas sur un album qui en enchaine un autre, donc pas de nouveau projet pour le moment.

Propos recueillis par Aurélie Maillot.

Interview réalisée le 2 février 2013

© Les Requins Marteaux 2013/Bouzard
Photo © Bulle d’Encre/Sarah Gourvil
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*