Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Missive posthume pour un cher ami

Missive posthume pour un cher ami

Lettre à Hergé est le dernier ouvrage de Jean-Marie Apostolidès, paru le 28 février dernier aux Impressions Nouvelles. Cet éditeur belge, qui a publié Entretiens avec Joan Sfar fin 2012, continue de s’intéresser aux auteurs de bande dessinée et de proposer au lecteur des clefs de lecture.

Benoit Peeters, Numa Sadoul, Pierre Assouline, Albert Algoud, Philippe Goddin, Jan Baetens, Henri Van Lier, Cyrille de Mozgovine, Stéphane Steeman et Marcel Wilmet entre autres, ont participé à la construction d’un courant théorique d’analyse de l’œuvre d’Hergé et du personnage à houppette. Apostolidès a également nourri une biographie conséquente sur ce sujet qui le passionne. Mais il prend ici la posture du syncrétisme Hergéen le plus absolu et rend hommage à tout les auteurs qui lui ont permis d’abonder de nouveaux arguments, de nouveaux points de vues, des analyses complémentaires et d’écrire tout cela à Hergé lui-même.

Avec beaucoup de déférence et d’admiration, il ouvre une correspondance avec le défunt. Il ne manque pas de le renvoyer à son enfance, aux lectures qui auront inspiré le personnage de Tintin, avant de dire tout de go qu’Hergé s’est bien gardé de faire référence à ses influences infantiles. Ou, pour être exact, de les avoir évoqué avec discrétion. Il y a eu un Tintin avant Tintin, celui-ci tient le premier chapitre du livre, où l’auteur s’intéresse à Georges Rémi enfant.

Mais le jeune auteur au Petit Vingtième, journal d’obédience catholique et à la portée ouvertement politique, n’est pas en reste. Apostolidès interroge également le lectorat de la première heure de Tintin, quand ce dernier était bel et bien vivant et envoyait ses rapports d’enquêtes à Hergé pour que celui-ci les mettent en images. C’était le délire quand il arrivait à la gare de Bruxelles et les lecteurs s’empressaient de toucher ce pastiche du héros de papier.

Ce ne fut plus le cas de la seconde génération de lecteurs, ni même la volonté de l’auteur qui s’est détaché du réel, pour donner à l’univers de Tintin son autonomie dans le monde de la fiction.

Apostolidès pose ces questions parmi d’autres, donne ses réponses et l’écrit à Hergé comme s’il s’agissait d’un ami de longue date. Comme si à chaque fois qu’il a eu l’occasion d’ouvrir un des albums d’Hergé ou un livre qui lui était consacré, il y avait vu un message qui lui serait parvenu. Une information qu’Hergé lui aurait jusque-là cachée et qu’il lui dévoilait à cet instant précis, par jeu, par goût du mystère, pour encourager l’aventure qui étreint chaque lecteur de Tintin.



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*