Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jacques Ferrandez – Auteur de L’Étranger

Rencontre avec Jacques Ferrandez – Auteur de L’Étranger

«L’étranger, c’est l’histoire d’un homme condamné à mort pour n’avoir pas pleuré à l’enterrement de sa mère.» (Albert Camus)

Lors de la conférence de presse de la dixième édition des rencontres du 9ème Art d’Aix-en-Provence, un auteur était présent pour parler de son adaptation de L’Étranger d’Albert Camus et de l’exposition éponyme qui aura lieu du 30 mars au 27 avril 2013 à la Cité du livre de la ville. Vous l’avez compris, il s’agit de Jacques Ferrandez qui a gentiment accepté de répondre à quelques questions pour Bulle d’Encre. Et nous vous en livrons le contenu ici. Notez que l’ouvrage n’est pas encore présent dans les librairies et sortira le 12 avril 2013 dans la collection Fétiche des éditions Gallimard (en avant-première pour le festival).

Chronique du Tome 10 des Carnets d’Orient

Retrouvez des extraits exclusifs de L’Étranger en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! Jacques Ferrandez, on ne vous présente plus maintenant. Vous êtes une figure emblématique du monde de la bande dessinée. Et ma première question portera sur l’intérêt que vous avez pour les adaptations de romans ou encore d’expériences personnelles. Quelle est votre motivation pour ce genre de publications ?
Jacques Ferrandez : Bonjour ! D’abord, c’est l’intérêt pour un auteur ou une œuvre. Cela ne se fait pas par hasard. Ce ne sont pas des commandes d’éditeurs par exemple. Quand j’ai travaillé sur Pagnol, c’est parce que j’aimais cela et que j’avais peut-être envie de percer le secret de cette manière qu’a Pagnol de raconter des choses graves sur un ton léger. C’est ce qui m’intéressait. Quant à Camus, il y a l’histoire liée vraiment à mes origines aussi. C’est l’Algérie. Camus est arrivé très jeune à Alger et a vécu dans le quartier où je suis né moi-même.

BDE : Pour L’Étranger, comment le choix s’est-il fait ?
JF : Cela fait suite à une nouvelle que j’avais adaptée, L’Hôte, extraite de L’Exil et le Royaume. Comme cela s’était vraiment bien passé chez Gallimard, à la fois avec l’éditeur et aussi avec les ayant-droits – c’est-à-dire Catherine Camus, que j’avais rencontrée à l’époque et qui avait beaucoup accompagné et défendu mon travail – ils m’ont proposé de travailler sur un autre texte de Camus. L’Hôte a été très bien accueilli car on en est à la cinquième édition. Nous nous sommes donc fixé sur L’Étranger qui pour moi est à la fois un texte emblématique mais aussi un texte mythique par rapport à l’auteur lui-même. Par rapport à ce que cela dit de cette situation coloniale en Algérie, peut-être aussi avec ce meurtre de l’Arabe sur la plage. Ce roman dit beaucoup de choses, pas seulement par rapport à l’Algérie mais aussi de façon universelle. Meursault est une figure, on le sait, qui est très commentée. C’est un des romans les plus traduits. Et contrairement à L’Hôte qui était une nouvelle un peu confidentielle, on était sur un roman pour lequel il y avait un enjeu beaucoup plus important. J’ai considéré qu’il ne fallait pas trop que je m’arrête à ça. Autrement, j’aurais posé mes crayons et je ne me serais jamais lancé dans l’aventure. De toute façon, pour moi, L’Étranger ce sont les images. C’est-à-dire que, quand je lis ce genre de roman – c’était déjà le cas pour L’Hôte – je visualise les personnages, les situations, les décors, les ambiances. Et donc, pour moi, c’était une manière de me mettre au service de ce texte pour le traduire à ma façon. Après, la traduction c’est toujours la trahison aussi. Pas par rapport à l’œuvre, car je considère que je reste très fidèle. Je reprends les dialogues d’Albert Camus mot pour mot. Je n’ai rien ajouté de ma plume au niveau dialogue. Non, je parle de trahison par rapport aux lecteurs car nombre d’entre eux, qui se sont appropriés le texte, ont leur vision de Meursault, des situations, des physiques des différents personnages et des lieux.

BDE : Vous avez travaillé pendant plus d’une année sur ce projet. Comment avez-vous procédé ?
JF : D’un point de vue technique, il y a eu de nombreuses lectures du texte pour m’en investir complétement. Ensuite, il y a eu le travail d’adaptation. C’est-à-dire que j’ai pris la structure de L’Étranger qui est en deux parties de valeur égale en terme de pagination.
La première, c’est la vie un peu insouciante. Cette sorte de bonheur sans problème de Meursault, un employé qui vit à Alger et qui vient d’enterrer sa mère comme on le sait. La première phrase – « aujourd’hui, maman est morte ! » – est d’ailleurs célèbre. Et il va se retrouver brutalement confronté à une situation qui va faire complètement basculer sa vie. Donc, il s’agissait pour cette première partie de mettre en scène les éléments chers à Camus : la mer, le soleil. Et cet épisode-là se passe sous une chaleur accablante dès le début. De l’enterrement de la mère jusqu’au meurtre sur la plage.
Ensuite, il y a une deuxième partie beaucoup plus sombre et sourde, au sens où Meursault est enfermé. C’est la prison, le cabinet du juge d’instruction, le procès jusqu’à la peine de mort qui sera prononcée. On est sur l’aspect beaucoup plus tragique de la condition du personnage. J’ai vraiment respecté tout cela. J’ai proposé un découpage de 128 planches en essayant de condenser. Contrairement à L’Hôte où là j’ai pu dilater le temps, car sur une nouvelle de 20/25 pages, je disposais de 60 planches avec de nombreuses scènes silencieuses.
Ici, je devais condenser car le roman fait près de 200 pages, peut-être un petit peu moins. J’aurais pu envisager l’adaptation sur 200 voire 300 pages de bande dessinée, mais j’ai préféré le faire tenir sur un volume plus réduit. Ce qui oblige à faire quelques petits raccourcis tout en essayant de garder le rythme et en gardant l’essentiel des dialogues aussi. Tout ce travail d’adaptation a été validé par Gallimard et Catherine Camus. Après, j’ai fait tout le découpage dessiné double page par double page de façon à voir comment disposer les séquences entre elles, la manière d’énoncer une scène avec la narration elle-même, les cadrages qui doivent restituer une certaine ambiance. Il faut que l’on sente effectivement la chaleur. Tout ce travail de découpage et de story-board est en noir et blanc. Mais, en même temps, comme je fais moi-même mes couleurs, je visualise ce que pourront être les ambiances de couleurs par rapport à ce que j’ai envie de rendre. J’ai procédé de manière chronologique en envoyant régulièrement les planches à Gallimard et Catherine Camus pour validation et pour échanger. Tout s’est passé de manière rêvée car j’ai eu une écoute très attentive de la part de mon éditeur sur le travail que je faisais avec beaucoup de discussions.

BDE : Quelle genre de discussions par exemple ?
JF : Par exemple, il fallait savoir comment je figurais Meursault. Quel physique je lui donnais. Comment j’allais représenter les autres personnages. Et surtout, comment j’allais aborder la scène centrale du livre : le meurtre de l’Arabe. Est-ce qu’il fallait que cela puisse passer pour un simple crime raciste gratuit ou bien fallait-il y voir autre chose ? Il y a également toute la complexité du rapport colonial entre les différentes populations dans ce pays. C’est pour cela que j’ai situé l’adaptation à l’époque où le roman a été écrit. L’Étranger est sorti en 1942. Albert Camus l’a probablement écrit dans les années 30 (1939-1940). D’ailleurs, l’auteur avait fait ce que l’on peut considérer aujourd’hui comme un brouillon, non publié à l’époque, La Mort heureuse. C’est pour cela que j’ai situé mon adaptation dans Alger juste avant la deuxième guerre mondiale. Beaucoup de discussions avec l’éditeur pour éclaircir les quelques points qui pouvaient être, pour moi, mystérieux ou aléatoires. Car même après avoir passé un peu plus d’un an dessus, je ne pense pas en avoir fait le tour. Il fallait en plus conserver, dans ma version, le mystère du personnage. Est-ce que c’est quelqu’un d’indifférent à tout ? Est-ce quelqu’un qui, parce qu’il ne sait pas mentir ou ne veut pas jouer le jeu des convenances, va se trouver condamné par une société dont il n’a pas pris la mesure des codes ? C’est quelqu’un qui refuse de forcer ses sentiments. C’est pour cela qu’il ne pleure pas à l’enterrement de sa mère. Car il est accablé par la chaleur et que cela ne lui vient pas à ce moment-là. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne l’aimait pas. Et c’est ce qui lui sera reproché au procès. D’ailleurs Albert Camus disait : « l’histoire de L’Étranger, c’est l’histoire d’un homme condamné à mort, non pas parce qu’il a tué un homme, mais parce qu’il n’a pas pleuré le jour de l’enterrement de sa mère. » Tout cela, il fallait le prendre en compte. Car il y a le texte qui est le roman et il y a tous les commentaires sur le roman depuis qu’il est sorti. Il y a des thèses, des tas de choses qui ont été écrites. Il fallait aussi que je puisse me situer par rapport à cela sans trop, non plus, vouloir faire un travail exhaustif et éplucher tout ce qui a été écrit. Cela aurait été impossible. Et pour finalement donner ce qui est ma version la plus instinctive de ce texte quand je passe tout simplement du texte au dessin.

BDE : Un autre point sur lequel je souhaiterais avoir votre avis : le numérique. Et j’aimerais savoir quel rapport vous entretenez avec ?
JF : Je travaille de manière tout à fait traditionnelle. Même si la dernière étape de mon travail consiste à retoucher les fichiers numériques fournis par l’éditeur une fois que j’ai donné les originaux. Je le prends vraiment comme un outil, une sorte de pinceau savant. Autrement, c’est une question qui m’intéresse beaucoup. Parce que tout le monde se pose la question de savoir comment on va passer effectivement du papier à cette nouvelle manière de véhiculer les écrits, les œuvres. En ce qui concerne L’Étranger, je ne me suis pas trop posé la question car la destination première de mon adaptation était de faire un album de bande dessinée. Mais il y a d’autres sujets qui se prêteraient beaucoup plus à cela. Je fais pas mal de BD-reportage. Que ce soient Les Carnets de voyages, que ce soient des choses que j’ai faites pour XXI. Là, je me pose réellement la question de savoir comment on peut augmenter la réalité que l’on décrit dans la bande dessinée au travers des éléments qui ont nourris le travail de cette dernière. C’est-à-dire les sons et les images, que je peux faire sur le terrain, qui pourraient être intégrés autrement que simplement retraités par le crayon et le papier. Et d’utiliser directement ces éléments d’information, peut-être, en les transformant avec du dessin dedans. Je ne sais pas, il faut voir. Il y a plein de choses qui m’intéressent. D’ailleurs, c’est en œuvre sur le prochain projet que je suis en train de mener et qu’il est trop tôt de dévoiler. Voilà, c’est quelque chose qui m’intéresse et sur lequel je réfléchis beaucoup pour d’autres projets à venir. Ce n’est donc pas une chose qui m’est totalement étrangère, sans parler de jeu de mots.

BDE : Merci beaucoup de nous avoir consacré ce moment.
JF : Merci à vous !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 13 mars 2013.

Extraits de l’album



© Gallimard/Ferrandez
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*