Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Les Fleurs de Tchernobyl (Chasseboeuf, Lepage) – La Boite à bulles – 17€

Les Fleurs de Tchernobyl (Chasseboeuf, Lepage) – La Boite à bulles – 17€

Parution : 10/2012

Le 26 avril 1986 – 1h23 – dans une petite ville ukrainienne proche de Kiev, la plus grande catastrophe technologique que notre monde ait connue est en train de se produire. Le réacteur 4 de la centrale explose, projetant sur l’Europe l’effroi latent de l’intimidation nucléaire, le suicidaire épouvantail de la guerre froide. Fleuron du nucléaire domestique du bloc soviétique, Tchernobyl avalera les pompiers qui arriveront les premiers sur place, puis les liquidateurs chargés de l’évacuation et du nettoyage du site. Zone calcifiée et enfermée dans un sarcophage. Les répercussions sanitaires du désastre animent encore les controverses, bien que la chute du mur de Berlin ait permis de voir plus clair derrière cet épais nuage de fumée. 22 ans plus tard, Gildas Chasseboeuf et Emmanuel Lepage, proches de l’association Dessin’acteur, partent pour Volodarka. Une résidence d’artiste, portée par l’association Tchernobserv, est installée à proximité de la zone interdite où les radiations vont jusqu’à cent fois la radioactivité naturelle. Derrière les stigmates de la catastrophe, leurs regards perceront cet univers apocalyptique pour l’humanité. Ils feront un petit pas pour l’homme sur cette lune verdoyante.
Cet album, publié pour la première fois en 2008 par l’association Les Dessin’acteurs, propose une approche complémentaire à Un printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage, paru chez Futuropolis. Ce Carnet de voyage en terre irradiée, comme l’indique le sous-titre, semble être un support très apprécié de Gildas Chasseboeuf qui n’en est pas à son coup d’essai. Les aquarelles, les pastels, les encres, les dessins traités aux fusains ou aux crayons, s’entremêlent autour de textes et de photographies. A tel point qu’il devient inutile de chercher qui a fait quoi. La catastrophe en toile de fond laisse peu à peu place à autre chose, qui dépasse la communion artistique des acteurs, qui implique la communauté de Volodarka, un nouveau modèle qu’il est bien difficile de définir. Dans sa préface, Pascal Rueff, fondateur de Tchernobserv, écrit « qu’il a pris l’habitude de penser que les zones contaminées de Tchernobyl constituent le premier parc de décroissance, un nouveau monde. » En osant s’approcher de Tchernobyl, il semblerait impossible de ne pas concevoir que ce nouveau monde soit possible.
Un ouvrage réaliste et conscient à lire absolument.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*