Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Yoann – Dessinateur de Spirou et Fantasio

Rencontre avec Yoann – Dessinateur de Spirou et Fantasio

« Du sexe racoleur, de la vulgarité! Le dénigrement systématique des valeurs morales de notre société! Je vous le demande: est-ce cela qu’on attend d’un magazine prétendument tous publics? Et que dire des enfants dont la vie même a été mise en danger par la lecture de ce magazine?! Entre ceux qui se sont battus comme des bêtes et ceux qui ont sauté d’un balcon en se croyant en apesanteur… toujours pour imiter les exploits de leur héros! Exploits qui ne consistent en réalité qu’à laisser libre cours à la plus sordide bestialité et à la plus incroyable violence! Une violence éhontée… couleur sang… la couleur du costume de Spirou. »

Cette année 2013 est riche en événements pour Spirou, qui fête ses 75 ans. Documentaires, expositions, Spirou Tour dans plusieurs villes d’Europe, les événements ne manquent pas ! Nous étions d’ailleurs samedi au vernissage de l’xxposition « La Galerie des Illustres », organisée dans le cadre du Salon du livre de Paris. Dès le mois de janvier, à Angoulême, Yoann, venu en « auteur libre », évoquait tout ça avec nous…

Chronique du Tome 53

Retrouvez des photos du Spirou Tour à Bruxelles et Paris en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Yoann, et merci de nous recevoir alors que tu es là en touriste…
Yoann : Avec plaisir. J’adore venir à Angoulême, pour moi c’est comme Noël quand j’étais gamin (rires) ! Je viens ici depuis que j’ai 17 ans et, comme j’en ai 40 maintenant, ça fait 23 ans ! Parfois je m’emmerde, c’est un peu idiot, mais je suis toujours content quand je sors du train pour retrouver les copains, découvrir de nouvelles choses. On se replonge dans l’ambiance quand on vient en touriste, et on est libre de faire ce qu’on veut.

BDE : Est-ce que tu sais pourquoi Dupuis, ton éditeur, ne vient plus ?
Y : Je pense qu’il y a une histoire de budget, de rapport entre ce qu’ils investissent et ce que ça leur rapporte. Ils ont toujours des auteurs nominés mais pas de prix, etc. D’après ce que j’ai compris, ils préfèrent utiliser le budget d’Angoulême dans d’autres manifestations où ils seront plus présents et mis en avant. Par exemple, le festival de Lyon, ou celui de Strasbourg…

BDE : C’est presque à perte, ici…
Y : Oui, comme pour la plupart des éditeurs, quand on voit le prix des stands…

BDE : L’éditeur nous disait qu’il comptait revenir en fanfare cette année à Angoulême, pour les 75 ans de Spirou. Finalement, le Spirou Tour est certainement un moyen différent de promouvoir la Maison.
Y : Voilà, c’est une autre manière, et il y a des partenariats avec d’autres festivals qui sont en train de grandir.

BDE : La première étape du Spirou Tour, qui va tourner dans plusieurs villes toute l’année, s’est déroulée à Liège, le samedi 26 janvier. Comment s’est-elle passée ?
Y : Super bien, on a fait ça dans une librairie, Slumberland, et il y avait les auteurs Marc Hardy, Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann, ainsi que Frédéric Niffle, le rédacteur en chef de Spirou. Lors de la rencontre avec le public, il y avait énormément de personnes, de tous âges, c’était chouette. On a fait une petite conférence, le public posait des questions et on répondait. Et puis des petites dédicaces ensuite…

BDE : Un événement agréable, où les gens viennent vraiment pour Spirou… Et qui va durer toute l’année !
Y : Ouais, au Salon du livre de Bruxelles, à Paris également. Avec son parcours géographique en forme de S, il va s’arrêter dans plusieurs grandes villes de France, de Belgique et de Suisse.

BDE : Dont Nantes, chez toi !
Y : Oui, et il se termine à Rennes, je crois.

BDE : Les festivités sont lancées. Pour revenir à la série en elle-même, vous aviez signé un contrat de 3 ans pour Spirou et Fantasio avec Fabien Vehlmann. Quel en est le bilan alors qu’un tome 54 est déjà annoncé ?
Y : Notre contrat va être renégocié dans l’année 2013 ou 2014, je ne sais pas trop. En tout cas, on a commencé le Tome 54 en étant encore dans le cadre du premier contrat, qui stipule que tout album commencé dans les trois ans est pris en compte. S’agissant du bilan, il y aura probablement quelque chose de fait, mais de toute manière, on suit à l’année les retours de vente, les retours presses, etc. L’ensemble me paraît plutôt positif, on a remonté les ventes de la série et on les maintient, malgré un petit recul avec le Tome 52. Mais ce n’est pas forcément lié à son contenu, au fait qu’il soit un peu différent, c’est lié aussi au contexte général. En 2012-2013, toutes les grandes séries se sont prix 20% de retour dans les dents, voire 30% pour certaines séries chez Delcourt, par exemple.

BDE : Par rapport à la période Morvan et Munuera, c’est beaucoup mieux ?
Y : On a bien remonté, mais leur dernier – le Tome 50 – était descendu très bas. Je crois qu’il tournait autour de 50 ou 60 000 exemplaires, et Alerte aux Zorkons, le Tome 51, a terminé grosso modo à 100 000.

BDE : En dehors des chiffres, convaincre sur trois ans, le temps de prendre ses marques, c’est de toute manière très court…
Y : Très, très court.

BDE : Mais après trois albums en autant d’années, est-ce que tu te sens davantage maitre de la série que lors du premier ?
Y : Je me pose un peu moins de questions, je fonce un petit peu plus. Je ne cherche plus à savoir si mon Spirou est trop franquinien, pas assez franquinien… j’y vais, quoi ! J’essaie cependant toujours de le faire au mieux que je peux, et je sais que ça pourrait être encore mieux certainement, mais on a des délais très courts. Un album par an… je n’ai pas pris de vacances depuis trois ans… et je peux vous dire que c’est super dur. D’autant qu’il y a aussi des histoires pour le Journal, des couvertures, des affiches, des dessins à droite et à gauche.

BDE : Des interviews pénibles… (rires)
Y : Oui, tout ça doit être pris en compte. (rires) C’est un investissement total de notre part, aussi bien pour Fabien que pour moi. Et faire un album par an, c’est vraiment très chaud.

BDE : Même pour le scénariste ?
Y : Oui, il est un peu moins sollicité mais il fait beaucoup de choses à côté, notamment Seuls qui marche bien. Il faut qu’il accompagne ces deux séries.

BDE : Et les 75 ans de Spirou vous mettent-ils une pression supplémentaire, critique comme médiatique ?
Y : Pour le coup, on sait qu’il y a un grand battage médiatique qui est fait autour, et tant mieux d’ailleurs, puisque ça signifie que cette année des moyens vont être mis pour la mise en avant, et du Journal, et du personnage. Notre dernier album va évidemment en profiter, ce qui est toujours bon car ça nous assure une bonne visibilité. Et du fait de l’information plus large qui va être faite, on touchera peut-être un nouveau public aussi… Potentiellement, c’est tout bon ! Et les ventes du Tome 53 sont bien parties puisque, à la fin de la première semaine, on a atteint les 20% du premier tirage…

BDE : Parlons des futures histoires à présent. Le rachat de Marsu Productions par Média Participation est évoqué (NDR : rachat confirmé depuis, voir la news), est-ce officiellement en cours ?
Y : Oui, c’est un peu un secret de polichinelle, tout le monde sait que Marsu cherche à revendre. Et Dupuis a déjà un nombre important de parts, il y a des liens assez proches. Donc effectivement, il y a de fortes chances pour que le Marsupilami revienne dans le giron de Dupuis. Tant que ce n’est pas fait, on ne peut pas trop s’avancer non plus, restons prudents, mais une fois que ce sera fait…

BDE : Ça pourra concerner et intéresser le dessinateur de Spirou !
Y : Évidemment, je l’espère ! Et Fabien aussi. Pour tout dire, on a déjà un scénario de prêt ! J’ai même commencé à faire des pages, comme un fan qui s’amuserait à le faire dans son cahier… Si ça se trouve, jamais ça ne verra le jour, on n’en sait rien. Mais ce serait génial…

BDE : On sent une grosse envie !
Y : Oui mais, pour l’instant, rien n’est officiel, ce ne sont que des bruits de couloir. Et puis qu’est-ce que les dirigeants de Dupuis vont vouloir faire du Marsupilami ? Est-ce qu’ils voudront qu’il revienne dans Spirou et Fantasio, ou lui créer une série particulière, le faire revenir dans des one-shots ? Là ça ne nous appartient plus !

BDE : Mais ça peut leur donner envie, le fait que vous pensiez tous les deux que son retour aux côtés de Spirou, Fantasio et Spip peut apporter quelque chose…
Y : Oui, ça va de soi !

BDE : Justement, plusieurs personnages emblématiques font progressivement leur retour dans le dernier album, est-ce le même plaisir de les dessiner que ceux que vous avez créés ?
Y : Ce retour, le scénario le demande à un moment donné. On ne s’est pas dit « tiens, on va faire revenir Vito » ou « tiens, on va faire revenir Seccotine ». L’histoire demandait un personnage qui correspondait à ce qu’ils sont, donc pas de raison d’inventer quelqu’un d’autre… De plus, ça fait vivre la série aussi, c’est toujours plaisant de les retrouver. Pourtant, Seccotine au début n’est pas un personnage qu’on adore. Elle est un peu trouble, c’est une amie et en même temps une garce qui manipule Spirou et Fantasio… on s’en est toujours méfié. Dans cet album-ci, elle doit se compromettre pour sauver Spirou, et vers qui elle se tourne ? Vers Vito, le mafieux qui a un relation haine/amour avec les héros… C’est intéressant.

BDE : Vito va-t-il réapparaître de suite ou est-ce que vous avez juste tâté le terrain ?
Y : C’est lui qui déclenche le prochain album, en fait. Mais il ne sera pas dedans en tant qu’acteur véritable, ce sera un commanditaire qui restera en retrait de l’action. Est-ce une bonne chose ou pas, je ne s’en sais rien, en tout cas le scénario est quasiment écrit, et je suis mort de rire du début à la fin en le lisant. Pour moi, ce sera le meilleur des quatre qu’on aura fait.

BDE : La présence de Vito est souvent synonyme d’humour…
Y : Oui, et puis on va retrouver d’autres personnages, notamment Martin, l’archéologue des Géants Pétrifiés (NDR : le one-shot de Vehlmann et Yoann avant qu’ils ne reprennent la série-mère). Poppy Bronco aussi, et même si l’histoire du Tome 52 n’a pas trop marché, je l’aime beaucoup. On valide un peu notre « marque » en faisant ré-intervenir nos propres personnages.

BDE : Tous les auteurs ont fait ça, en faisant intervenir d’anciens personnages et en en imposant de nouveaux…
Y : Oui, et on ne veut pas faire que du clin d’œil aux autres, signifiant « vous voyez, on a lu les albums précédents et on fait des références ». On veut éviter ça… c’est pour ça que nos clins d’œil restent minimes ou cachés…

BDE : Comment se passe votre collaboration avec Fred Blanchard sur les décors ?
Y : On a fait appel à lui dès le début, y compris pour le one-shot. Dès que l’on sait qu’on va avoir une scène avec un besoin spécial de décors – par exemple, dans le dernier, le village entier dans un cratère de volcan – je fais un petit croquis de mise en place très succinct et c’est lui qui termine.

BDE : En tout cas, tout le monde est d’accord pour dire que le Tome 53 est votre meilleur album jusqu’à présent.
Y : Nous aussi. Il faut du temps pour prendre en main la série. Même Tome et Janry l’ont dit… Pourtant j’avais adoré Virus, leur premier album, quand j’étais petit. J’avais moins accroché sur Aventure en Australie, mais j’avais adoré Qui arrêtera Cyanure, pour le côté osé. Je n’ai pas vraiment parlé avec Janry de l’accueil qu’ils avaient eu à l’époque mais je pense que ça n’a pas dû être si simple.

BDE : Lorsque nous l’avions rencontré (voir son interview), il nous avait avoué qu’il ne s’était senti maître des personnages qu’au moment de Spirou à New York, autrement dit au septième album… Et plus on avance, plus les auteurs qui sont passés avant sont nombreux, plus le temps d’adaptation doit être long…
Y : Oui (rires). Nous, comme d’habitude, on essaye de s’amuser et d’écrire d’abord pour nous. On se met autour d’une table, on balance des idées, et quand on s’amuse sur un truc, on y va à fond.

BDE : Un mot également sur ce retour des one-shots en 2013 ?
Y : Dupuis a attendu qu’on fasse trois albums. C’est chose faite maintenant, donc au moins deux vont sortir bientôt, un nouveau de Yann et Olivier Schwartz, et aussi Makyo et Téhem. Il y aura aussi, normalement, une version gold du Tome 53, avec juste Spirou et la turbotraction sur fond jaune, avec le titre incrusté façon lingot. Ce sera top moumoute ! Le tirage est prévu à 10 000 exemplaires, donc ruez-vous dessus si vous êtes collectionneur, car les 500 exemplaires du Tirage de Tête, vendus sur internet, ont été épuisés en une semaine. Mais ce n’est pas le même prix et c’était un tirage de malade, en grand format, dans lequel les croquis, notamment, rendent super bien.

BDE : Et bien merci pour toutes ces informations, et bonne continuation lors de cette année anniversaire !
Y : Merci et au plaisir !

Propos recueillis par Arnaud Gueury et Nicolas Raduget.

Interview réalisée le 1er février 2013.

Photos du Spirou Tour à Bruxelles et Paris

© Dupuis 2013/Vehlmann/Yoann
Photos © BDE/N.Raduget
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*