Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec François Amoretti – Auteur de Burlesque Girrrl

Rencontre avec François Amoretti – Auteur de Burlesque Girrrl

«- Ainsi, c’est vous les GRRRL ! J’ai entendu de gentilles choses sur votre musique.
– Holy Fuck ! Devil Doll en personne !
– Miss Colleen ! Honorés de faire votre première partie !
– Tu es prête Violette, je vais y aller.
– Merci Sarah, tu es un ange. Oh mon Dieu ! Colleen, j’ai une admiration sans borne, pour vous, pour votre démarche, pour votre musique !
– Toujours agréable à entendre, chérie ! Mais tu dois être ton propre modèle.»

Nous sommes le vendredi 12 avril 2013, il est 14h. Le festival BD Aix 2013 n’a pas encore ouvert ses portes. Mais nous entrons dans les coulisses car nous avons rendez-vous avec l’élégant François Amoretti. L’occasion pour nous de prendre des nouvelles de son héroïne aux formes généreuses, Violette, et de faire plus ample connaissance avec cet auteur local au style déjà bien affirmé. Une rencontre pleine d’émotions où l’auteur se livre avec sincérité et humilité. Que le spectacle commence !

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour ! François, les adhérents de Bulle d’encre connaissent déjà ton trait car tu as réalisé un ex-libris pour l’association. Malgré tout, peux-tu te présenter brièvement ?
François Amoretti : Bonjour ! Je suis auteur de bandes dessinées. Mais avant, je faisais des livres illustrés. Et, avant cela, j’étais illustrateur de presse au Japon. J’ai toujours dessiné des univers féminins. Depuis peu, il y a une partie de moi, une partie rock and roll, qui avait envie de sortir et qui est en train de sortir.

BDE : Tu as une véritable passion pour le Japon, d’ailleurs tu as vécu là-bas.
FA : J’y ai vécu pendant presque quatre ans. Ensuite, j’y suis retourné tous les ans pendant environ sept ans. Et je restais là-bas entre trois et six mois. J’ai fait quasiment dix ans de Japon.

BDE : Qu’est-ce que cette période japonaise t’a apportée d’un point de vue graphique ?
FA : J’ai beaucoup aimé le chaos architectural des villes. Il n’y a pas vraiment de plan d’aménagement du territoire. Il n’y a pas comme chez nous des règles très strictes avec des architectes nationaux. Cela laisse donc l’imagination libre aux architectes. Il y a une espèce de «bordel» dans tous les sens et c’est cela qui m’a plu énormément. Le japon est un pays qui est très graphique. Je ne suis pas du tout un lecteur de mangas. Je ne suis pas amateur de mangas, ni de dessins animés. Ce n’est pas du tout mon truc. Cela l’a été, il y a longtemps, quand j’étais lycéen. Cela remonte à plus de vingt ans. Maintenant, c’est l’aspect des villes et des gens aussi qui m’intéressent.

BDE : Peut-on dire qu’il y a un François Amoretti avant Burlesque Girrrl et un après ? Un avant avec les influences japonaises (Gothic Lolita) et l’amour des beaux livres (Alice au pays des merveilles et Le Petit Chaperon Rouge) qui précède la période Burlesque Girrrl ?
FA : Il y a deux temps effectivement. Le Japon m’a apporté beaucoup de bien. Mais il m’a également apporté beaucoup de mal. Car je me suis oublié en étant là-bas. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour finalement m’intégrer à la société japonaise. Et je suis devenu quelque part Japonais moi-même. Et je me suis oublié. J’ai oublié qui j’étais. Récemment, ma vie a basculé et j’ai pris quelques baffes. Il y a un divorce notamment. Et cela m’a vraiment chamboulé. Je me suis rendu compte que je faisais beaucoup de choses pour beaucoup de gens, sans être forcément remercié. Et que finalement je ne m’amusais plus et que je n’aimais pas ma vie. J’aime les livres que j’ai faits avant. Je les aime beaucoup. En plus, ce sont mes premiers livres. Donc, il y a un énorme affectif pour eux et pour les gens avec qui je les ai faits. Je crois que quelque part, j’ai fait une parenthèse sur ce que je suis. Et là, maintenant, j’ai envie de liberté. J’ai envie de raconter d’autres histoires. Ensuite, en ce qui concerne tout ce qui est «lolita», j’ai fait trois livres sur le thème. Même si cela me plait bien encore aujourd’hui, ce n’est plus mon fer de lance. Et puis je crois que j’en ai assez dit. J’en ai fait le tour. Je sais que mon public de ce côté-là aimerait bien que je continue. Mais c’est une question de temps. La quarantaine est là et j’ai d’autres choses à aborder. Avec Burlesque Girrrl, j’ai parlé de Rock and roll, de tatouages, de pin-ups et tout cela. Même si c’est une passion qui a toujours existé et qui existera toujours. Je sais que mes prochains livres, dans l’esprit, seront toujours rock and roll, mais le sujet ne sera plus forcément la culture «custom» avec le «rockab» (NDR : rockabilly), les «hot rods». Même si ma passion des pin-ups ne s’arrêtera pas. Mais, même si mes personnages seront toujours un petit peu dans cet esprit, je ne reparlerai pas forcément d’un groupe de musique. J’ai déjà failli être cantonné dans un style avec les beaux livres, les contes. On me demande souvent dans mes commandes d’y revenir. Même des éditeurs me contactent pour faire d’autres contes. J’essaye de leur refuser la chose gentiment en leur disant que j’en avais fait le tour pour l’instant.

BDE : 2012 est donc l’année où le public fait la connaissance de Violette et de son groupe de rockabilly GRRRL. Quel est l’élément déclencheur de cette histoire que tu dessines et écris ?
FA : L’élément déclencheur… Bien, je te disais tout à l’heure que, dans ma vie personnelle et sentimentale, cela n’allait pas très fort. Et je suis allé à une espèce de pseudo festival dont je tairai le nom. Ce n’était pas vraiment un festival mais j’étais invité. C’était très loin. Il y avait dix ou douze heures de train à l’aller et dix ou douze heures de train au retour. Durant cet événement, j’ai finalement passé le week-end tout seul. Personne ne s’occupait de moi. L’hôtel était dans une zone industrielle qui était complètement vide. Je mangeais seul au repas. Et j’ai un peu craqué pendant ce week-end-là. Dans le train du retour, je me suis dit : « Qu’est-ce que tu fais ? Ce n’est plus possible !». J’avais fini Le Petit Chaperon Rouge. J’essayais d’embrayer sur d’autres projets et je n’arrivais pas à trouver le bon ton. Je sentais que j’avais envie de changer mais je ne savais pas que faire. Et là, dans le train, je me suis rappelé : «Tu avais envie de parler de rockabilly un jour ! Tu te souviens ? ». A ce moment-là, toujours dans le train, j’ai écrit tout le scénario. Quand je suis descendu du train, j’avais le sourire. J’étais super content. J’ai donc fait quelques pages de présentation pour le dossier. J’en ai parlé à un ami qui était très au fait des maisons d’édition. Et le hasard a fait qu’il devenait Directeur éditorial chez Ankama. Chose que je ne savais pas du tout. Je lui ai donc montré mes pages et il m’a dit : « J’adore ce côté de toi, on te signe ! ». Au départ, c’est sa fille qui était fan de mes bouquins. On était copain et cela n’allait pas plus loin que cela, alors que je lui demandais conseil pour savoir chez qui je pouvais proposer mon projet car c’était un ovni. Même pour les maisons d’édition qui s’intéressent à la musique, ce n’était pas du tout le genre. La pin-up moderne, les grosses bagnoles, j’ai rarement vu des livres sur le «rockab» ou les «hot rods», disons en BD. Dans les années 70/80, il y a eu toutes les séries avec Margerin où toute la contre-culture a été légèrement développée. Et avec Ankama, cela c’est très bien passé.

BDE : Pin-up, rock, effeuillage et tatouage sont mis à l’honneur dans cet album. On sent vraiment une transposition de ton univers dans cette série. Et il y a un côté très féminin voire féministe d’ailleurs ! Violette est une vision fantasmée de la femme ou plutôt une ode à la femme ?
FA : Hum ! Ode à la femme, ça me plait bien. Pour moi, ce n’est pas la femme fantasmée, femme peut-être sur-féminisée. Violette est sur-féminisée. Mais elle n’est pas fantasmée. J’aime Violette pour ce qu’elle est. Je ne lui ai pas fait un gros cul rebondi et de gros seins pour me faire plaisir ou pour faire plaisir à quelqu’un. C’est pour appuyer le propos de l’histoire. Je pense que c’est plus direct, quelque part plus agressif. Parce que, qu’on aime ce genre de femme ou non, si on la croise dans la rue, on va se retourner sur son passage. Donc, c’est aussi mon but en faisant Violette telle qu’elle est. Ensuite, je fréquente énormément de pin-ups. Ma meilleure amie est une pin-up depuis qu’elle est née. J’ai vu ses copines qui sont devenues des amies aussi. Et finalement je ne fantasme pas. Je n’invente rien. C’est juste une compilation de toutes mes copines.

BDE : Nous avons pu lire que tu étais content du rendu des pages de ton second tome sur lequel tu travailles, que tu y voyais une progression. Un fait que nous avons pu constater lors du vernissage de ton exposition pour le festival.
FA : On évolue en permanence quand on dessine. Et je pense que, quel que soit le travail que l’on fait, et qu’on le fait avec assiduité et rigueur, on ne peut que progresser. Donc, effectivement, techniquement cela s’est amélioré. Je n’aime pas réellement le début du deuxième tome. Notamment ce qu’il y a à l’exposition. Il y a des planches que j’ai sélectionnées mais qui ne me plaisent pas. Mais c’est à partir de la fin du premier tiers, presqu’en approchant de la moitié de l’album où là je me sens vraiment évoluer, progresser. Je me sens plus libre. Car justement, je m’étais enfermé dans une rigueur, je pense, de technique, d’approche de l’image, des cases et de la narration. Et j’ai eu un moment que je n’aime pas du tout dans l’album – je ne dirai pas de quel passage il s’agit. Mais quand je le vois, je me dis que ce n’est pas possible d’avoir fait cela à ce moment-là. Je me suis libéré et j’ai recommencé à faire des croquis, des choses de beaucoup plus libres. Cela m’a mis un coup de pied aux fesses et j’avance beaucoup plus vite. Je fais des choses qui me plaisent beaucoup plus. Dans cette seconde partie du second tome, je me régale et j’espère que cela va se sentir.

BDE : Pour mettre en place ce véritable univers d’auteur, quelles ont été tes sources de d’inspiration, tes influences ?
FA : Pour Burlesque Girrrl, j’ai énormément d’influences. Même si elles sont très éloignées de ce style-là, je regarde le travail d’autres dessinateurs, leurs techniques, leurs façons de faire. Même si ils ne sont pas dans le thème, ils ont une patte dont je me sens proche. Donc qui m’inspire. Par exemple, pour le premier tome, je n’écoutais que du rockabilly en boucle. Pour le deuxième, j’écoute d’autres choses, notamment beaucoup de musique scandinave. C’est une espèce de maelström.

BDE : En terme de recherches, tu t’es finalement appuyé sur ton entourage et des moments de vie. Tu n’as pas eu à te documenter ?
FA : Ce sont plus des moments de vie car, comme je te le disais, j’ai toutes ces copines qui sont pin-ups. Et puis on se retrouvait en soirée. Ces filles ont commencé à participer à des cours d’effeuillage. Certaines sont devenues effeuilleuses. Donc, j’ai suivi les copines. C’est interdit aux garçons, bien sûr ! Mais aux spectacles, j’étais là. Aux soirées, aux représentations. J’ai rencontré Lady Flo comme cela. J’ai rencontré également Minnie Valentine, Lada RedStar, Anne Thropy, qui sont devenues des copines. Avec qui je m’entends bien, que je suis fréquemment et m’appellent pour que je vienne les voir ou encore les aider. Finalement, j’ai posé quelques questions pour ne pas faire d’impair. Notamment Minnie Valentine, que je ne connaissais pas encore vraiment, et avec qui j’ai discuté pendant deux heures au téléphone. Elle m’a raconté, un petit peu, toutes les anecdotes qu’il y aurait pu y avoir autour de ses spectacles. Et comment, elle, elle voyait l’effeuillage. Donc, à force de voir les copines faire, c’est devenu un peu naturel.

BDE : Donc, le tome 2 de Burlesque Girrrl sort le 29 août 2013 de manière définitive.
FA : Oui, c’est fixé ! On ne change plus. C’est promis ! Désolé !

BDE : Tu ne mets pas en couleur Burlesque Girrrl, c’est Néphyla. Pourquoi ?
FA : Parce que pas de temps ! Je pourrais le faire. Et, en même temps, la couleur c’est beaucoup moins bien payé. Cela me prend beaucoup plus de temps que sur l’encrage. Financièrement, ce n’est pas rentable pour moi. Il faudrait que je trouve un moyen plus simple de faire de la couleur. Par exemple, je fais celle des couvertures et je suis capable de passer 10 jours dessus. Ce qui est beaucoup trop long.

BDE : Espères-tu faire une suite ou tu as d’autres projets ?
FA : Si Burlesque Girrrl, le tome 1 et le tome 2, pouvait bien se vendre, je suis certain que mon éditeur me proposerait un troisième tome. Pour l’instant, le second n’est pas encore sorti. Donc ce n’est pas le cas. L’histoire se termine à la fin du deuxième tome. C’est une fin ouverte et peut aller vers autre chose. Ce n’est pas du tout gênant pour faire un troisième tome de Burlesque Girrrl. A côté de cela, j’ai d’autres projets. Un avec Christophe Arleston qui va faire quelque chose de très, très différent, et moi aussi. On a pour projet de faire une bande dessinée érotique. C’est un sujet qui me fait très peur. Car je n’ai jamais fait cela et ce n’est pas trop mon truc. C’est un défi. Christophe est un vieux copain. Cela fait maintenant six ans que l’on se connait. Et je travaille dans son atelier (NDR : Gottferdom Studio). Cela fait cinq ans que nous sommes bons amis. Et c’est un peu une collaboration improbable car, entre les bouquins qu’il fait et ceux que je fais, il y a plusieurs mondes de différence. On va tenter le coup et faire un essai à la fin du printemps. Sinon, j’ai deux autres projets personnels. Un polar en Louisiane, un huis-clos qui, lui à mon avis, va rester très rock and roll. Cela fait un petit peu, presque, road movie mais en huis-clos. C’est assez étrange. Par contre cela, je le co-écrit. J’ai fait la trame générale du scénario et je l’ai confiée à une fille, une amie maintenant, qui à la base écrit des livres de recettes de cuisine. C’est Mélissandre Lacaille qui écrit divinement bien. J’aime beaucoup son style. Même dans ses bouquins de cuisine, il y a une patte, une personnalité et c’est très intéressant. Elle-même est tellement riche comme nana que j’avais envie d’écrire cela avec elle. Ensuite, j’ai un autre projet personnel que j’ai commencé à écrire maintenant et que j’écris quand je n’arrive pas à dormir entre 4h et 6h du matin. Ce sera encore tout autre chose. Ce sera un bouquin sur l’Apocalypse, mais pas celle de la Bible. Ce sera une espèce de destruction du monde vue de manière très différente. Ce sera un bouquin très violent, je pense.

BDE : Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions. Bon festival !
FA : Merci à toi et bon festival aussi.

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 12 avril 2013.

Extraits de l’album


© Ankama Editions/Amoretti
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

4 Commentaires

  1. Posté 24 avril 2013 at 8 h 41 min | Permalink

    Avant Burlesque Girrl, je ne connaissais que le François Amoretti des contes. Je suis allée à sa rencontre lors d’un festival et il m’a parlé de son projet Burlesque sur lequel il travaillait à ce moment. Je venais de créer ma petite maison d’édition de produits dérivés de Bd et cherchais des artistes pour démarrer. Il m’a alors proposé de faire des produits sur cet album et profiter de sa sortie pour promouvoir l’ensemble. Et j’ai découvert une autre facette de son travail. Merci à François, vous pouvez trouver tous les produits que nous avons réalisé ici : http://www.artsbd.fr.
    Un nouveau projet est en réflexion pour un nouveau support. A suivre !

  2. Marie
    Posté 24 avril 2013 at 11 h 59 min | Permalink

    C’est vraiment intéressant de voir toute cette progression personnelle et technique. Il me tarde de voir la version 3.0 de l’auteur et l’effet de cette recherche constante de challenges sur son travail.

  3. Little Beetle
    Posté 26 juin 2013 at 23 h 00 min | Permalink

    Ah ! Nathalie ! J’ai un des Tee Shirts que tu as réalisé avec Violette ! Je l’ai acheté lors de l’inauguration de son exposition lors de BD Aix 2013 ! Très réussi !

  4. Posté 28 juin 2013 at 8 h 25 min | Permalink

    Merci Little Beetle ! ça fait plaisir !

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*